Critiques de films Films asiatiques Les news

S.M.A.R.T. Chase aka The Shangai Job, RIP Orlando Bloom

Follow me

S.M.A.R.T. Chase est surement l’un des films les plus creux de la carrière d’Orlando Bloom. Une sorte de mystère, un truc fait juste pour l’argent…

S.M.A.R.T. Chase aka The Shangai Job est un film dont Orlando Bloom va sûrement rapidement vouloir oublier la simple existence. Pourquoi ? Peut-être parce que c’est tout simplement un navet. Oui, même en cherchant à formuler la chose différemment je ne pense pas y arriver. Enfin si je pourrais, mais la chose serait à n’en pas douter beaucoup moins propre aux encoignures. On pense de prime abord que le film se déroulant a Shangai, il va être réalisé sous la houlette d’un réalisateur asiatique. Connaissant le milieu et les influences cinématographiques d’un cinéma ultra-nerveux dans le domaine du polar. Et bien la réponse est non, non et encore non. S.M.A.R.T. Chase aka The Shangai Job est l’œuvre d’un Occidental bossant avec des équipes asiatiques et tentant avec de grands efforts de singer l’inventivité des réalisateurs de cette partie du monde pour l’action. Spoiler Alert : rien ne fonctionne. De quoi parle le film ? Un agent de la sécurité traversant une mauvaise passe est embusqué alors qu’il escorte l’expatriation d’une précieuse relique de Shangai. Pour la faire simple 12 mois avant le début de l’histoire, Orlando Bloom se fait dérober un Van Gogh lors d’une mission qui tourne mal. 12 mois plus tard, il se refait braquer par la même équipe alors qu’il tente une autre mission de protection et au milieu de ces grosses coïncidences, il tente de laver son honneur et celui de son équipe en récupérant le Van Gogh d’il y a 12 mois ainsi que le vase mythique sous sa protection.

S.M.A.R.T. Chase orlando bloom

Si l’on se limite juste à l’histoire de S.M.A.R.T. Chase aka The Shangai Job, il existe plein de réalisateurs qui ont réussi à se sortir de ce genre d’ornières scénaristiques. Oui, l’originalité est absente de ce film, oui, les acteurs sont en roue libre, la réalisation pique les yeux à tous les niveaux, mais avec Orlando Bloom et Simon Yam on s’attendait à un espoir. Il faudra repasser. Cliché à de nombreuses reprises, incohérent dans la mise en place des enjeux ou tout simplement du raisonnement derrière les actions des bad guys du film, S.M.A.R.T. Chase aka The Shangai Job enchaîne les mauvaises pioches les unes après les autres. Et la réalisation finit de faire couler le navire. Charles Martin qui à la base est un réalisateur de Tv démontre avec une application assez impressionnante son inadaptation au format cinéma. Le rythme, le cadre, les idées et j’en passe encore d’autres… on ne sait plus par où commencer pour définir l’interminable liste des problèmes qui plombent ce film. Un réalisateur se doit d’infuser une aura à son film et même s’il ne s’agit que d’une commande de s’approprier à minima la chose pour la faire évoluer au-dessus de la moyenne. Le hic est qu’ici aussi bien devant que derrière la caméra tout le monde ne semble être présent que pour une chose : prendre son chèque et passer à autre chose le plus vite possible. Le domaine de la VOD ces derniers temps devient un Eldorado de l’argent facile. Les grands noms viennent pour y tourner rapidement et parfois à la chaîne des productions médiocres permettant de les tenir à flots. Peu d’efforts, peu d’envie… beaucoup de rien. Marchant dans les pas de Bruce Willis et Nicolas Cage, Orlando bloom imite la paresse du premier dans ses choix et la roue libre du second pour le jeu d’acteur. Oui, certaines personnes feront preuve de générosité et trouveront des choses à sauver dans ce film. En toute sincérité, je les envie.

S.M.A.R.T. Chase orlando bloom

Difficile de s’enthousiasmer pour quelque chose qui du plus profond de son être passe son temps à cracher au visage du spectateur. Il y a des films ratés que l’on peut trouver drôle, puis il y a ceux qui sont mauvais par désir. Il n’y a pas eu de problèmes en cours de route non… la mécanique était déjà en miettes et ce bien avant le démarrage du film. S.M.A.R.T. Chase aka The Shangai Job est l’un de ces projets. Un polar assez miteux au scénario bordélique en diable et avec un casting gaché. Conscient que le navire prenait l’eau personne ne fait l’effort de quoi que ce soit. Empilant les clichés le scénario n’offre aucunes portes de secours aux acteurs pour insuffler quelque chose de salvateur dans l’histoire. Le genre de détails qui aurait permis de faire en sorte que l’on arrête de s’ennuyer avec autant de violence. On se pince en espérant ne pas s’endormir. Mais chaque twist (prévisible) est comme un coup de plus derrière la nuque. Des rappels que dans certains cas, le sommeil vaut mieux que la torture visuelle, auditive et psychologique que représente S.M.A.R.T. Chase aka The Shangai Job. Vous pouvez décider de passer outre mon conseil de fuir et tenter l’aventure ou plutôt la descente vers les enfers que représente ce film. Dans ce cas précis, vous aurez un doux mélange de mon admiration et de ma moquerie. Je vous aurais prévenus. Next.

Pour me suivre ou me contacter...
Follow me

1 Comment

  • Reply
    Ems
    août 7, 2018 at 10:52

    Je suis bien d’accord !!!

  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.