Critiques de films Films américains

Special Correspondants, Ricky Gervais fait dans le remake…

special-correspondants-netflix

Special Correspondants de Ricky Gervais est un objet un peu bizarre. Dans la catégorie des comédies françaises ayant eu droit à un remake chez l’oncle Sam, il y a le haut du panier avec True Lies qui est le remake de la Totale de Claude Zidi. Et en bout de chaîne, il y a Special Correspondants qui est le remake d’Envoyés très spéciaux avec Lanvin et Jugnot. Produit par Netflix cette comédie spécialement fait pour le petit écran ne nage pas dans le grand bain de l’originalité. Au-delà du casting d’Eric Bana dont le charme fait toujours l’affaire et du second degré de Ricky Gervais, il est assez difficile de sauver beaucoup de choses dans Special Correspondants. Nous sommes devant une comédie balisée en diable ou chacun des twists est prévisible des kilomètres à l’avance et où le manque d’ampleur de la réalisation fini de rendre l’ensemble dangereusement mollasson. On est certes amusé par ce duo qui repose en grande partie sur les vieilles habitudes comiques des deux acteurs. Mais là encore peu aidé par le script qui n’a pas vraiment de profondeur, on sent qu’ils sont à plus d’une reprise en pilotage automatique pour éviter de s’endormir eux-mêmes. Special Correspondants à ce défaut de très vite manquer de rythme. Ce qui pour une comédie est assez fatal et encore plus tragiquement comique quand Ricky Gervais est devant et derrière la caméra. On s’attend venant de lui à un peu de folie, a une patte et un style particulier. Mais à part quelques rares envolés cela ne vient jamais. Résultat des courses, on s’ennuie en silence et poliment, mais l’on s’ennuie ferme surtout dans la dernière partie qui ultra-prévisible au possible semble malheureusement bâclée.

special-correspondants-netflix02

Les mauvaises langues diront qu’en cela le film de Ricky Gervais est une adaptation fidèle d’Envoyés très spéciaux qui lui aussi ne brillait pas fondamentalement par ses qualités. Mais avec le nouveau duo en place, l’espoir était de mise. Y a-t-il pourtant des choses à sauver ? Pas forcément, les seconds rôles ne sont pas vraiment mémorables non plus, à part peut-être Vera Farmiga dans le rôle de la femme de Ricky Gervais délicieusement abjecte. Mais venant d’une actrice de ce calibre on se dit que même lire le bottin serait agréable avec elle. Malheureusement au-delà du dernier tiers du film où son importance monte en grade et son temps de présence aussi, la qualité d’écriture de son personnage stagne. L’obligeant tout comme Eric Bana a passé en pilote automatique et dévoiler un vrai numéro de charme. Pas que cela me déplaise, mais c’est quand même bien peu. Un constat à l’image de ce Special Correspondants de Ricky Gervais, sorti sur Netflix sans tambours ni trompettes, on aurait dû y voir là un signe annonciateur de la qualité du produit. On est face à quelque chose de tout à fait regardable si l’on baisse ses attentes. Mais en comparaison de ce que peut promettre parfois Netflix en termes de qualité de ces productions, ce film a des allures de remplissage de catalogues. Special Correspondants est de ces films que l’on voit aussi vite qu’on finit par les oublier. C’est un peu dommage.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply