Critiques de films Films américains

The Circle, l’incident industriel cinéma d’Emma Watson…

Les Etats-Unis, dans un futur proche. Mae est engagée chez The Circle, le groupe de nouvelles technologies et de médias sociaux le plus puissant au monde. Pour elle, c’est une opportunité en or ! Tandis qu’elle prend de plus en plus de responsabilités, le fondateur de l’entreprise, Eamon Bailey, l’encourage à participer à une expérience révolutionnaire qui bouscule les limites de la vie privée, de l’éthique et des libertés individuelles. Désormais, les choix que fait Mae dans le cadre de cette expérience impactent l’avenir de ses amis, de ses proches et de l’humanité tout entière…

The Circle de James Ponsoldt est l’un de ses films qui vous fait vous demander ce qui a bien pu exploser en vol dans la conception du script ? Quel a été l’événement perturbateur poussant la production à sortir un film au final aussi incohérent, mal écrit et tout simplement ridicule. Le vrai souci de The Circle de James Ponsoldt est que le film ne sait tout simplement jamais et ce du début à la fin ce qu’il veut être. Un épisode de Black Mirror qui se prend trop au sérieux, un thriller, une critique de Google et Facebook. Il essaye d’être tout à la fois et dans le fond ne réussit jamais rien. C’est un gâchis assez incroyable qui se déroule sous nos yeux. Et dans le cas présent quand on a Emma Watson et Tom Hanks devant la caméra et que l’on accouche de ce genre de pétard mouillé, il y a de quoi être pour le moins surpris. Est-ce que le film avait un certain potentiel ? Oui, moderne de par son sujet et sa thématique de l’hégémonie sur nos vies que certaines multinationales ont The Circle de James Ponsoldt pouvait toucher en plein cœur le spectateur en le faisant aussi bien réfléchir que frémir. Mais le hic est qu’en près de 2h le film peine à réussir ce que Black Mirror met en place et développe en moins d’une heure. Sur des thématiques similaires, la comparaison est totalement défavorable pour The Circle de James Ponsoldt. Elle est même catastrophique.

Pourquoi ? Sûrement pour la raison évidente et consternante que quasi-tout le cast est gâché. Mais le pire tient quand même dans le personnage d’Emma Watson dont le scénario laisse planer un doute agaçant, celui nous faisant nous demander si nous sommes devant une personne totalement idiote ou juste sadomasochiste. Le film lui offre à jouer un rôle qui s’avère flottant à plus d’un titre. Voire même complètement chancelant. La dernière partie du film la poussant d’une séquence à l’autre à avoir des comportements aberrant au regard de ce qui vient de lui arriver. Tout cela culminant dans un final baclé et tout simplement ridicule. Le vrai cœur du film à savoir le superpouvoir que nous offrons à ces sociétés du net en brisant volontairement les barrières autour de notre vie privée est à peine abordé concrètement. C’est bien simple, chacune des séquences tournant autour de cette thématique semble tout droit sortie d’un mauvais téléfilm du câble. Le tout dit au 1er degré par un casting pourtant 4 étoiles se demandant dans le fond ce qu’il est venu faire dans cette galère. Oui, l’idée de départ du film était défendable et intéressante et en l’état tout était en place pour que The Circle de James Ponsoldt possède une certaine force en développant son propos. Malheureusement cela n’arrive jamais. La meilleure définition possible pour parler de ce film au final n’est autre qu’incident industriel.

La terminologie est violente, mais difficile de prendre des gants avec un film qui passe autant à côté de son sujet. Incapable de trouver un équilibre, le naufrage lent et méthodique de l’histoire dure près de deux heures. 2 longues heures à assister au regard déprimé d’acteurs conscient du fiasco et qui font tout ce qu’ils peuvent pour sauver les meubles. The Circle de James Ponsoldt est raté et fascinant à la fois dans ce fiasco. Son incroyable degré de ridicule finit presque par une façon assez sadomasochiste de le rendre attachant. Mais toujours pour pleins de mauvaises raisons que le cinéphile normal et hermétique à la perversion de s’enfoncer dans les rouages d’un très mauvais film ne comprendra pas. Du coup, si vous êtes immunisés contre cette déviance, il va de soi que The Circle de James Ponsoldt n’est vraiment pas un film que je vous conseille. A vous de voir pour suivre ou non ce warning.

 

No Comments

Leave a Reply