Critiques de films Films américains

Ratchet and Clank, le jour où l’animation recula de 20 ans…

ratchet-and-clank-review

Ratchet and Clank, le nom sonne bien et l’on se dit que si le film est aussi fun que le jeu, il y a de bonnes chances que l’on ne regrette pas l’achat de son billet. Voilà à peu près la version idyllique de la proposition. La deuxième qui est malheureusement plus réaliste et moins poétique du coup est que Ratchet and Clank le film ne tient aucune de ses promesses. Du scénario, à la réalisation ou juste la qualité de l’animation, il est difficile de sauver quoi que ce soit. Certes les plus jeunes y trouveront une certaine forme de satisfaction… et je plains les parents les accompagnant. Mais pour les autres, il va en être totalement autrement.

Alors qu’Ubi Soft décline ses franchises au cinéma, Sony fait de même avec ce Ratchet and Clank, un « Playstation Originals », dit comme cela, on est d’accord que cela claque. Une fois en salle, c’est peut-être le seul point clinquant de l’ensemble. Là où Ubi-soft se diversifie entre cinéma réel et animation, Sony semble accoucher d’emblée d’un projet qui aurait mérité d’être revu du sol au plafond pour éviter ce genre de gâchis. Niveau scénario, les fans de la saga ne seront pas particulièrement dépaysés tant par instants, le film semble avoir été réalisé à partir de cinématiques non prises pour le jeu ps4 ressorti il y a peu. Et c’est ici que se pose l’un des problèmes, le film apparaissant alors comme une sorte de bonus bâtard de la sortie du nouveau jeu sur PS4. Nous ne sommes pas devant un vrai film solide et intéressant. Ratchet and Clank est creux et sans âme. Je ne vois pas forcément comment dire les choses autrement.

Le second degré qu’il pouvait y avoir dans le jeu, ne fonctionne bizarrement plus à l’écran. La qualité de l’écriture est en cause et l’on passe d’une blague à l’autre sans vraiment que son rythme cardiaque s’emballe. Loin du n’importe quoi de casting de la vf, le film en Vo se paye de bons acteurs, mais le fait de n’avoir qu’un script aussi maigre qu’un grain de riz et des vannes écrites sans talents, n’arrange pas leur quotidien et à l’image du reste cela s’effondre. Le projet apparaissant au final comme un produit dont même Sony était conscient du potentiel catastrophique, mais dont il n’avait pas d’autres choix que de le sortir d’une manière où d’une autre. Si vous êtes nostalgique de l’époque où les films d’animations n’étaient vus que comme des arguments commerciaux pour vendre des produits dérivés basiques, ce temps béni où l’on ne se faisait pas chier avec la qualité de l’animation ou la finition du scénario alors Ratchet and Clank, dans le cas contraire éviter ce film. Il n’y a juste rien à sauver en fait…

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply