Critiques de films Films Européens

Veronica, Paco Plaza se prend pour James Wan et c’est le drame…

Follow me

Veronica avait tout sur le papier pour faire en sorte d’être un petit film nerveux et stressant. Sur des bases identiques en partie James Wan a construit le succès de Conjuring…on se demande du coup où Paco Plaza a fait en sorte de se prendre autant les pieds dans le tapis. Accouchant d’un résultat tout sauf subtil…

Veronica de Paco Plaza, c’est un peu pour le décrire de la manière la plus simple : Conjuring sans la finesse ni le script. Pas que Conjuring 1 ou 2 était digne de gagner un Oscar pour leur scénario, mais sur tous les fronts ces deux films étaient solides. Le travail de James Wan à la réalisation finissant de donner à l’ensemble cette petite touche capable de faire un peu frissonner le spectateur. Mais avant tout James Wan faisait en sorte de ne pas commettre une erreur de base, celle de ne pas apporter assez d’importance à ses personnages. Que ce soit pour l’esprit, la famille prise au piège ou le couple d’exorciste. Il y avait une véritable attention du détail créant une tension palpable pour chaque attaque du poltergeist/démon. Chose qui fait cruellement défaut ici. Veronica de Paco Plaza est un des films les moins subtils du genre que j’ai pu voir depuis un bon moment. Si l’on fait exception du dernier quart d’heure qui se réveille un peu (mais pas assez…) le film est laborieux, pas très bien réalisé, assez mal écrit et d’une finesse aussi énorme qu’un éléphant dans un magasin de porcelaine. Et c’est bien sur ce point précis que le récit s’effondre sur lui-même. Au lieu d’utiliser la mise en scène intelligemment comme un outil de narration, au lieu de tenter des choses pour créer une nouvelle approche de la peur, Paco Plaza prend la pire solution. L’abus de musique oppressante, les cheap scare et les cadrages auxquelles il manque juste un bandeau déroulant indiquant « c’est ici que vous devez avoir peur ». Le plus frustrant est que Veronica n’est pas exempt de mauvaises idées.

Veronica paco plaza critique film

Le simple fait d’avoir retourner ce fait divers et d’avoir voulu en faire un film fantastique laissait une porte ouverte à l’expérimentation. Là encore Conjuring se construit sur les mêmes bases. Mais c’est un peu ici que la différence entre James Wan et Paco Plaza se montre terrifiante. Paco Plaza semble dépassé par son sujet. Qui pourtant est assez sommaire. Des dizaines de réalisateurs avant lui ont pris le même chemin, il avait donc une base de travail sur les choses à faire et à ne surtout pas faire. Et c’est comme si d’un coup, il avait pris la décision de tout envoyer par la fenêtre et de n’en faire qu’a sa tête. Réalisant le film en pilote automatique comme n’importe quel film sur le même genre que vous avez surement du déjà voir 100 fois. Plombé par son scénario, fini au pied par une réalisation maintenue à terre par son manque d’ambition et de budget, Veronica de Paco Plaza empile un peu les problèmes les uns à la suite des autres. Il y a pourtant quelques petits moments de grâce, surtout dans le dernier quart d’heure. Mais tout cela arrive trop tard. Et dans l’atmosphère que cela distille une fois que l’on est dans l’appartement tout rappelle un peu beaucoup Rec. Qui là pour une fois possédait une vraie tension et une ambition de cinéma assez absente de Veronica. Le fait que Rec était un travail en duo… et Veronica l’œuvre d’une seule partie de ce duo est-il la cause de tous ces problèmes ? Bonne question dont je ne vais pas donner la réponse tant elle ne serait au final que subjective. La vraie frustration que l’on retire de ce film est que d’une bonne histoire, Paco Plaza au final ne tire rien. Madrid, années 90. Après avoir fait une séance de spiritisme avec des amies, une adolescente est harcelée par de mystérieuses présences qui menacent de s’en prendre à toute sa famille.D’après une affaire policière jamais élucidée. 

Veronica paco plaza critique film
Trop occupé à cocher les cases dans son petit manuel de la réalisation de film d’horreur en pilote commandé, Veronica de Paco Plaza passe en partie à côté de son sujet. La vérité du moins pour moi est que l’on décroche assez vite de cette histoire. La jeune héroïne du film qui se débat avec talent pour porter à bout de bras sur ses épaules tout le film mérite quand même les honneurs. Sa prestation est inspirée et elle se donne à 100 % pour faire vivre son rôle. Mais malheureusement le manque de solidité de l’ensemble rend l’adhésion du spectateur vraiment difficile. Veronica ne ment jamais sur son ambition d’être un film de genre classique et il n’y a pas le moindre soucis la dessus, James Wan est dans le même état d’esprit. Mais ce que Paco Plaza nous livre en bout de course n’est malheureusement qu’un mix d’ambiance et d’effets de styles que l’on a déjà vu 100 fois ailleurs et parfois d’un niveau bien plus conséquent. Difficile de s’enthousiasmer du coup pour ce film qui est beaucoup trop manichéen pour être honnête, un peu comme si conscient que son script prenait l’eau, Paco Plaza avait pris la solution la plus rapide pour en finir. Frustrant, laborieux et juste pas follement terrifiant Veronica de Paco Plaza explose en vol. Et le souci est que je pense que peu de monde aura envie de recoller les morceaux ou alors c’est juste moi qui est trop vu de films du même genre et ne suis plus du tout aussi bon public qu’avant. Tout cela n’est qu’une vision très perso d’un film, mais on ne va pas non plus trop se mentir. C’est quand même pas très bon. Ne dites pas que je ne vous aurais pas prévenus si vous tentez l’aventure…

Pour me suivre ou me contacter...
Follow me

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.