Critiques de films Films américains Les news

Overlord, la seule et unique adaptation de Wolfenstein arrive au cinéma!

[podcast_subscribe id="31141"]

Overlord, la seule et unique adaptation de Wolfenstein arrive au cinéma! Spoiler Alert, c’est tout simplement incroyable!

Overlord a longtemps été à tort vendu comme étant une possible suite de Cloverfield. On va arrêter le débat illico et remettre les pendules à l’heure, il s’agit de tout sauf de cela. De quoi parle ce film ? De nazis dégueulasses faisant des expérimentations sur des paysans français pendant la 2e guerre mondiale et d’une escouade de GI en charge de préparer le débarquement. Et au milieu de tout cela, il y a des zombies, encore des zombies et du gore a ne plus quoi savoir en faire. Oui, Overlord est hypra hardcore. Le genre de film qui ne fait pas dans la dentelle et donne au public ce qu’il attend. J’irai même jusqu’à dire que d’une certaine manière il réussit l’impossible à savoir faire en sorte de créer l’adaptation parfaite de Wolfenstein. Oui, vous savez cette saga où un soldat US décime a tour de bras du nazi taré dans une ambiance occulte. Overlord c’est ce qui s’en rapproche le plus. Le film de Julius Avery est d’une sauvagerie sans commune mesure et bon Dieu de bon Dieu que cela fait du bien.


Il aurait été facile pour un film de ce genre de tomber dans l’excès dégueulasse et de plomber son scénario à cause de délire soulant à terme pour le public. Le résultat aurait été une série B sans âmes comme on en voit des tonnes. La vérité est qu’Overlord est tout sauf cela. C’est une série B d’une intensité rafraîchissante, classique dans son fond, mais nerveuse en diable dans la forme. Le scénario prend tous les codes du genre et pousse le curseur au maximum de l’excès pour ce genre de grosse production d’un studio. A une époque où les productions d’horreurs se standardisent et finissent par ne plus avoir grand-chose à dire, il est cool de voir que le tandem Julius Avery à la réalisation et JJ Abrams à la production savent encore pervertirent le système. Et nous emmener vers quelque chose d’aussi jouissif. Si vous avez déjà fait plusieurs épisodes de la saga Wolfenstein et surtout les derniers vous allez être en terrain conquis. La chose ne s’embarrasse pas d’une volonté de fidélité historique. On est ici pour divertir, faire flipper et en mettre plein la vue.

Sans partir dans une roue libre intolérable, Overlord de Julius Avery étonne par sa direction conquise maniant avec un talent certain les passages hystériques et les moments de tensions à nouveau brillant menant vers un autre déluge de violence. On ressort de la chose épuisée, mais avec le sourire aux lèvres pour la simple et bonne raison que cette production ne cherche jamais à se foutre de nous. La qualité du produit final est sincère d’un bout à l’autre et excellente. Oui, Overlord fonctionne comme une aventure unique, mais l’on reverrait sans mal une fois le film fini de le voir continuer et ce d’une manière ou d’une autre. Et cerise sur le gâteau c’est le film qui permet à Wyatt Russell d’éclater. Le fils de Kurt Russell dans ce rôle précis ne peut pas cacher qu’il est bien le fils de son père. Il a le même charisme à l’écran, ce je-ne-sais-quoi de je m’en foutisme et d’aura qui dans une danse pour le moins particulière donne de l’essence de testostérone. Oui Overlord ne fait jamais dans la finesse. C’est gore au-delà des attentes, excessif, cela joue avec les clichés et le cahier des charges du genre, mais cela réussit son coup à tous les étages. Et rien que pour cela, il faut bien reconnaître que c’est tout sauf un heureux incident de parcours. On est sur du bonheur en boîte et soyons honnêtes, un film qui passe deux heures a charcuter de la manière la plus frontale et gore possible des hordes de nazis pendant la 2e guerre mondiale est un film forcément et diaboliquement bon.
C’est le cas ici et je vous conseille donc sans la moindre hésitation ce Overlord qui sortira en salles le 21 Novembre.

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.