Les news

Et si l’origin Story des bad guys était Twitter?

Follow me

Au début tout le monde est gentil, puis on trempe le doigt dans la petite vacherie qui nous fait de l’oeil et on finit par kiffer. C’est là que débute le souci…

Vous avez déjà eu ce sentiment bizarre qui vous prend à la gorge sur Twitter ou Facebook en découvrant que quelqu’un vous a muter, unfollow, bloquer ou je ne sais qui s’en rapproche… vous savez ce « le filssss de puttteee ». Non je plaisante généralement avant les insultes on se demande toujours « j’ai couché avec sa sœur, insulté sa mère ? Mis notre date Tinder sur Youporn ? » On évalue tout et son contraire, on se remet en question et vu que l’on est feignant on se dit souvent que c’est la faute de l’autre. C’est vrai impossible que notre statut de connard cosmique puisse être remis en cause. Mais la vérité est que bien souvent on se voile un peu la face. Bon par contre si je parle de mon cas, je pense que j’ai une liste d’unfollow et de blocage long comme le dossier d’un taulard. Et pourtant dans la vie de tous les jours, je ne pense pas être la personne la plus difficile à vivre. Ok je suis un peu susceptible, même si dans le fond j’aime juste dire que c’est pas de ma faute si j’aime pas les cons et que j’en croise beaucoup. Je suis cynique, j’ai pas vraiment de poker face quand quelqu’un m’ennuie. Si je ne vous aime pas vous allez le sentir vite. Bien qu’avec le temps j’ai fini par développer cette hypocrisie de rigueur me faisant réduire la voilure de mon côté frontale. Alors pourquoi est-ce que j’ai toujours autant de gens qui me bloquent ? La vérité, je n’en sais rien et dans le fond je m’en fous un peu. C’est l’effet pervers de Twitter ou des réseaux 90 % de ce qui s’y passe n’est que du vent. Je ne dis pas que tout le monde est fake. Je dis juste que sur le long terme le nombre de personnes qui resteront des vrais amis est tellement faible que l’on se dit à quoi bon continuer de brosser les gens dans le sens du poil.

Vous savez… astiquer ce petit truc que l’on nomme ego. Il paraît que le mien est galopant presque autant qu’une bonne voiture de course dans GTA. On joue tous un rôle et parfois certaines personnes voient au travers du masque d’autres non. Ces personnes-là représentent la majorité de l’écosystème, cette frange qui s’intéresse à la surface au paraître et qui pense vous connaître au travers de 2 ou 3 traits de caractère. Des facettes de votre personnalité souvent aussi fake qu’une retouche sur un insta de Kim K. Mais vu qu’avec le temps vous êtes devenue un faussaire de l’émotion, un roi du paraître les gens vous prennent pour ce que vous n’êtes pas. Cela se paye généralement au bout de la route par une addition salée en cas de sortie de route. On commet tous des erreurs, on froisse les veines du cul de personne qui le mérite, on se fait froisser par ceux que l’on pensait être des potes et vous savez quoi ? C’est la vie, la vérité est qu’avec le temps on perd un peu la passion d’être soi-même dans ce genre d’écosystème. On épouse plus pleinement la somme des défauts que l’on vous reproche et l’on finit par se foutre de plus en plus de ce que pensent les autres. Leur point de vue sur vous devient un pieton dans GTA, l’envie de l’écraser vous démange de plus en plus chaque jour et cette petite voix vous dit que c’est cool vu que dans l’ensemble beaucoup feront de même à la première occasion. Il y a des jours où je me dis que les réseaux sociaux ont des faux airs d’origin story permanente pour les plus grands batards de la sphère numérique. Et peut-être qu’un jour on finira tous par se rendre compte que sous le masque que l’on se donne on n’est rien de plus qu’un connard de plus dans une galaxie d’enculés. Mais bon d’ici là, des villages entiers représentant l’amour-propre de twittos auront brûlé en votre honneur. Donc bon est-ce si grave d’être un connard ? Les gentils perdent toujours à la fin.

Pour me suivre ou me contacter...
Follow me

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.