Critiques de films

Stratton, le Spy Game complètement raté de Simon West…

Stratton, agent du MI6, s’infiltre avec son coéquipier Marty dans un laboratoire iranien pour intercepter le vol de molécules chimiques mortelles. Mais à leur arrivée, celles-ci ont déjà disparu et la mission tourne mal… De retour à Londres, Stratton et son équipe se lancent dans une course contre la montre pour stopper la cellule terroriste qui projette d’utiliser l’arme biochimique sur une capitale.

Je ne savais rien au sujet de ce film au-delà du fait qu’Henry Cavill devait interpréter le rôle-titre avant de le voir. J’étais donc vierge de toutes idées préconçues. Puis soudain en voyant que le réalisateur allait être Simon West, j’ai eu comme un doute. Vint ensuite le fait que pour des raisons encore obscures Henry Cavill quitta le navire pour être remplacé par Dominic Cooper. Et désormais après avoir vu le film, on peut assez facilement comprendre pourquoi ? Stratton est au final ni plus ni moins qu’un téléfilm fait en pilote automatique. Le genre de ceux que l’on consomme à vitesse grand V en sachant que d’ici 48h, il ne restera sans doute rien de l’ensemble dans nos mémoires. Pourtant en passant de Dominic Cooper, Tom Felton ou Connie Nielsen, le casting n’est pas horrible. Il est même à vrai dire tout à fait honnête, le souci en deux temps vient du scénario et de la réalisation. L’intrigue de Stratton est des plus standard : une chasse au terroriste ayant volé une arme bactériologique et désireux de l’utiliser sur une grande ville. On a déjà vu la chose 100 fois et même si l’on ne peut s’empêcher de bailler par intermittence, on se dit pourquoi pas. On essaye d’y croire. Enfin, cela aurait pu fonctionner si la réalisation avait tenu la route.

Et c’est bien là que réside le gros souci de ce Stratton, la platitude de sa réalisation est assez effarante. C’est un peu comme si personne n’y croyait. On s’interroge sur la localisation du budget tant à l’écran rien n’indique que la totalité de ce dernier à servi à en mettre plein la vue. Déjà handicapé par un scénario ne faisant pas le moindre effort, c’est ici que le coup de grâce est asséné par Simon West lui-même. Dominic Cooper qui bien que bon acteur ne réussit pas à faire vivre son personnage au-delà du marécage de clichés dans lequel il évolue. Et c’est ainsi que meurt dans la plus grande indifférence ce qui aurait pu être une franchise a minima sympathique. Renouveler le genre des films d’espionnage n’est pas simple, mais certain y arrive. Autant le reconnaître, Simon West n’est pas dans cette catégorie. Film de série B ultrabasique, il y avait une raison pour la fuite des talents autour de cette production. Le résultat s’avérant être au final d’une terrible médiocrité que l’on oublie assez vite dès que l’on a fini de le regarder. Dommage…

Follow le Jds sur twitter / Jds sur Facebook

No Comments

Leave a Reply