Les news

[Lifestyle] 2 grammes de Junk-food en moins…

Rares sont ceux d’entre nous qui mangent à la perfection. Je suis bien placé pour le savoir, je suis le roi de la junk food. Je mange en dépit du bon sens. Je me lance dans des raids systématiques de la bouffe autour de moi et même si je sais que cela n’a rien de très bon sur le long terme, je continue. J’imagine que je ne suis pas le seul et c’est vrai que quand tu bosses et blog l’un à la suite de l’autre, cela fait beaucoup d’heures le cul vissé sur une chaise. Du coup dans l’esprit pervers et un peu fainéant qui m’habite le recours à la junk ou au plat rapide devient la solution de facilité. Le midi, le sandwich, les tartes aux framboises, le soir en écrivant des chipsters, des chips au chili et j’en passe encore et encore. C’est fou ce que j’emmerde l’équilibre de mon corps avec une régularité chronique. Mais bon avec le temps cela se paye. Ces derniers temps, j’essaye de réduire un peu ma consommation de saloperies. De sucre surtout. On ne se rend pas compte, à quel point on est accroc à cette saloperie. Dans mon cas je pense pouvoir me qualifier sans mal d’addict. Mon sang est du coca en fait. Et autant être honnête, il n’y a pas de quoi en être fière. Donc, vous allez me dire tu vas faire quoi ?

sugar-addiction

Continuer la junk, boire du coca directement au cul du tanker dans l’usine ? Non pas forcément, même si la restriction totale n’est pas des plus simples ( ce feeling désagréable ou une petite voix dans ton cœur te demande sa dose de sucre comme un junkie.) Non l’idée est d’essayer d’équilibrer un peu mieux, faire du sport et bouger ma graisse. Le sport et moi c’est un peu comme un vieux couple qui ne s’aimait déjà pas pendant le mariage et se méprise toujours autant après le divorce. Il faudrait que l’on recolle les morceaux, mais l’on est très bien l’un et l’autre avec nos diverses maitresses. Les miennes sont moins saines que les siennes. C’est ennuyeux. L’option 1 dans un premier temps serait donc de revoir de A a Z mon alimentation. J’ai toujours été un goinfre, en tout temps. Mais pourtant dernièrement et ma petite prise de poids y ayant pour quelque chose j’imagine, cela se tasse. Je mange bien par moment, mais nettement moins qu’avant. Fini l’époque du KFC en mode illimité, des pizzas au chips et du buffet chinois à volonté. Ce qui dit en passant est le pire piège de l’humanité. Mais là encore, cela implique de se lancer dans une zone inconnue pour le trentenaire que je suis, la cuisine. Cet endroit où se battent en duel ton appétit et ta raison. Il y a ce que tu veux faire et ce que tu finiras par manger face au millième ratage de mise en place d’une recette que l’on pensait brillante.

 bracelets_withings_bleu_noir

Bouger sa graisse est la 2 étape. J’ai été vaincu par la mode des gadgets à la con et j’ai pris comme beaucoup un bracelet withings, pas pour calculer mon sommeil ( je l’ai fait une fois et en voyant le désastre, j’ai compris l’inutilité de la chose) mais plus pour avoir une estimation de ce que je fais comme pas par jour. La réponse est simple , si je me fie à l’unité de calcul de Withings et la véracité de la chose, je fais entre 10.000 et 13/15.000 pas par jour. Ce qui pour les standards de l’appli est une bonne moyenne, la barre est a 10.000/jour. Ok j’arpente très souvent Paris pour traquer les œuvres de Street-Art et du coup cela fait grimper le nombre de km en flèches. Mais même là, je ne vois pas ce que cela ramène de plus en termes de « presque sport »,l’appli me dit que je brûle un paquet de calories en le faisant, cela me fait une belle jambe. Je ne vois pas la différence. Je n’ai jamais compris mon métabolisme. Il est illogique, à l’image de mon corps d’ailleurs. Je peux perdre des kilos sans rien faire juste en étant stresser et au contraire en prendre 20 d’un coup sans voir vraiment de différence. Oui, je suis illogique d’un point de vue métabolisme.

 elf-will-ferrell

La chose amusante (enfin, tout est relatif) est la façon dont mon corps réfute désormais la moindre junk industrielle. La simple odeur du KFC me donne envie de vomir et une fois par mois quand je tente le mcdo mensuel, je ne réussis même plus à finir un simple menu best-of. Autant le dire c’est le début de la fin. En gros le challenge est de trouver l’équilibre entre la satisfaction de mes penchants goinfres et le besoin de purifier la machinerie. La dame Shunrize a elle aussi mis en place ce genre de thérapie et cela lui réussit très bien. Il va donc falloir que je m’y mette un peu. Mais l’espace d’un instant essayer de m’imaginer mangeant du tofu, faisant du vélo et courant chaque jour et vous aurez le début du cauchemar qui m’attend si à terme je ne me bouge pas le popotin. Rien de catastrophique, mais le début de sevrage est un peu plus pénible que je ne le pensais sur certains points.

1 Comment

  • Reply
    Val
    mars 2, 2015 at 9:42

    Si ça peut te rassurer, je n’ai encore jamais mangé de Tofu 😉
    Je mange des burgers (fait maison ou chez Factory par exemple) et des CHIPS (je ne fini plus le paquet comme avant), je ne cours pas (je ne sais pas faire) et je ne fais pas du sport tous les jours.
    En mettant la pédale douce sur la Junk et les plats industriels, tu commences déjà à retrouver le goût de la VRAIE nourriture et c’est pour cela que tu es vite écoeuré par ce que tu adorais avant. Maintenant, il faudra peut-être voir du côté des portions ou du stress. Le stress étant également responsable de la prise de poids. Bon courage en tout cas car ce n’est pas facile de changer de vie !

  • Leave a Reply