Les news TV

X-Files, Chris Carter architecte d’une escroquerie qui prend l’eau…

x-files chris carter

X-Files revient pour une saison 11 que personne n’attendait, les ratings sont là pour en apporter la preuve. Et dieu que le résultat est affreux et pathétique…

X-files avec cette saison 11 signe-t-elle la saison de trop ? On peut sincèrement se dire que oui tant ce 1er épisode de ce qui semble être la dernière saison de la série est pénible à voir. Je peux même aller jusqu’à dire littéralement pathétique. X-files a toujours été une série particulière, très bonne lorsqu’elle aborde des épisodes à l’unité et littéralement catastrophique dans sa manière de traiter sa mythologie. C’est bien beau d’avoir des loners de qualités, mais si au milieu de tout cela on se tape de la viande avariée en termes de mythologie, autant dire que la chose devient rapidement problématique. Et d’une certaine manière c’est ce théorème du vide que Chris Carter ne cesse de répéter depuis 11 saisons Tv et escapade cinéma tout aussi creuses. Je sais que les fans de la 1ere heure trouveront des excuses à cette série encore et toujours, mais il faut parfois être honnête et se rendre à l’évidence. Ce 1er épisode de la 11e saison est un délire assez indigeste entre plus belle la vie, des dialogues digne d’un soap opéra, de la redite jusqu’à plus soif d’éléments entendus 100 fois et surtout d’une réalisation complètement en roue libre. C’est bien simple, cet épisode donne la désagréable impression que tout le monde devant ou derrière la caméra n’en a strictement plus rien à faire (et on peut les comprendre). David Duchovny s’inspire de Steven Seagal. Gillian Anderson compte les heures la séparant du finale et de son départ de la série et le smoking man incarne à lui seul tout ce qu’est devenue la série X-Files : une énorme caricature.

x-files chris carter

Oui, elle l’était depuis très longtemps, mais là on atteint soudain un nouveau palier. Que se passe t-il dans les coulisses de la Fox, après un revival de Prison Break véritablement horrible, le network persiste ici à laisser Chris Carter faire n’importe quoi. Qui dirige quoi ? Est-ce que Carter possède des dossiers sur les dirigeants de la Fox pour avoir carte blanche pour continuer de faire ses besoins à l’antenne et d’être payé pour ? On se pose la question pendant chaque instant qui passe de ce trop long retour aux affaires du duo Mulder/Scully. Le scénario part dans tous les sens, Mulder, Scully et le Smoking Man nous abreuvent de voice-over aux dialogues ridicules. Rien ne tient vraiment et l’on ne s’empêcher de se dire : Mais pourquoi ? X-files au tout début était une série avec un potentiel intéressant. Une créature bizarre qui sous l’impulsion d’un Chris Carter désireux d’essorer le concept jusqu’à la dernière goûte à fait n’importe quoi. Cela a réussi à être toléré pendant quelque temps, mais aujourd’hui et avec ce démarrage aussi miteux en termes d’audience que de qualités, X-files sous la plume de Chris Carter finit par apparaître pour ce qu’elle a toujours été, un gigantesque pétard mouillé dont on tente sans fin de rallumer la mèche. Qu’on laisse mourir cette série une fois pour toutes et que l’on passe à autre chose sincèrement…

No Comments

Leave a Reply