Critiques de films Films français Les news

Santa et Cie, l’esprit de Noël par le maestro Alain Chabat.

Santa et Cie, c’est un peu le cadeau de Noël avant l’heure. Et la chose la plus cool de la Terre est que Santa c’est Alain Chabat!

Santa et Cie est en approche et l’on peut finir par se poser une question simple : Alain Chabat est-il un sorcier ? J’ai envie de dire oui encore et toujours et la simple découverte de Santa et Cie suffit à s’en convaincre. Sur un canevas narratif aussi loufoque que classique, le plus génial des nuls du cinéma français réussit à créer le film de Noël qui fait un bien fou. Mais de quoi parle sa nouvelle création allez-vous me dire ? Rien ne va plus à l’approche du réveillon : les 92 000 lutins chargés de fabriquer les cadeaux des enfants tombent tous malades en même temps ! C’est un coup dur pour Santa (Claus), plus connu sous le nom de Père Noël… il n’a pas le choix : il doit se rendre d’urgence sur Terre avec ses rennes pour chercher un remède. À son arrivée, il devra trouver des alliés pour l’aider à sauver la magie de Noël. Et sur cette idée démarre un ride d’un peu plus d’une heure trente alternant entre bienveillance et fou rire. Le mot de bienveillant est ici justifié tant il est plaisant de tomber sur un film aussi bon sur le fond que la forme. Qui ne s’appuie sur aucun excès de langage abusif, débordement humoristique gratuit ou j’en passe comme on peut en voir beaucoup trop dans le cinéma français. Rien de tout cela. Non, Alain Chabat prend la décision simple et efficace avec Santa et Cie de vendre du rêve. Rien de plus, rien de moins. Mais à la différence de beaucoup, lui, il y arrive et ce sans donner l’impression de faire le moindre effort. Un cas d’école aussi fascinant que complètement incompréhensible pour le profane.

Santa et Cie Alain Chabat

Santa Chabat!

Santa et Cie c’est un peu comme le retour en grâce de l’enfant prodige. Il n’est plus à prouver qu’Alain Chabat est un génie de l’humour dans le paysage français. C’est un fait, mais ce qui est excellent à voir ici, c’est la façon dont il utilise ce talent pour créer quelque chose et tout simplement distribuer du bonheur tel un ventilateur placé devant le visage d’une personne crevant de chaud. Il rafraîchit en tapant là où en a besoin et où cela fait vraiment du bien. Dans la grande tradition des histoires de Noël, Santa et Cie coche toutes les cases, les enfants, l’esprit de Noël, la famille qui traverse quelques épreuves. Mais ce sans jamais pour autant tomber dans le pathos. C’est toute la force de l’ADN Alain Chabat, il prend ce qui semble classique et peut-être même cliché et le passe à la moulinette de son imaginaire et son sens de l’humour si particulier et transforme le plomb en or. Le vrai point plaisant de Santa et Cie est que tel un Monsieur Hulot de Noel, Alain Chabat développe tout le long du film un humour scénique à l’ancienne. Travailler sur le silence ou le minimalisme des actions n’est pas à la portée de tout le monde. Tout comme Jim Carrey en vieillissant, Alain Chabat atteint une certaine forme de facilité dans l’art de faire rire ou de donner l’espace vitale nécessaire à ses autres comédiens pour exister. Et dieu que le casting est bon ici : Pio Marmai, Golshifteh Farahani, Audrey Tautou, David Marsais et Grégoire Ludig. Tous se fondent à merveille dans l’univers d’Alain Chabat et donnent à ce Santa et Cie une saveur toute particulière.

Santa et Cie Alain Chabat

L’esprit de Noyellll

Et d’ailleurs la véritable force de ce film est de réussir aussi bien à parler aux enfants comme aux adultes. Un domaine dans lequel rare sont ceux pouvant se vanter de tirer juste. C’est le cas d’Alain Chabat qui de par son interprétation, son recul sur lui-même et son histoire avec les nuls ou comme réalisateur crée un univers au charme intense. C’est bien beau de vouloir parler de Noël encore faut-il le faire de façon cohérente. Santa et Cie comme tout bon film de Noël qui se respecte prend un malin plaisir à jouer des codes en vigueur. Mais assez vite Alain Chabat avec l’esprit retors qui est le sien dans le domaine de l’humour s’amuse à pervertir la chose. Rigoler de l’aspect commercial de la fête, du non-amour des enfants et des gens qu’éprouve un Père Noël perdu dans un monde qui le dépasse… la mission de départ d’Alain Chabat était casse-gueule. Et pourtant, on surfe sur toute la durée du film sans éprouver le moindre malaise. L’aspect visuel tout comme la finesse d’écriture aide le spectateur à se laisser emporter le plus loin possible et à en redemander une fois la fin du film atteinte. Rare ces derniers temps sont les comédies arrivant à atteindre une certaine forme de perfection tranquille sur tous les tableaux. Non, Santa et Cie n’a pas forcément l’intention de renouveler le genre, son histoire assume parfaitement son côté classique. Mais comme les films Pixar par exemple, l’apparente simplicité ne doit pas détourner le regard sur tout ce qui se cache sous le 1er regard.

Santa et Cie Alain Chabat

Le palma de Noel

Fin, touchant et surtout sincère du début à la fin dans sa mise en avant d’une simple envie de faire plaisir et surtout de le faire bien, Santa et Cie touche en plein cœur. Une fois de plus Alain Chabat renforce son capital sympathie déjà très grand en tant que comédien, mais surtout, il démontre à nouveau son talent de réalisateur. Bienveillant comme jamais, son film démontre son talent de conteur, son imaginaire et la solidité de son univers. Tout comme Jim Carrey aujourd’hui, il peut paraître perché dans son monde, mais en ouvrant la porte sur celui-ci via son film Santa et Cie, on se dit qu’on devrait tous être perché comme lui. Tant la chose semble bien plus amusante à vivre que le quotidien. Du coup oui, inutile de se mentir, Santa et Cie est une véritable réussite. Et si la mission était de faire le film de Noël qui fait du bien, c’est un succès sur toute la ligne.

No Comments

Leave a Reply