Critiques de films Films américains

Zoolander 2, c’est l’enfer de la mode…

zoolander-2-ben-stiller

Blue Steel. Le Tigre. Magnum… Des regards si puissants qu’ils arrêtent des shuriken en plein vol et déjouent les plans de domination mondiale les plus diaboliques. Un seul top model est capable de conjurer autant de puissance et de beauté dans une duck-face : Derek Zoolander ! Quinze ans après avoir envoyé Mugatu derrière les barreaux, Derek et son rival/meilleur ami Hansel, évincés de l’industrie de la mode suite à une terrible catastrophe, mènent des vies de reclus aux deux extrémités du globe. Mais lorsqu’un mystérieux assassin cible des popstars célèbres, les deux has-been des podiums se rendent à Rome pour reconquérir leur couronne de super mannequins et aider la belle Valentina, de la Fashion Police d’Interpol, à sauver le monde. Et la mode.

J’adore Ben Stiller, Owen Wilson et surtout Will Ferrell. Des dieux de la comédie dont le pouvoir n’a malheureusement pas toujours fonctionné sur moi. Enfin dans de rares cas, l’un d’eux fut le premier Zoolander. Pas que je pense le film mauvais, atroce, ignoble… non, rien de tout cela. J’ai juste eu au final un mal de chien a complètement me fondre dans l’idiotie régressive de l’ensemble et pourtant dans le domaine Ben Stiller ou Will Ferrell ont réussi à plus d’une reprise sur d’autres films a me faire naviguer volontairement en profondeur. Mais sur ce coup précis, je dois reconnaître que ce Zoolander 2 présente pour moi les mêmes qualités… et défauts que son prédécesseur. Ce qui dans le fond me laisse dans une position assez chiante… celle du type le cul entre deux chaises. Les fans des acteurs que je cite plus haut trouveront leur bonheur avec ces derniers pendant le film, Zoolander 2 n’est pas forcément avare en humour couillon, ni en rires. Mais au-delà du fait de pousser le curseur au maximum pour artificiellement donner à l’ensemble l’illusion d’une suite survitaminé, le film n’amène a priori rien de plus dans la balance que le 1er et c’est un peu là d’ailleurs que réside l’immensité du problème.

zoolander-2-header

Zoolander 2 ne cherche jamais véritablement à révolutionner ou changer la donne qui a fait du 1er un succès. Au contraire, il se perd en route du coup en plus ou moins refaisant le même film et en le surchargeant à tous les étages, de blagues, de caméos, de tout et de rien, jusqu’à ce que l’on finisse par étouffer sous le poids de ce que l’on nous balance au fond de la gorge. Les vrais fans de l’humour de Ben Stiller trouveront surement à redire face à mon jugement, mais si l’on compare par exemple un film comme Tropic Thunder a ce Zoolander 2, le gap entre l’ambition et le talent d’écriture de Ben Stiller et son équipe est parfois trop grand pour être passé sous silence. Le véritable souci de Zoolander 2 et peut-être faut-il appeler un chat un chat… est que le film est feignant dans son approche. L’overdose de caméos et les redites humoristiques plombent l’ensemble et ce en mettant malheureusement en valeur que bien souvent une partie de l’humour du film tombe a plat. Zoolander 2 a ce souci qu’il est à l’image de son personnage, un modèle à la retraite qui fait un comeback… de trop.

Au final, le plus gros problème de Zoolander 2 est que même s’il a plus de budgets, de caméos et j’en passe, il n’a pas forcément plus de fond. On ne vient pas forcément voir Zoolander 2 pour le fond, je vous le concède, mais a minima un film reposant sur autre chose que du vent est encore et toujours une bonne chose. Est-ce qu’il faut pour autant tuer dans l’œuf toutes envies d’aller voir ce film ? Cela dépendra surtout de votre état d’esprit, mieux ne vaut pas être en attente d’une expérience mémorable en allant voir ce film. Toutes les personnes présentes dans ce film ont au moins deux ou trois films bien meilleurs dans leur filmographie. Zoolander 2 est de l’étoffe de ces productions dont la durée de vie est en CDD dans l’esprit des gens. Le décompte vers la date de péremption est déjà enclenché avant même que le spectateur ne mettent un pied dans la salle de cinéma. C’est un peu ennuyeux, mais vu que le scénario part dans tous les sens, la chute était prévisible malgré tout. Du coup à vous de voir si le jeu en vaut la chandelle. En ce qui me concerne, je vous conseillerai plus de revoir Tropic Thunder. Votre choix…

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply