Critiques de films Films Européens

Sing Street, le feel-good movie tout simplement parfait!

sing-street-john-carney

Dublin, années 80. La pop, le rock, le métal, la new wave passent en boucle sur les lecteurs K7, vibrent dans les écouteurs des walkmans et le rendez-vous hebdomadaire devant « Top of the Pops » est incontournable. Conor, un lycéen dont les parents sont au bord du divorce, est obligé à contrecœur de rejoindre les bancs de l’école publique dont les règles d’éducation diffèrent de celles de l’école privée qu’il avait l’habitude de fréquenter. Il se retrouve au milieu d’élèves turbulents qui le malmènent et de professeurs exigeants qui lui font rapidement comprendre qu’en tant que petit nouveau, il va devoir filer doux. Afin de s’échapper de cet univers violent, il n’a qu’un objectif : impressionner la plus jolie fille du quartier, la mystérieuse Raphina. Il décide alors de monter un groupe et de se lancer dans la musique, univers dans lequel il ne connaît rien ni personne, à part les vinyles de sa chambre d’adolescent. Afin de la conquérir, il lui propose de jouer dans son futur clip.

Est-ce que l’on peut avec Sing Street parler de film good movie parfait ? Je me pose parfois la question l’espace d’un instant avant que mon cerveau me mette une claque en me disant « ne raconte pas de conneries », oui le doute n’est plus permis. John Carney avec ce véritable petit trésor a créé une bombe de bien être n’attendant que d’exploser aux visages des cinéphiles se lançant dans les salles et vous savez quoi ? Cela fait un véritable bien fou. Reposant sur des fondamentaux assez classiques, l’envie d’accomplir ses rêves, séduire la fille la plus sexy du lycée, s’élever au-dessus de sa condition et j’en passe… Sing Street parle au plus grand nombre. C’est sa force. Que l’on soit vieux ou jeune, il y a quelque chose d’universelle dans ce récit qui touche en plein cœur. Et là où d’autres mettent un temps fou pour diffuser la magie du récit vers le spectateur, John Carney le fait assez rapidement et surtout avec une simplicité désarmante. Doté d’une réalisation, d’un casting et d’une bande-son parfaite, Sing Street rentre dans cette catégorie assez rare des films qui n’ont pas le moindre défaut. C’est vrai que la chose peut paraître un poil caricaturale de nos jours ou tout le monde balance du chef-d’œuvre à la moindre critique, mais dans le cas présent, c’est vrai à tous les niveaux. Et pour rajouter encore une couche à sa montagne de classe, le film de John Carney se paye le luxe d’avoir le triomphe modeste. La classe de ces grands films qui pensent à procurer une expérience parfaite au public avant de chercher la gloire pour sa pomme.

sing-street

On pourrait parler des heures de Sing Street pour en dire tout le bien qu’il dégage. Car oui, c’est bien cela sa force première, il fait du bien. Il montre la force et l’impact de la musique dans la vie de tout à chacun. On peut remplacer certes cette dernière par n’importe quel passions pour caractériser la fougue du héros. Mais dans le cas de John Carney, la musique est définitivement sa vie, il ne vit que pour cela et tout comme un professeur qui aurait compris que pour intéresser et donner envie d’apprendre il faut parfois prendre des chemins de traverses en direction de sa cible, il ne cesse de faire évoluer son film. D’une histoire d’ados s’éveillant à l’amour et la vie en passant par un film musical jamais pompeux, il n’y a rien à jeter dans ce que Sing Street nous offrent. Cela fait un bien fou et la musique d’Adam Levine risque de vous hanter une fois sorti de la salle. Pas que l’on soit ici devant un tour de passe passe musical fait par un escroc avec des mélodies faciles. Non, le duo Carney à la réalisation et Adam Levine sur le final réussissent une symbiose assez folle. La musique servant l’histoire et l’histoire magnifiant l’impact de la mélodie. La finesse de l’un trouvant écho dans la réalisation au couteau de l’autre.

Sing Street est l’un de ses rares films qui n’a qu’une seule envie dans le fond, faire du bien aux spectateurs. John Carrney tout comme l’équipe devant et derrière la caméra travaille d’arrache pieds pour arriver à ce que ce but fonctionne et c’est le cas. Amoureux de la musique et du cinéma dans tout ce qu’ils ont de plus simple et efficace, inutile d’aller chercher plus loin, Sing Street est le film qu’il vous faut. Un véritable coup de cœur parfait. Ce serait dommage de passer à côté.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply