Critiques de films Films français

Raid Dingue, Danny Boon la joue badass pour rire…

raid-dingue-danny-boon-alice-pol

Raid Dingue de Danny Boon rentre dans la case de ces films qui sont des énigmes. Le plus impressionnant est qu’ils sont aussi dans leur domaine capable de réussir à faire rire le public qu’ils ciblent. La réussite est totale et une fois encore, je me sens à des dizaines de kilomètres des goûts du grand public. Il serait trop simple de descendre en flèche le film, donc je vais essayer d’être plus rationnel. Est-ce que Raid Dingue de Danny Boon est une horreur absolue ? Non, ce n’est rien de mieux qu’un gigantesque téléfilm sortant au cinéma. Le plus frustrant quelque part est de voir à quel point le film est formaté pour la télévision. Danny Boon semble en pilote automatique aussi bien au niveau de l’écriture que de la réalisation. Un peu comme si dans le fond il avait découvert un filon et conscient que le public n’allait pas le lâcher en route, il surexploite la chose. Oui, il ne se donne pas forcément le plus grand rôle du film, la part belle revenant à Alice Pol, mais en faisant cela, il frustre un peu le spectateur. Pourquoi ? Peut-être pour la simple raison que l’on aime ou pas le personnage de Danny Boon, il est indéniable que le potentiel comique du monsieur est naturel et palpable. Ce qui est moins le cas avec Alice Pol qui ici se retrouvant en lead du film, voit un poids peut-être un peu trop lourd reposer sur ses épaules. Et du coup ce qui devait arriver… arriva.

Raid Dingue de Danny Boon est un joyeux foutoir avec beaucoup de morceaux s’emboîtant à l’arrache les uns avec les autres. Mais une fois l’effet de surprise passé, on se rend compte que la mise en contact de ces divers morceaux avait quelque chose d’assez contre nature. En rééquilibrant l’histoire plus sur Danny Boon et en passant Alice Pol un poil plus en retrait pour tempérer ses flottements comiques, le film aurait déjà eu un sol plus solide pour supporter l’ensemble de l’édifice. Je ne vais pas être trop dure avec Alice Pol qui malgré tout se donne à fond dans le rôle. Mais il faut aussi reconnaître que la combinaison de son sens de l’humour particulier et la faiblesse du script donne un résultat assez gênant en ce qui la concerne. Et le talent de Danny Boon n’y fait pas grand-chose. C’est dès le début que le navire prend l’eau et ce qui suit n’est qu’une lente et pénible descente sous la ligne de flottaison. Et là, vous vous dites que rien ne pourra aller plus mal et soudain voici qu’arrive Yvan Attal. Mélangeant comédie et action, Raid Dingue de Danny Boon se devait d’avoir un méchant pour que l’écosystème du Raid que l’on voit pendant tout le film prenne vie sur le terrain. Que ce soit au travers de menaces islamistes ou de celle d’un gangster un peu travesti sur les bords (et je vous passe la séquence dans la Gay Pride avec Attal en travelo braqueur…), le film part dans une roue libre tellement forte qu’il est déjà trop tard pour n’avoir qu’une envie, celle de le sauver. Et quand arrive le final tout droit sortie d’un film d’action américain, votre cerveau aura définitivement rendu les armes.

Avec Raid Dingue de Danny Boon, c’est un peu comme si en un film le réalisateur tentait de parler à tout le monde sans pour autant jamais réussir à faire un film se tenant debout sans mal. Pas forcément bien réalisé, ni joué par l’actrice principale, Raid Dingue se rattrape un peu sur ses guests et seconds rôles. Cela ne vole pas haut, mais cela permet un peu d’oublier le reste. Faut-il fuir le film ? Le succès en salles qu’il rencontre indique que le public à majoritairement répondu non. La recette Danny Boon fonctionne toujours. Mais depuis Radins dernièrement en termes de structure, d’idées et de surprises, elle commence à montrer ses limites. Le public fait semblant de ne pas le voir et cela me surprend toujours autant. En l’état, Raid Dingue de Danny Boon est le genre de film que l’on voit plus à la Tv qu’au cinéma. De par son manque d’ambition, son formatage et ses clichés, on est en droit de se dire que c’était plus sa place qu’au cinéma. Mais vu que cela cartonne qui suis-je pour juger ? Personne donc éclater vous…

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply