Critiques de films Films américains

Ridiculous 6- Adam Sandler- Critique du film

345197_9063315c099c14581b111ca2ae6fc176

Ridiculous 6, tout est dit dans le titre. Vous vous souvenez de cette époque lointaine où le nom d’Adam Sandler valait encore quelque chose ? Ce moment où l’on se disait qu’entre les mains d’un vrai réalisateur, il avait du potentiel. Oui, je sais c’est une époque si lointaine que personne ne s’en souvient ne reste que l’immense océan de médiocrité dont se compose sa carrière cinématographique. Au fil des années, on pensait qu’il ne pourrait pas aller plus profond… nous avions tous tort. Il a atteint désormais le fond avec Ridiculous Six et prend le parti de creuser encore plus bas pour voir s’il peut continuer de massacrer sa carrière. Oui, Adam Sandler n’est plus rien, alors il sauve les meubles comme il peut en trouvant une terre d’asile là où l’on veut encore de lui. La question est de savoir comment il a réussi à convaincre Netflix de lui signer un deal pour plusieurs films. Le premier donne la couleur de ce deal. Cela ne va pas voler haut. Oui, Ridiculous 6 d’Adam Sandler est consternant. On s’y attendait. Pas forcément à ce niveau en fait. Tout le monde paye ses impôts et le scénario est en véritable roue libre.

1401x788-r6_002

On a beaucoup dit pendant le tournage du film que ce dernier avait des relans sexistes et racistes dans son rapport avec les femmes et les populations indiennes. Oui, Ridiculous 6 en soi est une parodie avec ce que cela implique, mais bien souvent la ligne entre humour percutant et une sorte de beaufitude incroyable est fine. Adam Sandler s’avère incapable de trouver la ligne de démarcation entre les deux, le résultat est sans appels. Ridiculous 6 est gênant à plus d’un titre et l’on ne comprend pas où Netflix veut en venir en sortant Adam Sandler du trou où il aurait dû rester.

Le véritable problème de Ridiculous 6 au final n’est rien d’autre qu’Adam Sandler lui-même. Le mec est un véritable aspirateur a talents. Il pompe le peu d’intérêts ou de talents qui gravite autour de lui (heureusement ce n’est pas énorme) et le rend aussitôt inefficace. Pourquoi ? Pour l’appât du gain peut-être ? Ridiculous 6 en lui-même n’est pas affreusement cheap, on en vient assez rapidement à se dire que malgré la nullité crasse du scénario, il y avait mine de rien de l’argent dans cette production. Le nerf de la guerre comme on dit et peut-être la raison pour laquelle Netflix a voulu limiter la casse autour de la promo de ce truc. Adam Sandler fidèle à sa réputation du coup se fait encore beaucoup d’argent sur des coups faciles au rendement plus ouvertement hasardeux. Ce qui nous amène à la question suivante : Netflix pourquoi avoir soudainement pris le parti de prospecter ce nouveau marché ? Celui des acteurs has-been dont les grands studios ne veulent plus.

adam-sandler-the-ridiculous-6-netflix

Même en étant ouvert d’esprit et en essayant de comprendre l’argument miteux du « c’est une comédie », difficile de nier que Ridiculous 6 est bêtement raciste, ouvertement sexiste et juste dans le fond d’une médiocrité absolue. Venant d’un Netflix nous habituant à des productions audacieuses, cela surprend. Venant d’Adam Sandler qui dans le fond n’est plus rien qu’une fraude, c’est la confirmation simple et définitive qu’il est devenu l’incarnation vivante de cette petite phrase « take the money and run ». Ridiculous 6 n’aura jamais aussi bien mérité son titre. C’est totalement honteux et à fuir.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply