Les news TV

Preacher, du comics à la Tv. Les rouages de l’adaptation…

preacher-amc-dominic-cooper

Preacher sur AMC n’est pas forcément une série évidente à aborder. En effet en la regardant j’avais un désavantage par rapport aux fans hardcore du show, je ne connaissais pas le moins du monde le comics d’origine. J’avais déjà entendu le nom certes, mais jamais exploré les pages de ce dernier. Et chose amusante en marge de la série, il existe une sorte de préquelle faite pour le lancement de la série. Un ovni qui n’a pas forcément grand-chose à voir et beaucoup à la fois. Couvrant des points qui jusque-là reste assez obscure dans la série. En effet, il faut être honnête, les 5 premiers épisodes de la série Preacher ont un souci, ils sont lents en diable. Il n’y a que l’épisode 6 et 7 qui deviennent d’un coup complètement fou… en comparaison du reste. Je ne dis pas que c’est un mal, mais ce début en demi-teinte préférant se focaliser sur les personnages plus que l’action aura de quoi en déstabiliser plus d’un. Mais si l’on fait l’effort de ne pas s’arrêter à ce détail, la chose reste vraiment agréable. Et si en plus de celà on couple l’aventure TV à ce préquelle version comics, la chose prend une tout autre tournure. Pour des points bien précis en effet comme l’explication de l’identité de ce cowboy que l’on ne voit que dans des flash-back pas toujours clairs. Mais aussi de l’origine de Genesis… et des actions pas très catholiques que le paradis va mettre en place pour le récupérer. Beaucoup de ces angles narratifs ne sont pas encore utilisés dans la série TV qui à mon avis prend le temps de les économiser pour la suite, chose compréhensible. Mais la lecture de ces quelques pages offre un aperçu des plus intéressants sur ce qui risque d’arriver dans la série d’ici la fin de saison ou le début de la saison prochaine.

Preacher 001 AMC Edition (2016)-000

Preacher en version TV a pris une voie assez intéressante, celle de ne pas forcément marcher dans l’ombre de son modèle papier. Adapter c’est parfois réussir à trahir sans dénaturer. Un challenge pas toujours réussi si l’on se réfère à ce préquelle (qui donne vraiment envie de découvrir la BD…), mais qui là encore ne dégoûte pas non plus de l’adaptation. La vraie force de cette dernière tient dans la perfection de ces choix de casting et j’entends par là surtout concernant Jesse, Cassidy et Tulip. L’alchimie entre les 3 acteurs est ce qui donne à Preacher sa vraie force. Du coup la lecture de ce comics ainsi que l’intégralité de l’histoire d’origine est un excellent complément. Les deux traitants la même histoire, sous des angles différents, mais pas si indissociables que cela. A lire.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply