Browsing Tag

disney

Les news

Ross Tran réinvente les princesses Disney!

Je sais dans le fond, tu en as ras le cul des posts, et les princesses Disney blablabla. Je peux comprendre. Mais, dans le cas précis, ces illustrations de Ross Tran déboîtent tellement qu’il me semble presque injurieux de passer à côté. Du genre, on va se faire violence sur les jugements et accepter le fait que chacun de ces designs/relooking des princesses Disney mythologiques… donne presque envie de voir ces versions animes et badass prendre vie. Cela pue sévèrement la classe. Toi-même tu sais…

Les news Trailers

Jagga Jasoos, coprod loufoque entre Disney et Bollywood…

Jagga Jasoos (English : Detective Jagga) est une production indienne Disney (oui cela surprend) mélangeant le genre de la comédie, du musical, de la romance (en gros le mélange des genres dont raffole le cinéma indien. Et quand on regarde ce trailer, il faut bien admettre qu’il y a un je-ne-sais-quoi de fascinant qui se dégage de l’ensemble. Un peu comme si sous l’impulsion de Disney (ou d’autres forces en coulisses…) le film avait été modelé pour pouvoir toucher aussi bien le public Indien que le reste du monde par ricochets. Le casting de Jagga Jasoos aussi bien devant que derrière la caméra est le suivant : Le réalisateur est Anurag Basu, le film est produit par Basu and Ranbir Kapoor. Le casting principal est le suivant : Ranbir Kapoor, Katrina Kaif et Adah Sharma dans les rôles principaux. Jagga Jasoos suivra l’aventure d’un jeune détective partant à la recherche de son père disparu. Il y a un petit côté Jim Carrey imitant Chaplin qui se dégage de l’acteur principal. Est-ce que l’on verra ce film un jour chez nous ? Pas la moindre idée. En attendant voici les premières images de Jagga Jasoos pour vous faire une idée par vous-même.

Les news

Cars 3, le nouveau trésor des studios Pixar!!!

Cars n’a jamais été mon film favori dans la galaxie Pixar, c’est un très bon film certes, mais avec le temps j’avais fini par le mettre de côté. Je n’ai pas vu le 2 et le 3 me laissait de marbre. Mais après la découverte de ce nouveau trailer, je dois bien reconnaître que je suis complètement passé de l’autre côté de l’avenue du doute. Beaucoup plus mature dans son ton, magnifique en termes de rendu et diablement épique, il faudrait être d’une mauvaise foi maladive pour dire que ce Cars 3 n’a pas de la gueule. Histoire de vous faire un avis par vous-même sur ce qui vous attend avec la nouvelle création des studios Pixar voici le trailer définitif pour vous convaincre d’aller voir Cars 3. Et si vous ne craquez pas en voyant ces images sincèrement, je ne peux plus rien pour vous. Enjoy !

Follow le Jds sur twitter / Jds sur Facebook

Les news Trailers

Coco: 1ere bande-annonce du prochain film Disney/Pixar

Depuis déjà plusieurs générations, la musique est bannie dans la famille de Miguel. Un vrai déchirement pour le jeune garçon dont le rêve ultime est de devenir un musicien aussi accompli que son idole, Ernesto de la Cruz. Bien décidé à prouver son talent, Miguel, par un étrange concours de circonstances, se retrouve propulsé dans un endroit aussi étonnant que coloré : le Pays des Morts. Là, il se lie d’amitié avec Hector, un gentil garçon mais un peu filou sur les bords. Ensemble, ils vont accomplir un voyage extraordinaire qui leur révèlera la véritable histoire qui se cache derrière celle de la famille de Miguel…Réalisé par Lee Unkrich (TOY STORY 3), coréalisé par Adrian Molina (MONSTERS UNIVERSITY) et produit par Darla K. Anderson (TOY STORY 3), COCO, la nouvelle production des studios Disney.Pixar, sortira le 29 Novembre en France au cinéma.

Certes les studios Disney/Pixar sont déjà en mode promotion intense pour Cars 3 (qui semble lui aussi très intéressant), mais cela ne veut pas pour autant dire qu’il faudra oublier ce CoCo. Ce nouveau long-métrage de Pixar est l’œuvre de Lee Unkrich, le réalisateur de Monstres & Cie, Toy Story 2 et 3 pour les plus récents.

Critiques de films Films américains

La belle et la bête en live, nouveau classique Disney

La belle et la bête version animé de Disney est pour beaucoup un classique. Les légions de fans aimant ce film attendaient cette version live le couteau entre les dents. En ce qui me concerne, je ne suis pas plus fan que cela de la version animée. Je sais sacrilège et mon cœur balance nettement plus vers l’adaptation en comédie musicale que je trouve tout simplement splendide. La bonne surprise est que dans l’esprit cette version de La belle et la bête par Bill Condon est une adaptation de la comédie musicale. Alors si vous avez aimé la version féerique et sérieuse de Christophe Gans ou le côté friendly du dessin animée, il faudra faire avec certains des aléas du genre « Broadway ». La belle et la bête est complètement « over the top » a plus d’un titre sans pour autant jamais se perdre en route, c’est la beauté de la chose. Si l’on place côte à côte le dessin animé et le film, les fans diront qu’au-delà des nombreux numéros musicaux, les différences sont minimes. C’est vrai. Mais c’est l’ampleur de cette apport musical ainsi que la beauté de la mise en scène qui décuple la magie de l’ensemble et dans le domaine, La belle et la bête vend du bonheur avec une force et un enthousiasme qui commande le respect.

beauty-and-the-beast-01

Tout le monde connaît par cœur l’histoire de La belle et la bête. Bill Condon du coup à la différence de Christophe Gans qui avait voulu innover ne cherche pas à sortir l’artillerie lourde sur ce point précis. Mais cela n’enlève en rien de sa superbe au film. L’histoire qu’il nous raconte rentre dans une de ces rares exceptions où l’on sait exactement ce que l’on va voir et surtout ce que l’on veut voir. Romantique, drôle et d’une humanité qui touche au cœur à plus d’une reprise, il n’y a pas vraiment de fautes graves dans le chemin qu’entreprend Bill Condon. Du début à la fin, il mène son film d’une main de maître aidé en cela par un casting parfait où Emma Watson et Dan Stevens malgré son masque numérique de poils… illumine le récit. Difficile de ne pas retrouver son âme d’enfant face à cette romance aussi simple qu’universelle. Certains diront que la simplicité du propos est exaspérante. Mais là encore, la base d’une comédie romantique et les codes qui animent ce genre n’ont jamais été bien complexes. Après c’est au réalisateur et à son équipe d’acteurs de réussir à s’approprier l’ensemble pour transcender les attentes du spectateur. Voir tout simplement les pièges qui se dressent entre lui et son acceptation du concept. Et du début à la fin, La belle et la bête passe chacune de ces étapes sans trébucher, la tête haute.

La Belle et la Bête réussit donc un parcours sans fautes du début à la fin du récit. Dan Stevens en tête et malgré son masque numérique illumine le film dans le rôle de la bête en faisant passer des tonnes d’expressions dans ce ramassis de lignes de codes. Tout comme pour le Livre de la Jungle de John Favreau, l’avancée de la technologie devient le meilleur allié de ces nouvelles adaptations. Les limitations d’antan n’existent plus et Bill Condon s’en donne à cœur joie pour updater de la meilleure façon possible le récit. Féerique, épique et romantique, Disney update de la façon la plus brillante qui soit ses classiques. Ce qui laisse présager de grandes choses pour le prochain en date que sera Le roi Lion. Mais en attendant ce moment, La Belle et la Bête tout comme sa précédente version ravira encore et toujours les fans. Par les temps qui courent, il serait idiot de se priver de ce genre de films qui font un bien fou. À voir et pas qu’une fois.

Critiques de films Films français

L’empereur, la perfection a un scénario près…

À travers le regard et les souvenirs de son aîné, un jeune manchot se prépare à vivre son premier voyage… Répondant par instinct au mystérieux appel qui l’incite à rejoindre l’océan, découvrez les incroyables épreuves qu’il devra à son tour traverser pour accomplir son destin et assurer sa survie et celle de son espèce. Marchez avec lui dans les paysages éphémères de l’Antarctique, ressentez la morsure du vent et du froid qui l’attendent à chaque pas et plongez avec lui dans les fonds marins jusqu’alors inexplorés.

Les documentaires de Luc Jacquet sont toujours la garantie d’une réalisation à couper le souffle. C’est une constante depuis ses débuts et la somme des moyens mise à sa disposition l’aide à aller encore et toujours plus loin. Et quand on voit l’Empereur, on comprend que la limite de l’imagination de Luc Jacquet semble sans limites. Magnifique, hypnotisant…la liste des termes pour qualifier la qualité incroyable des images de ce film pourrait durer pendant des heures. Malheureusement, est-il possible d’en dire autant du scénario de l’histoire ? J’ai envie de dire pas forcément. Utilisant une structure narrative inutilement compliqué à la vue de son histoire au final très simple, le film perd assez vite de sa puissance. L’histoire de cette famille a beau avoir comme allié Lambert Wilson pour nous mener dans les méandres de cette aventure, on finit assez rapidement par décrocher. C’est le véritable souci du film. Luc Jacquet avec l’Empereur cible un public très enfantin. Ce qui est en soit une chose assez respectable et auquel la plupart de ses documentaires se prêtent. Mais à force de ne pas forcément évoluer dans le domaine du scénario, une certaine forme de lassitude peut se former dans les neurones des spectateurs hors-cadre de sa cible.

Non les documentaires de Luc Jacquet ne sont pas l’équivalent de ce que la BBC a pu faire. Les moyens que Disney lui offre pour ce film sont somptueux, mais comme partout, si le scénario ne suit pas derrière la magie a du mal à prendre. Et c’est dommage, pour la simple et bonne raison que lorsque l’on prend juste le temps d’y réfléchir un instant tous les éléments étaient en place avec ce film. La réalisation, les moyens, les paysages, les animaux, Lambert Wilson…mais la simplicité de l’histoire et sa volonté de compliquer les choses à outrance pour se donner un genre finit par faire oublier le reste. Ce qui est dommage vu qu’il est difficile de nier le talent de Luc Jacquet dans la mise en scène. Sa vision des choses pour mettre en valeur ses sujets à savoir la nature et les animaux témoigne d’une véritable passion pour son sujet. Mais cela ne fait pour autant de lui un vrai conteur. Il connaît une formule et la réplique advitam eternam. Peut-être que par la suite et pour son prochain projet, un vrai scénariste viendra l’épauler. A ce moment là, je n’ai pas le moindre doute que cela fera à nouveau des étincelles. Mais pour l’instant, si l’on se tient juste à ce que nous offre, l’Empereur, nous sommes en face d’un écrin magnifique, mais un peu vide. Ce qui est d’autant plus rageant vu que cela par moment transforme l’incroyable courte durée du film en une éternité. Dommage.

 

Les news Trailers

Rogue One, nouveau trailer pour le marché asiatique…

Rogue One continue son marathon marketing avec la vitalité d’un rouleau compresseur, le but est de cartonner en salles et sincèrement, il est difficile de croire que cela ne sera pas le cas. Le marché asiatique va être une part importante dans l’édifice des recettes du film. Le cast international et accessoirement chinois dans le cas de ce trailer se prête au jeu de la promo pour donner envie aux spectateurs d’aller voir le film. Et au passage le trailer nous gratifie de nouvelles images pour Rogue One, que demander de plus ? Voici donc un nouveau voyage dans l’univers de ce nouveau chapitre de Star Wars en attendant la sortie en salles.

Les news Trailers

Rogue One, un dernier trailer pour la route…

Rogue One arrive bientôt dans les salles et comme à peu près la Terre entière, je pense que vous savez à peu près tout ce qu’il y a savoir sur ce film. Du coup, je ne vais pas en rajouter des tonnes et je zappe le laïus sur l’histoire de Rogue One. Mais cela ne vous empêche pas de profiter mine de rien de l’intégralité des nouvelles images présentes dans ce trailer, il y a de quoi faire et je pense que cela vous permettra d’attendre dans le calme. Enjoy !