Critiques de films Films français

Rupture pour tous, la comédie surprise de fin d’année?

rupture-pour-tous-legende-distributions

Mathias Lonisse, créateur de la société Love is dead, est un artisan de la séparation amoureuse. Il est mandaté pour rompre à la place de celles et ceux qui pour une raison ou une autre préfèrent s’éviter cette tâche bien souvent pénible et délicate. Mathias assume parfaitement son métier, et effectue chaque mission avec un grand sens du professionnalisme, jusqu’au jour où maman décide de quitter papa…

Rupture pour tous rentre dans la case de ces petits ovnis du cinéma français. J’entends par là, qu’il s’agit de la comédie typique à côté de laquelle on passera sans faire attention. Le casting n’est pas très connu, la promo autour du film pas immense et pourtant. Loin d’être le film de l’année « Rupture pour tous » n’en est pas pour autant un navet insondable, loin de là même. En effet, le film de Eric Capitaine offre a plus d’une reprise des grands moments de comédies légère sans jamais oublier d’avoir assez de fond pour ne pas couler en route. Porté du début à la fin par Benjamin Lavernhe, Elisa Ruschke, l’histoire réussit à trouver son tempo. Doté d’un style très dandy a mi chemin entre Gaspard Proust et Edouard Baer, le jeune Benjamin Lavernhe a tout du connard que l’on aime détester. Batissant son succès sur le malheur des autres, il nous fait découvrir en un rien de temps la misère sentimentale de son personnage. À force de le voir détruire la vie des uns pour vivre, il fallait bien imaginer qu’un jour le karma demanderait l’addition et c’est quand ce moment arrive que le film prend toute sa saveur. À la fois drama léger et comédie romantique sans gros sabots, Rupture pour tous navigue d’un extrême à l’autre en utilisant tous les stratagèmes à sa disposition. Que l’on passe de la mise en avant de seconds rôles parfait ou de l’utilisation du naturel comique pince-sans-rire de Benjamin Lavernhe, il y a assez peu de faux pas dans la mise en place de ce moment de vie assez particulier.

rupture-pour-tous-legende-distributions-01

L’autre point fort du film est qu’il ne cherche jamais forcément à trop s’éloigner du réel pour tomber dans les sales draps ou habitudes du film d’auteur caricatural. Explorant aussi bien les thématiques de la solitude sous toutes ses formes, que d’une certaine forme de romantisme à l’anglaise (par son personnage principal qui dans un remake aurait tout eu d’un Hugh Grant jeune), le film possède ce petit côte universel qui fait se dire en le voyant, qu’il rentre dans cette case des comédies à remakes. C’est assez rare de nos jours. Pas qu’un film passe par la case remake, mais que l’on est pour le plaisir envie de s’imaginer regardant le remake d’un bon film. Rupture pour tous rentre dans cette catégorie, la finesse de l’écriture et le choix sans failles du casting n’évitent pas toujours quelques petits temps mort, mais si peu que l’on n’en tient presque pas compte. Au milieu de cette bonne surprise globale, il y en a une que je retiens plus que les autres en la personne de Benjamin Lavernhe qui non sans rappeler le talent sortant de nulle part d’un Gaspard Proust à son époque est la vraie découverte du film (enfin pour moi). Drôle, cynique, détestable et profondément humain à la fois, il est l’archétype de la tête à claque et colle à merveille à son rôle. Un casting parfait pour un film qui l’est lui aussi. Une très bonne surprise.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply