Critiques de films Films américains

Warcraft de Duncan Jones méritait-il ces critiques ?

Warcraft

Quand Warcraft est sortie en salle, j’ai entendu les pires horreurs à son sujet. Un peu comme ce qu’il se passe actuellement avec le Suicide Squad. Je n’ai jamais été un grand fan du jeu dont s’inspire le film, mais je suis le premier à reconnaître que l’univers qu’il dépeint permettait sans mal d’en tirer un ride décomplexé et relativement fun. Et vous savez quoi ? C’est exactement ce que j’ai eu en découvrant bien en retard sur le reste du monde ce Warcraft de Duncan Jones. Doit-on valider le flot de critiques que j’ai pu lire ? Scénario minable, réalisation à la ramasse, sfx piteux. Sur les trois tableaux, j’ai eu la vague impression de ne pas avoir vu le même film. La faiblesse majeure du scénario de Duncan Jones est qu’il est écrit comme le prélude d’une saga, cela se sent que nous sommes au début d’une trilogie et si l’on se place dans ce cheminement, ce qui suit à l’écran passe mieux. Oui, le film se tient « à l’unité » dirons-nous, mais il pose aussi énormément de pièces pour l’avenir, le tout dans un rythme qui pour certains paraîtra beaucoup trop rapide, mais si l’on se pose un instant on se ravisera assez vite sur la chose. Duncan Jones avec ce Warcraft ne cherche pas une seule seconde à faire du Tolkien ou Peter Jackson bis. Cela n’a jamais été le but de Warcraft aussi bien en jeux qu’en film. Le seul et unique but après lequel court le réalisateur semble d’être de donner le plus de fun possible à ces spectateurs et c’est sur ce point que Warcraft réussit son coup. Le film est aussi sincère que généreux dès qu’il enclenche le turbo dans l’action. Les personnages n’échappent jamais au passage par la case stéréotypes, mais dans l’ensemble cela passe. Même si Ben Foster semble payer ses impôts.

Et au-delà des détails mis en avant par la critique, la chose qui transparaît de ce Warcraft est le fun pris par Duncan Jones pour donner vie à l’univers. Avec un point de départ narratif émanant d’un univers jeux vidéo, Warcrfat partait-il si mal que cela dans l’œil de la critique ? Parfois, je finis par le penser, mais une fois encore et sans pour autant cacher que le scénario tient plus du simple prologue pour placer les personnages que du vrai film, le plaisir est bien présent. N’est-ce pas au final la seule chose qui compte quand on prend la décision de s’évader dans un univers de ce type. Passant de production plus petite à une démesure de moyens assez fous avec ce film, Duncan Jones réussit à livrer un pop-corn movie très honnête. De nos jours, la chose se faisant de plus en plus rare pourquoi bouder son plaisir. Et l’on en vient même à la fin du film à s’interroger sur les racines de la haine s’abattant sur le film. Gros échec commercial chez l’oncle Sam et carton incroyable sur le marché chinois, la possibilité d’un second film comme prévu est pour l’instant véritablement mystérieuse. Pacific Rim a réussi à revenir d’entre les morts alors pourquoi pas le film de Duncan Jones pour un 2e volet ? La question désormais reste de savoir dans l’optique où cela arriverait s’il serait toujours aux commandes ? Pour un premier galop d’essai dans la gestion de films à très gros budgets, le résultat n’a rien de déshonorant. La façon dont le marketing à gérer le produit ensuite est une autre histoire, qui comme on le sait dans le cas de ce genre de production échappe bien souvent aux mains du réalisateur. Mais quoi qu’il en soit, ce Warcraft est bien loin de mériter la mauvaise presse qu’il a eue lors de sa sortie.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply