TV

[Tv] Retour sur The Blacklist

Dans la jungle des séries qui chaque année arrivent sur les écrans, il y a une constante, celle de la difficulté d’exister sur le long terme. Cela demande d’avoir une route toute tracée dès le départ pour la saison et un casting en béton armé. Plusieurs séries qui laissaient croire être de cette trempe ont fini par décevoir et s’avérer être des pétards mouillé. Puis au milieu de la foule, il y a « The Blacklist » qui pour l’instant comme le disent les critiques US se révèlent bien être le meilleur drama de la nouvelle saison. Mettant en place son univers avec un timing parfait et un sens de l’écriture assez fou, il faut reconnaître qu’après 5 épisodes et surtout le twist se trouvant dans le dernier que la série tient toutes ses promesses et bien plus. Mais la vraie pièce maitresse de cette série est Jame Spader, le futur Ultron d’Avengers 2. La relation qu’il entretient avec cette jeune agent du FBI est le cœur de la série et lui permet de développer un talent d’acteur tout simplement monstrueux. A la fois horrible dans l’éventail des actions qu’il est prêt à accomplir pour la protéger et touchant dans certaines des zones d’ombres qui l’entourent, il est difficile d’avoir un jugement défini sur lui. Jamais la phrase, le charme du diable n’a été aussi adéquate pour un personnage. Mais au-delà de leur relation, le grand mystère de la série qui visiblement se noue dans le passé des deux personnages prend son temps et apparaît avec intelligence. Faisant monter la pression avec brio et enchainant rapidement ( Episode 5) les twists dévastateurs, les scénaristes donnent un peps fou à ce show. Mais c’est aussi et surtout dans ces seconds rôles que la série se fait plaisir. Les membres de la Blacklist après une montée en puissance classique dans les deux premiers épisodes révèlent dans le 4 et le 5 un visage d’une délicieuse perversion aussi bien dans l’écriture que dans l’apparence. Défilé de seconds couteaux célèbres du monde des séries ou du cinéma, la série bichonne sa mise en scène. Structuré comme un vrai sérial, difficile de décrocher une fois que l’on a mis le doigt dans l’engrenage de cette blacklist. Définitivement une brillante surprise.

the blacklist the courier

No Comments

Leave a Reply