TV

[Recap] Daredevil- netflix- Episode 01-Into the ring

Daredevil-Netflix-Motion-Poster

-Attention la review qui suit contient quelques spoilers-

Ça y’est après une longue attente, Daredevil est enfin disponible et la grande question que tout le monde se posait trouve enfin une réponse: oui la qualité est au rendez-vous. Le pilote de Daredevil sur Netflix annonce un changement de ton assez conséquent avec le reste des productions marvel pour la TV. C’est violent, sombre et l’ampleur de l’univers qui se met en place montre dès le départ que la chose est maitrisée. Il y a une ligne directrice, mais aussi une connexion directe avec l’univers MCU, vu que la série et les méchants qui la composent…sont une conséquence directe des événements du 1er Avengers. Les références sont nombreuses d’ailleurs. L’un des membres du syndicat revenant même sur la situation en disant « mais dès qu’un de ces types détruit un building de toute façon c’est bon pour nos affaires ». Les avengers ont fait en sorte d’éviter le maximum de destruction, mais en gardant le combat sur une zone en particulier, ils ont ouvert la boîte de Pandore. Les criminels peuplant la série, sont des mafias, japonaises, chinoises, albanaises…et au-dessus de cela gravite Wilson Fisk. Une voix représentait uniquement par son associé. L’ombre du personnage est omniprésente dans le pilote tout comme la peur qu’il semble instaurer, mais jamais on ne le voit, tout comme on ne doit dire son nom.

5494c52461972

Daredevil prend son temps pour installer son ambiance, le premier épisode est un paradoxe, à la fois très lent dans son rythme…et distillant une tonne d’informations sur l’univers. La dynamique entre Matt et Foggy est centrale dans l’histoire, mais en relativement peu de temps et sur des scènes clés ( l’accident, la discussion avec le prêtre, l’appartement de Murdock) on cerne assez habilement le personnage. Le daredevil de Netflix, n’a rien à voir avec celui que fut Ben Affleck. La maîtrise du personnage par les scénaristes est assez intéressante. À mi-chemin entre le bien et le mal, Daredevil défend les innocents avec une ferveur assez intrigante, comme s’il cherchait lui-même à se prouver qu’il est encore humain. Que cette noirceur habitant les Murdock n’est pas tout de lui…et pourtant c’est quand il enfile le masque et sort la nuit où la série prend un autre aspect. Daredevil version netflix ne fait pas vraiment dans la dentelle quand les combats débutent. Mélangeant aussi bien art martial que lutte se rapprochant d’un style très MMA parfois, le personnage de Daredevil ici n’est pas un enfant de choeur. C’est même une brute qui est l’opposé absolu du personnage de Matt Murdock, toute la colère qu’il réprime le jour explose la nuit. Et l’utilisation de ses sens pour appréhender la mise en scène des combats est relativement intelligente et dynamique. Très loin du côté artificiel du film Daredevil.

5439aaea946a5.0

Mais le vrai point intéressant du pilote est ce qu’il dessine pour l’avenir. Daredevil mélange aussi bien l’aspect héroïque du MCU qui est le déclencheur de tout ce qui se passe ici, que le drama minimaliste. Le pilote se focalise sur Murdock et ses démons et l’approche de la justice aussi bien avec les points qu’avec le Code pénal, mais aussi en sous-main de Wilson Fisk et l’ombre tentaculaire qu’il jette sur cette ville en reconstruction. Rise of The First defenders était l’un des sous-titres pour la série et dans ce titre tient toute la force de la série. Les membres du syndicat mentionnent pendant le pilote la recrudessence de plus en plus de héros comme étant l’une des causes des événements d’Avengers ( la série se passe juste après dans la chronologie MCU), Daredevil a des allures du Batman parfois. D’ailleurs d’une certaine façon le parallèle avec la série Gotham est assez flagrant. Daredevil accumulant les succès là où Gotham empile les échecs narratifs. Wilson Fisk est Carmine Falcone, Jim Gordon est Matt Murdock. Le seul truc est que Daredevil en définissant ses personnages et ceux qui les entourent ne tombent jamais dans la caricature. C’est toujours habile, bien foutu et maitrisé et fidèle à l’esprit d’origine. Voilà ce qui arrive quand une série décide de respecter son matériel de base et de le mixer intelligemment avec l’univers Marvel déjà en place pour l’adapter à notre époque. On ne va pas se mentir, si Daredevil continue ainsi, Marvel tient effectivement sa première vraie réussite complète sur le petit écran.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply