Critiques de films Films américains Les news

Unsane, Paranoïa absolue en mode Iphone par Steven Soderbergh.

Unsane retitré Paranoïa chez nous est la dernière création de Steven Soderbergh. Un film de genre réalisé avec un Iphone, le concept laisse perplexe et donne envie d’en savoir plus. Soderbergh une fois de plus se réinvente. Pour le meilleur comme pour le pire.

Unsane de Steven Soderbergh est un projet pour le moins particulier. Dans les mains d’un réalisateur aussi inventif que lui et n’hésitant jamais à se remettre en cause pour se réinventer, on pouvait s’attendre a quelque chose de surprenant. Et le fait que le projet soit fait entièrement à l’Iphone 7 amenait une touche de créativité supplémentaire intéressante. Est-ce que le résultat est a la hauteur des attentes ? Oui et non. De quoi parle la chose ? Une jeune femme, convaincue d’être harcelée, est enfermée contre son gré dans une institution psychiatrique. Alors même qu’elle tente de convaincre tout le monde qu’elle est en danger, elle commence à se demander si sa peur est fondée ou le fruit de son imagination… Claire Foy plonge avec une frénésie assez incroyable dans les méandres de ce scénario aussi malsain que parfois très prévisible. Son interprétation n’est à aucun moment prise en défauts, elle se donne a 100 % et porte le film. Ce qui n’est bizarrement pas toujours le cas du scénario… Unsane de Steven Soderbergh est un exercice de style que le réalisateur aborde sans vraiment trop se poser de questions. Que ce soit du fait des limitations techniques qu’implique de shooter avec un IPHONE ou des incohérences subtiles ou génantes que peut avoir le scénario. Tout y passe pour déstabiliser le spectateur. Steven Soderbergh donne cette impression pour le moins étrange que rien ne le touche… et c’est tout à son honneur, mais arrive un moment où l’on se demande s’il n’est pas le seul à ne pas voir que son Unsane est un peu bancal par moments.

unsane claire foy

Unsane de Steven Soderbergh est vendu comme un thriller et un presque film d’horreur. Si c’est plutôt exact dans le premier cas, on peut rayer dans les grandes lignes la seconde. Du moins sur la longueur vu que le film se plaît à rester dans les eaux du très classique (ou du cliché) quand on en vient à ce genre. L’impression déstabilisante ou désagréable qui pourra prendre le spectateur à la gorge est qu’Unsane ne sait jamais vraiment bien ce qu’il veut être, un brûlot contre le système médical US sous couvert de films d’horreur, un thriller qui balaye son suspens beaucoup trop vite et tourne du coup un peu à vide sur le reste du métrage ? La liste est longue et même avec le talent qui est le sien, Steven Soderbergh ne réussit pas toujours à faire en sorte de faire que tout fonctionne. Pourtant doté d’un casting solide que survole une Calire Foy impériale (ainsi que de guests…) la dernière réalisation de Soderbergh ne partait pas mal. Du coup on ne peut s’empêcher de rester un peu sur sa faim. Débutant très bien, le film se perd assez vite dans des sorties de routes narratives l’éloignant un peu de ce qui faisait son ADN. Le tout pour finalement clôturer dans le rush le plus complet (et quelques incohérences) sur un final très convenu aussi bien sur le fond que la forme.

unsane claire foy

Le vrai souci de Unsane de Steven Soderbergh est qu’il balaye beaucoup trop vite ce que l’on vend comme étant le cœur du film : la question relative a la santé mentale de l’héroine. En évacuant cela de l’équation, le film retombe du coup sur un terrain beaucoup plus basique et l’on doit bien reconnaître qu’assez vite le réalisateur semble ne plus savoir quoi faire avec cette problématique. Ce qui se ressent encore plus dans le final empilant un peu à la chaîne les poncifs du genre. Est-ce que pour autant il est nécessaire de passer son tour face à la dernière production de Steven Soderbergh ? Non. Même si son approche du film de genre n’est pas sans défauts, Unsane surtout grâce à Claire Foy se révèle être une plongée en enfer pour le moins intéressante et une démonstration de plus de la volonté continue de Soderbergh de se renouveler et d’expérimenter. À titre personelle, je reconnais ne pas avoir accroché sur tous les aspects du film, mais la démarche du réalisateur est quelque chose que je ne remets pas en cause. L’attitude qui est la sienne devrait justement être celle de plus de créateurs Hollywoodiens. Peu prennent de véritables risques. Esclaves d’un système contre lequel ils ne tentent plus rien. Imparfait a plus d’un titre, Unsane n’en reste pas moins une belle pièce de plus dans la pyramide des aptitudes de Steven Soderbergh. Est-ce que son approche multifacettes et son esthétique parfois déstabilisantes ou cheap en fonction des canons techniques du genre plairont à tout le monde ? Je n’en sais rien. Mais ne serait-ce que pour sa culture cinéma personnelle et le plaisir de voir que l’on peut créer du rêve ou du cauchemar parfois avec les outils les plus improbables, ce Unsane mérite d’être découvert.

Pour me suivre ou me contacter...

No Comments

Leave a Reply