Critiques de films Films asiatiques Les news

Manhunt, l’incroyable faux-pas dans la carrière de John Woo…

Manhunt aurait pu être grandiose, John Woo ce n’est pas le 1er tacheron venu…et pourtant. Incompréhensible et laid ce film est une catastrophe.

Manhunt de John Woo, c’est une énigme. Quand on parle de ce réalisateur des souvenirs incroyables reviennent en tête. Pape absolu du Gunfight et du polar crépusculaire, il avait subi une traversée du désert créative en passant chez l’oncle Sam. Un problème que beaucoup d’autres réalisateurs ont connu avant lui. Et pour résoudre ce souci, il était reparti vers son cinéma d’origine avec plus de succès. Mais soudain voici que ce Manhunt arrive sur le devant de la scène et l’on ne peut s’empêcher de se demander ce qui se passe dans la tête de John Woo. On dit souvent que Hard Target avec JCVD est un des pires John Woo, il faut être honnête, ce film le talonne de près, beaucoup trop près d’ailleurs. C’est ce qui rend la chose encore plus affreusement triste. Est-ce que ce dernier film du maestro au niveau de l’histoire est une catastrophe ? Nous sommes dans du basique, une histoire de traîtrise, de meurtres et d’amitiés viriles entre un flic et un présumé coupable. Le tout avec au milieu beaucoup de colombes volant au ralenti et des tonnes de gunfights qui semblent venir d’un autre âge. On ne peut s’empêcher de rester perplexe, voire même avoir l’incompréhensible envie de se frapper la tête contre les murs pour oublier. Mais ce n’est pas possible. Pourquoi ? Peut-être pour la simple et bonne raison que Manhunt est aussi catastrophique que fascinant.

manhunt john woo

Regarder ce film, c’est un peu comme assister au chant du cygne d’un réalisateur revenant sur ses grandes heures et criant haut et fort qu’il n’en a plus rien à faire. Manhunt est en quelque sorte un accident industriel flamboyant. Rien ne fonctionne vraiment. Le montage est atroce et encore en disant cela, je suis souvent en dessous de la vérité. Mais le plus flagrant est que bien souvent le plus tragique ne se trouve pas dans les gunfights, mais dans toutes ses séquences qui se trouvent entre. Et croyez-moi d’une séquence d’action à l’autre, les tunnels narratifs où s’engage le film vont vous sembler sans fin. L’histoire ne fait rien pour arranger la donne, les personnages sont tellement mal écrits qu’au bout de 5 minutes et cette séquence d’intro hautement ridicule on sait à quelle sauce le film va nous manger. Certains compareront cette sortie de route aux grandes heures sombres de Tsui Hark, mais là encore on est en dessous de la vérité. Hark avait même dans ses pires films ce talent d’innover et de tester des choses qu’il allait affiner par la suite. John Woo avec Manhunt traverse son scénario comme un zombie regardant de loin l’aura de son image passée. Recyclage, voilà le mot caractérisant le mieux ce film pour le moins « particulier ».

manhunt john woo

La vérité est que même si l’on met en regardant Manhunt la meilleure volonté du monde, rien n’y fait. Le plus amusant est de voir sans véritables raisons logiques voir les acteurs switchant du Hong Kongais à l’anglais. Le tout occasionnant des fous rires involontaires pour la simple et bonne raison que l’un comme l’autre les deux leads du film semblent réciter un texte appris en phonétique. Le résultat est sans appel, on sort du film à la vitesse de la lumière. Pire encore même les gunfights qui sont la marque de fabrique de John Woo sont ridicules. Là encore, il ne fait pas preuve de la moindre forme d’originalité, le mot roue libre est ce qui définit le mieux le spectacle qui se dresse devant nos yeux. Si le film était sorti dans les années 90, il aurait été possible de s’émerveiller devant la nervosité des séquences d’action. La vérité est qu’aujourd’hui on est totalement atterré. La mise en scène n’a pas évolué depuis les années et l’on assiste à un déballage de poncifs du genre. Le réalisateur qui était il y a des années un précurseur apparaît aujourd’hui comme un papy totalement dépassé par le genre qu’il avait contribué à rendre sexy. Et dans le fond c’est sûrement ce qui rend ce Manhunt fondamentalement triste.

manhunt john woo

La vérité est que l’on regarde ce film un peu comme un testament d’un réalisateur littéralement dégouté par le genre qu’il a bati de ses propres mains. Est-ce que le film était une commande dont John Woo voulait se débarasser au plus vite pour revenir vers des projets plus personels ? On ne le saura pas vraiment. Tout ce qui reste est cette bouillie assez informe que représente Manhunt. Il existe des DTV plus agréable et audacieux à tous les étages, Manhunt est le fond du panier et quand on voit que c’est John Woo qui commet cette atrocité on ne peut qu’être que totalement désolé par le résultat. A voir pour la science, mais même là, c’est un amas de mauvaises raisons qui vous poussera à aller jusqu’à la fin. Next…

Pour me suivre ou me contacter...

No Comments

Leave a Reply