Critiques de films Films américains Les news

Suspiria, l’ovni malaisant de fin d’année en mode WTF.

[podcast_subscribe id="31141"]

Suspiria de Luca Guadagnino est-il un film inclassable, étrange, malade complètement atroce ? J’ai envie de dire oui et 100 autres choses à la fois.

Susie Bannion, jeune danseuse américaine, débarque à Berlin dans l’espoir d’intégrer la célèbre compagnie de danse Helena Markos. Madame Blanc, sa chorégraphe, impressionnée par son talent, promeut Susie danseuse étoile. Tandis que les répétitions du ballet final s’intensifient, les deux femmes deviennent de plus en plus proches. C’est alors que Susie commence à faire de terrifiantes découvertes sur la compagnie et celles qui la dirigent…

Suspiria de Luca Guadagnino est-il un film inclassable, étrange, malade complètement atroce ? J’ai envie de dire oui et 100 autres choses à la fois. C’est un rare exemple de moments de cinéma où l’on finit en sortant de la salle en n’ayant pas la moindre idée de ce que l’on a vu. Un opéra d’horreur hallucinant. Luca Guadagnino repousse toutes les limites possibles et malmène le spectateur jusqu’à ce que ce dernier finisse épuisé et dans un état d’incompréhension le plus complet. Est-ce que ce film sera revu à la hausse d’ici une décennie ? ou deux en fait ? Je me pose encore et toujours la question. À la fois sexuelle, horrifique, historique Suspiria est impossible à définir et cela me laisse perplexe. A un point que je n’imaginais même pas possible. Dire que le film est trop long est un euphémisme. On le passe à regarder l’action à l’écran sans vraiment bien comprendre où l’on va ni ce que Luca Guadagnino veut vraiment nous dire. La chose est obscure, sexy et salement soporifique. Et pourtant on se laisse parfois avec difficulté emporter par la chose.

Est-ce que cela se termine par un moment de grâce ? J’ai envie de dire que c’est une chose que l’on jugera encore et encore d’ici quelques années. Le meilleur mot que l’on peut trouver pour définir Suspiria est radical. Voici un film qui du début à la fin de sa durée n’a pas la moindre envie de plaire. Et c’est totalement ce qui se passe, on est perplexe, frappé de plein de fouets par la fascination, l’envie de dormir, de rire et ce moment où l’on se dit « mais qu’est-ce qui se passe ? » et je ne sais toujours pas quoi penser pleinement. On flirte avec tous les extrêmes et c’est aussi fascinant qu’exaspérant. Suspiria est un Ovni, un moment de grâce pour certains et une aberration pour d’autres. Le genre de films dont l’existence même est un mystère. J’aimerais dire que mon cœur a fait le grand saut vers l’amour fou pour ce que Luca Guadagnino vient d’offrir aux spectateurs, mais la vérité est que même plusieurs semaines après l’avoir vu… je ne sais toujours pas quoi en penser. C’est bien le problème de ce Suspiria.

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.