Les news TV

Outcast se dévoile sur cinemax, retour sur le pilote…

outcast-cinemax-trailer

Outcast sur Cinemax est une série qui typiquement ne passera jamais sur une grande chaine française. Du moins pas sous sa forme actuelle. La violence absolue de certaines séquences et le côté malsain et pesant de l’ensemble finissant de sceller son possible destin Tv chez nous. Après le domaine de la VOD reste sa bouée de sauvetage et si elle se concrétise, faites en sorte de ne pas passer à côté de cette série vu que le potentiel qui y réside est assez énorme. Outcast traite de l’exorcisme, c’est une histoire surnaturelle et terrifiante. Elle met en scène Kyle Barnes et d’autres protagonistes dont la vie est tragiquement marquée. Kyle vit reclus dans la maison de sa mère, il a perdu la garde de sa fille. Sa vie semble liée à de nombreux démons : sa mère, possédée, qui le battait, sa femme, possédée, qui battait sa fille… Mais curieusement, il a le pouvoir d’évacuer, douloureusement, les démons en touchant la personne qu’ils possèdent. Il est reconnu par un prêtre exorciste qui lui demande de l’aide pour un garçon nommé Joshua… De fil en aiguille, Kyle se lance dans une quête pour comprendre et espère pouvoir un jour récupérer sa fille. Quant aux démons, ils semblent le reconnaître comme un « banni » et un personnage mystérieux semblent prêts à tout pour que Kyle et le révérend ne s’approche pas plus de la vérité.

outcast-cinemax-trailer

Que ceux qui s’inquiétait de voir Robert Kirkman pondre une ambiance a la The Walking Dead sur AMC se rassure, nous en sommes très loin. En effet, Outcast se révèle bien plus intéressant dans son approche de la peur et d’une certaine forme de malaise. L’exorcisme et ses dégâts y sont abordés de façon plus frontale. Les différentes séquences mettant en scène l’enfant possédé vont bien plus loin que ce que l’on a l’habitude de voir dans ce genre de productions. C’est d’ailleurs sur ce point qu’Outcast se distancie du simple format Tv, il y a dans sa construction et sa forme un côté film d’horreur indépendant. Et surtout là où d’autres passent leur temps à aller vite, la série va à contre-courant. Lente, malsaine a plus d’un titre et s’appuyant avant tout sur quelques personnages assez solides pour l’instant, ce qui se dresse devant nous est bien plus intéressant que prévu. Mais en prenant ce chemin et en utilisant la liberté de ton qu’offre Cinémas, Outcast dévoile ce qui d’une certaine manière peut être sa force autant que sa faiblesse, à savoir son refus catégorique d’aller dans le sens du poil du public. Le pilote va crescendo dans une certaine forme de violence qui se fait insidieuse au début et purement sadique vers la fin et le pire dans tout cela est que l’on en redemande. Du début à la fin tout fonctionne dans cette série et l’on se met à espérer que la série ne se perde pas en route dans des errances narratives inutiles. C’est un risque, mais pour l’instant l’entrée en matière d’Outcast montre que loin des networks les plus massifs, d’autres lieux de créations alternatifs offrent aux producteurs l’espace nécessaire pour créer, choquer et mettre mal à l’aise. Outcast rentre successivement dans chacune des deux dernières cases et bien plus d’ailleurs. Vivement la suite.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply