TV

[Tv] The Hero – Quand The Rock fait de la TV-Réalité Badass

L’univers de la tv-réalité « sportive » est assez balisé que ce soit via « The Amazing Race » ou des programmes comme « Pekin Express » chez nous, l’appel au dépassement de soi sur petit écran n’est pas nouveau. C’est aussi et surtout pour le spectateur un magnifique outil de divertissement où il peut prendre plaisir à voir des gens souffrir à sa place sur des choses qu’il ne fera jamais. Pourquoi? Peut-être tout simplement par ce qu’il n’est pas fou. Arrive alors dans l’équation le nouveau programme de TV « The hero » remplacez Stephane Rottenberg par The  Rock, faites en sorte que le côté sportif deviennent ultra spectaculaire, donner un aspect TV-réalité en enfermant les participants dans un gigantesque loft, donner leur l’option de pouvoir se trahir et voler l’argent de la caisse commune et laisser ensuite le charme et jeu de sourcils de The Rock faire le reste. Ce qui dans le cas présent donne naissance a quelque chose d’assez impressionnant…vous savez quoi? Un divertissement totalement hybride qui malgré son postulat de départ casse gueule réussit à s’en sortir plutôt bien.

L’élément majeur de ce show est et reste du début à la fin « The Rock », jouant sur sa stature d’action star et l’immense capitale sympathie qui se dégage de lui, l’intégralité du show est à sa gloire. De ses apparitions totalement cinématographique et parfois abusé à la fascination que lui portent les candidats, tout est fait pour donner envie de rentrer dans sa secte. Le pire dans l’histoire est que cela fonctionne. Sommet de mise en scène et d’une certaine forme de manipulation télévisuelle, les ficelles narratives de ce show sont énormes, mais une fois de plus l’adhésion est totale. Véhiculant un mix de valeurs au final assez pures vu le thème du show et de mise à mal de ces dites « valeurs » pour le bien de la narration, difficile de ne pas tomber dans « le panneau ». Version 2.0 de Pekin Express dopé à la sauce « cinéma » ce concept de « The Hero » ne peut exister qu’aux Etats- Unis du moins dans sa pleine puissance. Pourquoi ? Tout simplement pour l’unique raison suivante : il n’existe qu’un seul « The Rock »

No Comments

Leave a Reply