Les news TV

The Night Manager, Tom Hiddleston vs Hugh Laurie…

the-night-manager-bbc-hugh-laurie-tom-hiddleston

Les adaptations de John le carre au cinéma sont un peu clivantes, on adhère ou pas à l’atmosphère généralement lente et étouffante qui s’installe dans ces histoires d’espionnages. Mais à chaque fois, ces récits ont justement la particularité de reposer sur des castings tout simplement brillants. Transformant du coup l’ensemble en quelque chose de totalement différent de la masse. C’est le cas ici avec The Night Manager, récit opposant Tom Hiddleston et Hugh Laurie. Réalisé sous l’égide de la BBC, la mini-série s’appuie aussi bien dans son pilote sur un scénario 4 étoiles, qu’une réalisation au couteau et un scénario ne laissant rien au hasard. The Night Manager repose sur les apparences bien souvent trompeuses dont joue des hommes publics. Dans le cas de la série, Hugh Laurie est dès la première image, ce philantropiste, cet humanitaire parfait que l’on rêverait de rencontrer… ce du moins avant que le vernis l’entourant ne s’écroule. Débutant pendant le printemps arabe et nous permettant de rencontrer le personnage de Tom Hiddleston, The Night Manager installe lentement un climat très particulier, s’appuyant sur ce héros dont on ne sait rien de véritablement concret. Un homme qui cherche à fuir son passé, mais possède comme tous les héros de ce genre d’histoire, un bon fond. Celui qui pousse envers et contre tout à défendre la veuve et l’orphelin. Sauf qu’ici, ces personnages purs n’existent pas. On retrouve en lieu et place de ces derniers une prostituée ayant compris trop tard qu’elle navigue dans un univers beaucoup trop trouble pour elle. Un lieu où la soi-disant façade humanitaire du personnage de Hugh Laurie vole en éclats pour révéler l’ordure qu’il est doublé d’un marchand d’armes chassant le profit…

the-night-manager-bbc-tom-hiddleston

Mélangeant histoire de revanche de la part de cet antihéros qu’interprète Tom Hiddleston et guerre interne au sein du gouvernement anglais et des services secrets du pays, The Night Manager (pour notre plus grand plaisir) nage en eaux troubles. Difficile en effet de voir vers où va se diriger la série. Les personnages semblant tous plus ou moins avoir un agenda propre, le genre de ceux qui vont de pair avec une facilité à trahir son prochain, il semble évident que la série risque de se terminer avec autant de sang sur le sol qu’elle n’en aura eu pour son début. Pas que la violence soit monstrueuse, mais de par la construction très calme du récit, le temps nous est offert pour nous attacher à ses personnages. Ce qui fait que lorsque l’un d’eux mort la poussière, l’addition passe moins bien que prévu. Le degré de perfection de la mise en scène et du scénario allié aux acteurs au sommet de leur art, donne le ton. The Night Manager n’a pas des allures de séries Tv, mais bien d’un film dont la BBC nous fait le cadeau. C’est un démarrage tout simplement brillant. Vivement la suite.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply