Critiques de films

Ouija: origin of evil, voilà du boudin…

ouija-origin-of-evil

Il existe pleins de gens qui aiment Ouija. Ce que perso j’ai du mal à comprendre pour la simple et bonne raison que le premier Ouija justement était terriblement mauvais. Pas du genre à vous faire saigner des yeux, mais pas loin quand même. Non, la véritable problématique de ce film était d’être profondément banal. Pas original pour deux sous, il avait pourtant réussi à faire en sorte de ramener suffisamment d’argent pour que l’on mette en route une suite. Surfant sur le succès d’un Conjuring et de la mécanique de la peur que James Wan a instauré dans le cinéma Hollywoodien, voici que ce nouveau volet de la saga Ouija s’amuse à parodier plutôt joyeusement la chose. Je dis parodier vu que ce film semble malgré toutes ses bonnes intentions manquer diablement de subtilité. Je ne sais pas si c’est le fait que je sois une teigne n’aimant rien qui m’empêche de sauter au plafond avec ce trailer, mais je persiste et signe, ce Ouija 2 me semble terriblement classique. L’avenir nous dira si je me trompe. En attendant voici le résumé de l’histoire : À Los Angeles en 1965, une veuve et ses deux filles montent une nouvelle arnaque pour pimenter leur commerce de séances de spiritisme bidon. Chemin faisant, elles font involontairement entrer chez elles un esprit maléfique bien réel. Lorsque la fille cadette est possédée par la créature impitoyable, la petite famille doit surmonter une terreur dévastatrice pour la sauver et renvoyer l’esprit de l’autre côté… Vous imaginez déjà sans mal les campagnes promos blogueurs qui vont aller avec Ouija sa mère que j’ai flippé de Kikoulol du 77. Misère… Et le pire dans l’histoire est que je suis certain que ce film a la possibilité de rentrer dans ses frais et de persuader les producteurs de continuer la saga. Je vous le dis, on est complètement maudit.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply