Browsing Tag

HBO

Les news TV

Dans les coulisses de la saison 1 de Westworld

Westworld avec sa saison 1 avait réussi à autant fasciner que laisser une partie du public de marbre. Le succès fut quand même présent donc pas de quoi inquiéter HBO, mais maintenant qu’elle est derrière nous, il est assez intéressant de voir des vidéos concernant les coulisses de la série arriver à nouveau sur le net. Et plus précisément concernant l’immensité des VFX présents dans la série. Des effets spéciaux dont bien souvent on ne se soucie pas en regardant les épisodes de Westworld. Ce qui montre qu’ils sont pour le moins réussi. C’est tout un art de cacher loin des yeux et de l’esprit ce qui est pourtant absolument évident comme le démontre la vidéo qui suit. Alors en attendant la suite de Westworld et si comme moi l’idée de vous enfoncer dans les petits recoins de la création visuelle d’une série vous intéresse, je suis certain que cette vidéo explicative des VFX de la saison 1 de Westworld sera parfaite pour vous. Pour être totalement honnête, cela donne presque envie de se replonger dans la saison 1 du show pour commencer à chercher encore et encore la trace du moindre détail les concernant. Et visiblement je pense que si l’on fait la somme de tous les plans truquées présents dans la série, il y a de quoi s’occuper pendant un très long moment. En attendant la saison 2, voici de quoi vous occuper à nouveau. Bon retour du côté de Westworld.

Critiques de films Films américains

Tour de Pharmacy, le pétage de plomb de l’année?

Tour de Pharmacyest-il pour l’instant le plus gros pétage de plomb de 2017 ? j’ai bien envie de dire oui, je ne vois pas comment l’on peut qualifier autrement ce film. Ce que HBO a mis en place en 40 minutes a des faux airs de Gonzo de la comédie. Vous savez ce moment où tout le monde s’accorde pour dire qu’il est bon de ne pas avoir la moindre limite et se lancer dans un grand moment de folie. Ce dernier a pour but de redéfinir les contours de l’histoire du Tour de France. Un monument pour nous, une institution que l’on ne devrait pas accepter de voir remise en cause. Mais quand on voit le résultat ici, on ne peut qu’applaudir à deux mains et en demander encore et encore. 40 minutes, c’est trop court ! Mais pourtant en si peu de temps, Tour de Pharmacy se paye un casting de malade allant de Lance Amstrong , Mike Tyson, JJ Abrams a tant d’autres que cela en devient indécent. Centré sur un groupe d’individus camé jusqu’à l’os dans ce qui fut jugé comme le pire tour de l’histoire, Tour de Pharmacy devient le mockumentary sans limites. Tout est faux et pourtant on en vient à regretter ce léger détail. Oui, le Tour de France est une usine à dopage, tout le monde le sait, la présence de Lance Amstrong dans ce film n’en rend la chose qu’encore plus drôle. Mais l’avantage non négligeable ici est qu’avec le panache que déploie l’histoire, il est impossible de ne pas tomber sous le charme. Tour de Pharmacy ne se dissèque pas pendant des heures, c’est une expérience qui se vit le pied sur la pédale et en accélérant un maximum. Inutile de réfléchir trop, il faut juste se contenter de profiter de l’instant. Laisser les vannes nous arriver les unes à la suite des autres dans la gueule et accepter ce flot continu d’humour sale. Et si vous êtes fan de John  Cena, préparez-vous, vous ne le verrez plus jamais comme avant après ce film. Une réussite parfait, décalé et totalement  wtf dans son genre. A voir !

Les news TV

Ballers, saison 3 en marche et The Rock est toujours le boss!

Ballers est la série qui sans Dwayne Johnson au milieu de l’affiche n’aurait pas le moindre intérêt. Il faut être honnête… mais du fait de sa présence, voici qu’elle atteint d’un coup d’autres sommets. Drôle, irrévérencieuse, délicieusement superficielle, la liste est longue et l’on pourrait y passer des heures. Tout cela pour finir par dire l’évidence, 2 saisons après son démarrage, la série est toujours là, toujours aussi drôle et la saison 3 qui pointe son nez à l’horizon semble continuer à faire briller en lettre d’or le nom Ballers au sommet d HBO. Voici donc les nouvelles images de Ballers pour sa saison 3, enjoy !

Les news TV

Tour de Pharmacy, le pétage de plomb ultime de HBO?

Tour de Pharmacy est un Ovni, je ne vois pas comment il peut-être possible de définir autrement ce « truc ». Faux documentaire fait pour HBO autour du Tour de France et du dopage, cette production est surtout une occasion en or pour ses créateurs et producteurs de réunir un casting de fou et de tout simplement partir en sucettes de la plus belle des manières. Vous avez un doute sur la véracité de mes propos ? Il vous suffira alors de regarder Tour de Pharmacy et sa bande-annonce si particulière pour comprendre où je veux en venir. Tout est littéralement fou dans ce film et quand on découvre l’immensité du casting, il y a de quoi poser genou à terre et crier au génie. Le cast regroupera Andy Samberg, Orlando Bloom, Daveed Diggs, John Cena, Dolph Lundgren, Phylicia Rashad, Freddie Highmore, Julia Ormond, Mike Tyson et un paquet de guests pour le moins dingue comme Lance Armstrong qui fait preuve de pas mal de second degré vu son passé avec le dopage. Je ne sais pas si la chose arrivera officiellement chez nous un jour, mais en attendant faites-vous votre propre Tour de Pharmacy avec ce trailer en forme de WTF géant.

Les news TV

Jordan Peele s’attaque au mythe Lovecraft pour HBO.

Jordan Peele après son énorme succès avec GET OUT a Hollywood à ses pieds. Et alors que l’on s’attendait à le voir prendre les commandes d’Akira pour Warner Bros, voici qu’il refuse pour continuer à faire des projets plus personnels. Une attitude qui me semble saine et le place dans les traces d’un James Wan qui a construit son empire de l’horreur avant de revenir plus tard aux commandes de Blockbuster mais cette fois-ci dans une vraie position de force non passagère. Jordan Peele a bien compris qu’il n’était qu’à la première marche de son périple et qu’il allait falloir consolider le tout. Et cela passe par le fait de se diversifier. Le prochain projet de Jordan Peele ne sera donc pas pour l’instant comme réalisateur, mais comme producteur avec JJ Abrams et Warner Television (qui semble bien décider à le garder dans son poulailler…) pour mettre en place une série d’anthologies d’horreur du nom de Lovecraft Country, le tout pour HBO. La série est construite autour de l’œuvre de Matt Ruff et suit le personnage d’Atticus Black dans une Amérique des années 50 à la recherche de son père disparu. Le pitch est le suivant : « Black joins up with his friend Letitia and his Uncle George [and] this begins a struggle to survive and overcome both the racist terrors of white America and the malevolent spirits that could be ripped from a Lovecraft paperback. » En continuant de rester fidèle à ses ambitions de mixer le domaine de l’horreur et un aspect social et une etude du racisme aux Etats-unis, Jordan Peele se place comme un réalisateur au potentiel assez fou. Difficile de ne pas avoir envie de le suivre sur la durée.

Synopsis « Lovecraft Country » : Chicago, 1954. When his father Montrose goes missing, 22-year-old Army veteran Atticus Turner embarks on a road trip to New England to find him, accompanied by his Uncle George — publisher of The Safe Negro Travel Guide — and his childhood friend Letitia. On their journey to the manor of Mr. Braithwhite — heir to the estate that owned one of Atticus’s ancestors — they encounter both mundane terrors of white America and malevolent spirits that seem straight out of the weird tales George devours. At the manor, Atticus discovers his father in chains, held prisoner by a secret cabal named the Order of the Ancient Dawn — led by Samuel Braithwhite and his son Caleb — which has gathered to orchestrate a ritual that shockingly centers on Atticus. And his one hope of salvation may be the seed of his — and the whole Turner clan’s — destruction.

Source: Deadline

 

 

Critiques de films Films américains

Beware of the Slenderman, bienvenue en enfer!

Beware of the Slenderman de Irene Taylor Brodsky est-il un des documentaires les plus dérangeants et malsains que j’ai vu depuis longtemps ? J’ai envie de dire un énorme oui. Dès le départ et la lecture du pitch (une enquête sur une tentative de meurtre faite par deux ados de 12 contre une 3e fille de leur classe… et la raison… une légende urbaine du net), quelque chose va commencer à vous mettre en alerte. Nous ne sommes pas dans le genre classique du documentaire plan-plan qui va aller d’un point A vers B. La réalisatrice utilise tous les atouts a sa disposition pour rendre le récit encore plus réaliste et déstabilisant. Mélangeant le réel et la fiction pour appuyer son propos, Irene Taylor Brodsky se révèle assez vite comme étant un des regards les plus froids et clinique sur les dangers de l’internet pour la jeune génération. Non, le film n’est pas un plaidoyer moralisateur contre Internet, mais un outil intelligent qui dans le cadre d’un récit maitrisé de bout en bout dans les codes du documentaire fait mouche à plus d’une reprise. Glaçant pourrait être le mot le plus adéquat pour définir ce film. Le parcours de ces deux enfants au début est presque capable de nous faire douter de notre propre jugement. Ce ne sont que des enfants se dit-on, puis les parents arrivent dans l’échiquier, le malaise et la détresse qui est la leur renforcent encore plus la gigantesque abysse dans laquelle le spectateur finit par tomber. Car loin des films d’horreur s’appuyant sur des éléments trop fantastiques, le socle qui constitue la base de Beware of the Slenderman est réel et c’est bien ce qui s’avère terrifiant plus le documentaire progresse.

beware-slenderman-hbo

Dévoilant sa narration avec un calme chirurgical, il est presque facile pour le spectateur de se laisser aller à une éventuelle envie de comprendre les enfants (la faute à la société, un tissu social ?, l’éventail des raisons en carton sont légions) Mais très vite, la réalité nous rattrape et le portrait qui se dévoile des deux adolescentes apprentis meurtrières dépasse ce que l’on est habitué à encaisser. L’âge des « tueuses » est le premier coup de grâce… 12 ans, 19 coups de couteau. Des suites de faits qui glacent le sang, mais ce n’est rien en comparaison de cette plongée nauséeuse dans les contours des deux profils psychologiques. Au fil du temps qui passe lors de l’enquête, on découvre ces deux filles grandissant et évoluant. L’une se cimentant dans le costume de la potentielle tueuse ultra-dangereuse de par son absence d’empathie et d’émotions (le passif familial est le coup de grâce) et l’autre dans son rôle d’adolescente qui donne l’impression de ne toujours pas comprendre la gravité de ce qu’elle à fait. On regarde la chose avec un regard de plus en plus lointain comme si l’on voulait se détacher de ce que Beware of the Slenderman nous renvoie au visage. Non à 12 ans, il arrive que l’on est d’autres préoccupations que celle de jouer à la console ou tout autre chose aussi futile. L’inclusion du réel, du net et des légendes urbaines qui le peuple et l’impact que tout cela peut avoir sur la psyché en formation des adolescents est effrayant car bien trop réel. Et c’est la grande force de ce documentaire. Montrer comment au travers de légendes qui n’auraient jamais du quitter le berceau du net d’où elles reposaient, l’horreur peut naître et pervertir sans le moindre mal les soi-disant innocents.

Jouant habilement avec les codes du documentaire et les artifices des films d’horreur, Beware of the Slenderman réussit à créer une sorte d’hybride dans son genre. Est-ce que le film est parfait ? Il ne sera pas forcément du goût de tout le monde de par la lenteur de son rythme. Analyse psychologique sans états d’âme montrant les faits tels qu’ils sont, ce que nous renvoie le documentaire d’Irene Taylor Brodsky donnera parfois envie d’aller voir ailleurs pour regarder quelque chose de plus léger. Ce serait en partie une erreur. Car il est inutile de fuir la réalité, à la différence des légendes urbaines, elle finit toujours pas nous rattraper d’une manière ou d’une autre. Et dans le cas de Beware of the Slenderman on en vient à se demander ce qui est le plus terrifiant : le monstre ou ceux que la société à créer en son honneur ? Surement l’un des documentaires les plus profondément déstabilisants sur le fond que j’ai vu ces derniers temps.

Les news TV

Sarah Jessica Parker divorce en Octobre sur HBO

Cela faisait longtemps que l’on n’entendait plus grand-chose sur la carrière de Sarah Jessica Parker, du moins de mémorable et voici qu’à la rentrée prochaine en Octobre, elle va revenir dans le domaine de la télévision, ce petit lieu qui a fait d’elle une star. Le projet aura-t-il autant de succès qu’un Sex and The City ? Si l’on se réfère au simple premier teaser qui suit, il va être difficile de dire aussi bien oui… que non. En effet Divorce sera a priori une comédie et non pas un Drama trop lourd à digérer. Doté d’un casting plus que correct en la personne de Sarah Jessica Parker et Thomas Haden Church incarnant les rôles-titres de ce couple passant par la case divorce, la série verra aussi d’autres têtes connues venir faire un tour comme Jermaine Clement ou Molly Shannon entre autres. La question est de savoir si la série aura assez de jus pour durer sur la longueur. Une question sans réponse pour l’instant. La force première de ce projet tenant dans son casting, il faudra lui accorder le bénéfice du doute en attendant, mais je suis certain que les fans de Sarah Jessica Parker n’auront pas le moindre mal à le faire en attendant de découvrir le premier épisode de Divorce sur HBO. Mais pour l’instant, il faudra vous contenter de ce teaser pour vous faire une idée de ce qui vous attend à la rentrée. Enjoy !

Les news TV

The Night Of, John Turturro enquête pour HBO

The Night Of est un projet qui a failli ne jamais voir le jour sur HBO. La raison est simple, à l’origine la mini-série était faite pour James Gandolfini, mais avec sa mort, le projet a pris du plomb dans l’aile. Avant de renaître de ses cendres avec Robert de Niro et de mourir à nouveau en attendant que John Turturro remplace le dernier acteur. La série débutera en Juillet sur HBO, The Night of est l’adaptation américaine de la mini-série de la BBC Criminal Justice. Le pitch de la série est le suivant : The Night Of delves into the intricacies of a complex New York City murder case with cultural and political overtones. The story examines the police investigation, the legal proceedings, the criminal justice system and the feral purgatory of Rikers Island, where the accused await trial for felony crimes. John Turturro jouera le role de Jack Stone un avocet qui l’espace d’un soir va tomber sur l’affaire de trop pour lui. The Night Of, au-delà de John Turturro aura un casting 4 étoiles : Michael K. Williams, Glenne Headly, Ben Shenkman, Max Casella, Amara Karan, Sofia Black-D’Elia. Paul Sparks, Afton Williamson, Paulo Costanzo, Ned Eisenberg, Mohammad Bakri, Nabil Elouahabi, Ashley Thomas, Glenn Fleshler, Chip Zien, Riz Ahmed, Bill Camp, Payman Maadi et Poorna Jagannathan. Et histoire de vous faire une idée de ce qui vous attend, voici le premier trailer de présentation. Maintenant reste à savoir si la série fera le voyage chez nous et sous quelle forme ? OCS me semble un candidat probable pour le rôle de la terre d’accueil, mais rien n’est fait. Peut-être n’arrivera-t-elle tout simplement jamais chez nous en fait. C’est une autre possibilité. Mais avec un casting pareil pour The Night Of, il faut bien reconnaître que cela serait assez dommage quand même. Mais l’on n’est jamais à l’abri d’une mauvaise surprise…

[wpdevart_youtube]Yu-4VjxVWuY[/wpdevart_youtube]