Critiques de films Films américains Les news

Skyscraper, Dwayne Johnson se fait son Die Hard…

[podcast_subscribe id="31141"]

Skyscraper est le dernier bébé de Dwayne Johnson en attendant Jungle Cruise et Hobbs et Shaw. Est-ce que le résultat vaut le coup?

Skysscraper avait été dès le départ vendu comme un hommage à la tour infernale et Die Hard sauce The Rock. Un véhicule parfait taillé pour l’action héro mondial qu’est désormais Dwayne Johnson. On applique des règles à l’ancienne en se disant que le charme de The Rock fera le reste. Et après la découverte du film, il est évident qu’il n’y a pas tromperies sur la marchandise. C’est à la fois la force et la faiblesse de Skyscraper. Alors oui, le contrat est remplie haut la main, l’action et l’émotion font bon ménage et Dwayne Johnson met en avant un personnage beaucoup plus humain. Le genre de ceux qui un peu comme à l’image de Jason Bourne morfle du début à la fin du film. De plus les enjeux que tout le monde peut comprendre permettent au film d’être efficace en tapant la corde sensible de tout le monde. Sauver sa famille, c’est une base du bon blockbuster. Et une fois de plus ici, la sauce est faite avec amour. Ce que l’on regrette dans le fond est que tout est tellement calibré que cela finit par moment par manquer d’âme. Skyscraper ne cherche jamais à révolutionner le genre, au contraire, il se pose comme un produit calibré pour plaire répondant aux attentes du public. Si vous aimez Dwayne Johnson, ce film est pour vous et l’aura du monsieur sera toujours la même dans vos yeux. Si vous voulez être surpris à tous les tournants cela va être par contre une autre histoire… De quoi parle ce Skyscraper ? Will Ford, ancien leader de l’équipe de libération d’otages du FBI, ancien vétéran de guerre, et maintenant responsable de la sécurité des gratte-ciels est affecté en Chine. Il découvre le bâtiment le plus grand et le plus sûr du monde soudainement en feu et est accusé de l’avoir déclenché. Désormais considéré comme un fugitif, Will doit trouver les coupables, rétablir sa réputation et sauver sa famille emprisonnée à l’intérieur du bâtiment…au-dessus de la ligne de feu.

dwayne johnson skyscraper

La vraie force du film tient dans le noyau familial que Dwayne Johnson crée avec Neve Campbell. Pour une fois à la différence de Rampage où le personnage féminin faisait de la décoration, le rôle de Neve Campbell tient la route. On s’investit dans ce duo et les interactions certes classiques entre les deux personnages marchent. Là encore on se retrouve devant une machine où chaque rouage à été pensé à l’extrême…et en se basant sur le cahier des charges du genre. On appréciera ou non, c’est à la discrétion de chacun en fonction de son humeur. Idem pour Dwayne Johnson qui se permet de tenter de creuser quelque chose de différent, un ancien militaire amputé d’une jambe, mais toujours badass…Alors qu’on se rassure, l’humour n’est pas totalement absent du film. Même si d’une manière assez surprenante il est light. Skyscraper est assez 1er degré dans son approche de l’action. Original non, mais sérieux oui, un mélange particulier pour essayer d’atteindre le meilleur des deux mondes. Et c’est ici que le bas blesse un peu. Le scénario est là encore très classique. Si vous avez grandi avec les films catastrophes à grande échelles ou les mauvais téléfilms de genre, Skyscraper vous apparaîtra comme un mélange de 1500 influences. Le tout accouchant d’un produit propre et carré, mais prévisible. Chose qui serait surmontable si dans le fond, Dwayne Johnson ne se heurtait pas un os imprévu. La majeure partie des séquences d’actions présentes dans le film se passe sur les abords de la Tour en feu. Dwayne Johnson escaladant une tour aux portes de l’apocalypse, cela a de la gueule…enfin a un détail près. Ce détail se nomme Tom Cruise et il tire une balle sans préavis dans la jambe encore valide de The Rock.

dwayne johnson skyscraper

En effet, les cascades de Skyscraper passant après celle de Ghost Protocol ou même Mission Impossible 3…, Dwayne Johnson se prend dans les dents un souci. Celui de faire ses cascades sur fond vert là où pour une ou deux séquences assez similaires, Tom Cruise les a fait en vrai. Et c’est d’une certaine manière le coup de grâce finissant de reléguer Skyscraper dans le domaine du divertissement sympathique, alors qu’il aurait pu être bien plus. A force de recycler ( agréablement) toutes ses influences en pensant que personne n’y verrait rien, le film finit par manquer d’âme. On ne s’ennuie jamais, c’est un fait ( Merci The Rock et Neve Campbell, couple de cinéma parfait), mais une fois de plus et la faute reposant sur un scénario roulant beaucoup trop dans les limites de sécurité, Skyscraper n’atteint jamais son potentiel. On peut reconnaître à Dwayne Johnson la volonté de se diversifier  et après le grand public touché via Jumanji, on comprend son envie de s’ouvrir vers une autre voie. Le hic est même si je n’ai jamais passer un vrai mauvais moment en regardant Skyscraper, j’attendais autre chose qu’un simple reboot de Die Hard et la Tour Infernale. Le film de Rawson Marshall Thurber marche toujours dans l’ombre de ces classiques, sans jamais vouloir se créer sa propre identité. C’est un peu dommage et c’est ce manque d’âme au final qui le fait passer à côté du podium. Agréable en attendant Hobbs et Shaw, mais pas forcément ultra mémorable.

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.