TV

[Tv] The Last Ship, retour sur le pilote…

Quand on associe les noms Michael Bay et armée US dans la même phrase, le cerveau du pékin lambda se met en ébullition. Il y a un risque de surchauffe, de plan en slow motion, de valorisation du soldat luttant pour sa patrie. C’est vrai et dans certains aspects, The Last Ship avec son pilote n’échappe pas à quelques clichés. Mais, la série se rattrape en misant assez rapidement sur ce qui a fait la force de Bay comme réalisateur ( et ici simple producteur) l’action. Loin d’être bourrin, le pilote ne perd pas de temps à poser les bases. Ces militaires sont donc le seul rempart du monde libre, celui par qui résiste encore le dernier espoir. Le hic est bien entendu qu’ils sont américains, que dès le second épisode, ils se rendent à Guantanamo et se retrouvent pris au piège face à des talibans…et que le grand méchant de la série est un navire de combat russe qui les poursuit pour capturer la scientifique que les soldats US protègent. Ok vous êtes encore là ? Effectivement dit comme cela, la série ne se présente pas forcément sous son meilleur jour. Et il faut reconnaître que tout ne joue pas en sa faveur.

Manichéen dans sa vision des choses, le récit peut vite ennuyer et amène le spectateur à se poser des questions sur la tenue de route de la série niveau narration. Au bout de 3 épisodes entre l’alternance passage en mer, arrêt à terre pour recharger, le show commence déjà à montrer quelques limites. L’abondance de personnages aussi surcharge un peu le récit. On a pour l’instant beaucoup de mal à s’accrocher à qui que ce soit. L’image cliché du soldat américain et des valeurs qu’il déploie parasite l’empathie que l’on peut avoir pour les personnages. L’armée au sens large est un vampire narratif tirant la couverture à elle. Le reste du casting évoluant dans son ombre, on finit par avoir du mal à en discerner clairement les contours. Ni bonne, ni mauvaise, la série The Last Ship après 3 épisodes laisse un goût mitigé. De par le savoir-faire du producteur et d’un casting pas mauvais, le tempo reste bon, mais on commence déjà à avoir l’impression désagréable de tourner en rond. Chose qui est un peu inquiétante et ne donne pas forcément confiance pour la suite.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply