TV

Rosewood, retour sur le pilote…

rosewood

Le docteur Beaumont Rosewood est considéré comme le meilleure pathologiste de tout Miami. À la tête d’un laboratoire privé à la pointe de la technologie, il est capable de faire parler un corps sans vie comme personne d’autre et apporte ainsi sa précieuse expertise aux forces de police.

Il y a des séries dont bien souvent et même avec la meilleure volonté du monde, on a du mal à comprendre l’intêret. Rosewood avec Morriss Chestnut est l’une d’elle. Alors oui, l’ensemble n’est pas désagréable, c’est propre, carré, rien ne sort des rails de sécurité, mais il n’y a rien que l’on n’aura pas déjà vu 1000 fois ailleurs et en mieux. Un cop show de plus donnant la très bizarre sensation d’être là pour préparer le terrain de la possible fin de Bones. Rosewood d’une certaine façon pourrait presque en être la déclinaison masculine et ce sans pour autant véritablement y apporter grand-chose de plus. Une fois la case pathos concernant les deux personnages et l’issue très casse gueule niveau scénario planant autour du personnage de Rosewood, on se gratte un peu la tête pour voir ce que la série va nous offrir. Il n’y a pas d’enjeux sur le long terme, ni de véritable fil rouge au-delà de la condition physique du personnage. Le charme et l’humour de Morriss Chestnut font effet un certain temps, mais pas assez pour cacher combien en bout de course Rosewood est terriblement inconséquent.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply