Les news

Seuls, le pari fou de David Moreau au cinéma?

Seuls de Gazzotti et Vehlmann est une série en BD que j’ai découvert sur le tard. À vrai dire à l’époque de la sortie du 1er tome, j’étais volontairement passé à côté pensant que la chose n’était qu’une histoire pour ados assez bof. Il faut savoir reconnaître ses erreurs, j’avais tort. Pour la simple et bonne raison que Seuls possède bien plus de surprises dans son histoire que ne peut le laisser penser la couverture ou le style graphique. Non nous ne sommes pas devant un comics ultra-violent digne de Walking Dead ou d’autres récits sur la fin du monde, mais sous son apparente gentillesse… Seuls est bien plus sadique qu’on ne le pense. Prenant comme héros des enfants très très jeune et leur faisant progressivement accomplir des choses aussi horribles que des adultes pour survivre, le récit passe d’une presque naïveté vers une cruauté assez fascinante. Le tout renforcé par un sentiment de malaise tenant sur le fait que les acteurs de ce récit sont des enfants ne dépassant bien souvent même pas 13 ou 15 ans. Les 5premiers tomes de Seuls de Gazzotti et Vehlmann mélangent habilement le côté survival dans les premiers tomes pour d’un seul coup basculer vers un angle bien plus fantastique qui envoie le récit vers quelque chose de bien plus sombre et ambitieux. Et c’est d’ailleurs le mot qui qualifie parfaitement « seuls », l’ambition, celui d’offrir sous l’apparente bienveillance de la labellisation « récit jeunesse », une histoire qui n’a rien à envier avec les autres canons actuelles du genre.

Ce qui nous amène lentement mais surement vers l’adaptation en film de la saga. La découverte de la première bande-annonce montre que le film a pris quelques libertés « prévisibles », la première étant de vieillir les personnages. Chose qui en soit n’a rien de fondamentalement catastrophique. Ce vieillissement n’étant que de quelques années. Les héros pour la plupart approchant désormais de la majorité. Cela passe, mais comme le montre le pitch du film, la base est respectée : Leïla, 16 ans, se réveille en retard comme tous les matins. Sauf qu’aujourd’hui, il n’y a personne pour la presser. Où sont ses parents ? Elle prend son vélo et traverse son quartier, vide. Tout le monde a disparu. Se pensant l’unique survivante d’une catastrophe inexpliquée, elle finit par croiser quatre autres jeunes : Dodji, Yvan, Camille et Terry. Ensemble, ils vont tenter de comprendre ce qui est arrivé, apprendre à survivre dans leur monde devenu hostile… Mais sont-ils vraiment seuls ? L’autre point qui frappe est que contrairement à la bande-dessinnée qui malgré la noirceur de son fond gardait une certaine lueur d’espoir dans son traitement et ses couleurs, le film prend le parti inverse. Relecture de l’histoire et décision compréhensible de la faire quelque peu évoluer pour accrocher un nouveau public. Est-ce que cela suffira à satisfaire les fans d’origine ?

seuls-david-moreau-03

La bande-annonce du film si l’on y regarde de plus près montre que même si le film remet à jour certains détails et atmosphère d’ensemble, il n’oublie pas ses fondamentaux et semble désireux d’adapter les presque 5 premiers tomes… en un seul film. Dis comme cela la chose peut paraître un peu trop massive, mais quand on reprend chacun des tomes (assez court au final) et certains éléments en images de la bande-annonce, des détails ne trompent pas. Lesquels ? La présence du maître des couteaux (la base…), mais aussi et surtout deux choses à la fin de la bande-annonce, ces mystérieux enfants en blancs digne d’une secte (à n’en pas douter la relecture du clan du requin dans le tome 3) et ce plan furtif qui peut passer inaperçu si l’on n’y prête pas attention, celui de Stéphane Bak en blanc… avec une blessure en plein cœur… (les fans d’origine comprendront d’emblée à quel passage de la saga, cela se raccorde) et l’implication sur le futur du récit. Mais surtout, cela laisse ouvre la porte au personnage de Saul (Thomas Doret dans le film…)

seuls-david-moreau-04 seuls-david-moreau-02

Synthétisant en un film les premiers tomes de la saga, Seuls de David Moreau semble promettre d’en apporter une relecture assez fidèle et plus sombre que l’original. Un pari intéressant qui s’il tient ses promesses pourra offrir un vrai point de départ dans le domaine jusque-là inexistant des adaptations Young Adult Made In France. Wait and see…

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply
    Rob K
    décembre 30, 2016 at 12:41

    Ca a surtout l’air d’une grosse bouse…

  • Leave a Reply