Critiques de films Films français

Made in France s’attaque au Jihadisme et tire a blanc.

made-france-le-realisateur-justifie-la-deprogrammation-du-film

Sam, journaliste indépendant, profite de sa culture musulmane pour infiltrer les milieux intégristes de la banlieue parisienne. Il se rapproche d’un groupe de quatre jeunes qui ont reçu pour mission de créer une cellule djihadiste et semer le chaos au cœur de Paris.

Made In France de Nicolas Boukhrief est un film aussi fascinant que raté d’une certaine manière. Le film possède une aura particulière malgré lui du fait des attentats. Prophétique, film maudit, film raté. Les avis seront encore et toujours multiples. Le problème majeur est que sortant aujourd’hui dans une France encore meurtrie, le film part avec un a priori bizarre. Made In France de Nicolas Boukhrief en effet cumule pour moi des problèmes qui avec le temps que dure le film ne font que s’aggraver et plombe l’ensemble. En tentant d’approfondir la psyché de ces apprentis djihadistes et ce qui les pousse à s’engager dans cette guerre sainte, le film ralentit jusqu’à ne plus faire que du surplace. Que Made In France soit une œuvre de fiction (avec tout ce que cela implique) n’est pas le souci majeur, mais rétrospectivement et après les attentats de Paris, la pilule passe bizarrement. En tentant de comprendre et par certains points d’« humaniser » ces « soldats », le réalisateur se prend les pieds dans le tapis amenant son propos vers des zones un peu marécageuses. Il s’enlise dans une narration qui au final n’amène pas forcément grand-chose. La folie de ces hommes tout comme la faiblesse d’esprit les habitant sont survolés par divers artifices qui font exploser le récit en vol. Et surtout le film fait fausse route dans les clichés qui s’accumulent autour du personnage central. Route qui ne deviendra que plus sinueuse et ce jusqu’à la fin de son aventure.

made-in-france-nicolas-boukhrief02

L’humanisation de ces hommes pour mieux les comprendre est une chose, mais malheureusement la réalité est passée par là et bon nombre des récits post-attentats laissent voir que ces djihadistes n’avaient pas le moindre état d’âmes. Des machines vides de sens et d’émotions, des âmes perdues dès le départ. En tentant vainement malgré tout de creuser ce sillon Made In France de Nicolas Boukhrief perd du temps qu’il ne rattrapera jamais. La réalité lui ayant déjà grillé la politesse, l’esprit du spectateur a un point de comparaison ne jouant pas forcément en la faveur du film. Mais là encore, ce n’est qu’un problème parmi d’autres, le vrai problème du film tient dans son héros, le journaliste infiltré. Oui, ce cas existe, mais c’est le traitement qu’en fait Made In France de Nicolas Boukhrief qui fait basculer l’ensemble vers un côté maladroit au mieux, ridicule au pire. Malik Zidi dans le rôle de ce musulman infiltré et témoin de la longue descente en enfer de ces acolytes apparaît rapidement comme un personnage peu crédible, prenant les armes contre son gré, manipulé par la police tout comme par les djihadistes et culmine dans un final ridicule pour son personnage où le propos final laisse dubitatif. La pirouette du scénario autour du personnage de Malik Zidi est difficile à digérer tant elle repose sur l’un des pires clichés possible. Et du coup le message de tolérance qu’il essaye de distiller vole en éclats perdus dans la gêne précédant ce twist inutile. Jusque-là relativement sérieux Made In France de Nicolas Boukhrief se rate complètement sur la fin en choisissant une sortie pas forcément en adéquation avec le reste du film.

made-in-france-nicolas-boukhrief01

Est-ce que Made In France de Nicolas Boukhrief aurait été jugé différemment sans les attentats ? Cela ne fait pas vraiment de doute. On l’aurait pris avant tout et uniquement pour une œuvre de fiction assez classique au final. Mais avec tout ce qui s’est gravé dan l’inconscient collectif (images, récits…) depuis, le film apparaît comme boiteux et bizarrement en dessous de la vérité. Même pas complémentaire, juste filtré. La menace qu’il analyse est insidieuse et prend des dizaines de visages. Les motivations habitant ces jeunes reste un mystère et le film malgré ses efforts n’arrive pas à dresser un portrait convaincant du pourquoi certains décident de tout quitter pour partir dans une guerre qui les dépasse. Le terrorisme Made In France aurait pu trouver un axe de développement intéressant dans ce personnage de Djihadiste breton qui rejoint le groupe. Un gosse de bonne famille qui avait tout pour lui. Mais au final, on n’en ressort qu’en se disant qu’une seule chose, que ce sont des gamins complètement cons et sans espoirs de récupérations. Le film ne fait pas froid dans le dos, la réalité a déjà tellement fait pire que quoi qu’il arrive Made In France de Nicolas Boukhrief ne dépasse jamais le stade d’une fiction comme une autre aussi bien sur le fond que la forme. Dommage.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply