Critiques de films Films français

Les Nouvelles aventures d’Aladin- Kev Adams- Critique du film

les-nouvelles-aventures-aladin-kev-adams01

Dans le domaine du cinéma, je n’ai pas forcément trop de limites. C’est souvent un défaut, vu que cela me pousse à aller voir des choses que je ne devrais pas. Les nouvelles aventures d’Aladin avec Kev Adams est l’une d’elle. Kev Adams est à la comédie française, ce que Maitre Gims est au rap pour ados, une énigme. Cela cartonne, mais l’on ne sait jamais vraiment pourquoi. Mais n’ayant vu le sieur Kev Adams qu’une seule fois a ses tout débuts quand il était sur scène dans une toute petite salle avec un spectacle modèle réduit, j’ai voulu voir l’évolution du personnage. Je n’aurai pas du. En effet à l’époque, même s’il ne faisait que singer en grande partie ses idoles, je m’étais dit qu’il avait du potentiel. En voyant Les nouvelles aventures d’Aladin, je pense que fameux potentiel est devenu un exemple parfait de facilité la plus crasse dans le simple et unique but de faire des entrées et de l’argent. Et même si je déteste littéralement Les nouvelles aventures d’Aladin avec Kev Adams je n’ai pas le moindre doutes sur le fait que le film sera un carton. Le genre de ceux qui font un peu plus chaque jour perdre espoir dans le cinéma français commercial. Je n’ai rien contre ce domaine si particulier. Encore faut-il que le produit livré soit honnête sur le fond et la forme. Les nouvelles aventures d’Aladin avec Kev Adams ne l’est pas une seule seconde. Pire encore, il fait revoir presque à la hausse l’énorme déballage d’ego qu’est le dernier film de Jamel. Lui aussi produit par Pathé.

les-nouvelles-aventures-aladin-kev-adams02

Une comédie est un bonheur quand elle est drôle et bien écrite. Les nouvelles aventures d’Aladin avec Kev Adams n’a pas la moindre de ses qualités. Pire que tout c’est un film de potes mercantiles au dernier degré qui singe ses ancêtres sans faire l’effort de cacher le tout derrière des finitions descentes. Commençons l’autopsie mortuaire du cadavre ambulant que sont Les nouvelles aventures d’Aladin avec Kev Adams. Oui, cela va spoiler. Première question est-ce qu’un film bâti autour de l’égo de sa star est une mauvaise chose ? Si l’on regarde le dernier Jamel, la réponse est oui, si l’on regarde le dernier Tom Cruise la réponse est non. Pourquoi ? Pour la simple raison que Cruise s’entoure toujours de personnes capables d’égaler et mettre en images ses ambitions. Il vise la lune et ne tolère pas que ceux qui l’accompagnent voient moins loin. Dans ce cas précis, cela passe et cela fonctionne. Les nouvelles aventures d’Aladin avec Kev Adams n’est construit que pour plaire au public de Soda et de Kev Adams. C’était prévisible, mais la chose inquiétante est la voie que le film emprunte pour y arriver. Le film débute à notre époque avec les deux acteurs de Soda prétendant être des traders ( plan de Kev Adams pour charmer sa copine) alors qu’en fait, ils bossent comme père Noel aux Galeries Lafayette…et prévoyant de voler le stand de parfum le soir de Noel ( ce point du scénario ne reviendra plus jamais). Pris au piège avec des enfants Kev Adams se met a leur raconter une histoire…celle des nouvelles aventures d’Aladin, à sa sauce…et là c’est le drame.

les-nouvelles-aventures-aladin-kev-adams03

Le film possède un budget de 15 millions et cela ne se voit pas un seul instant. ( Pour être honnête, la copie n’était visiblement pas étalonnée à mon avis…si elle l’était, alors il y a un vrai souci). Du générique d’intro a la toute gloire de Kev Adams en « rider » de tapis volant sur une incruste dégueulasse en passant par l’apparition en milieu de film d’un clip de près de trois minutes de rap pour vendre le single, rien n’est fait pour que l’on se mette a avoir le moindre espoir dans ce film. L’adjonction de ce clip de gangsta Rap mode 1001 nuits et son retour au générique de fin ( pour bien vendre le single qui sortira sûrement avec le film) montre que le film ne cache même plus ses ambitions mercantiles. Tout comme celle de copinage avec le featuring de Cyrille Hanouna qui ouvre le film…les deux étant potes attendez vous a un tapis rouge sur Europe 1 et TPMP. Michael Youn avec Fatal prenait au moins le soin d’intégrer les morceaux de musique correctement dans l’histoire, ils servaient cette dernière et n’étaient pas complètement anachroniques avec le reste. Mais bon, c’est à l’image du film vu que perdu dans le désert, le magicien offre un Quick a Kev Adams et que la princesse charme le vizir en faisant du booty shake sur Beyonce. Passons sous silence le caméo de la Fouine et la blague sur sa barbichette. Pourquoi ? Car en comparaison du reste, c’est presque anecdotique.

les-nouvelles-aventures-aladin-kev-adams04

 

En effet Les nouvelles aventures d’Aladin avec Kev Adams a un vrai problème dans son humour et les messages qu’il envoie en frontal ou sous le tapis concernant l’homosexualité. Le gag récurrent sur le fait de savoir si tel ou tel personnage est de la jaquette volante finit par gêner a force, mais c’est un petit dialogue du vizir concernant le fait de se travestir pour autre chose que le fun qui serait une véritable déviance met un poil mal à l’aise. La surabondance de blagues en frontales ou entre les lignes sur le sujet laissent un peu perplexe, entre cela et le rap a unique vocation commerciale, on est a deux doigts de croire que Kev Adams chasse le public de Maitre Gims et vu la cible du film cela dérange un peu. Cela n’apporte rien à l’histoire, n’aide pas les personnages à grandir et sonne comme un aveu de facilité pour obtenir du rire gras ( ce qui fut le cas dans la salle). Mais au bout d’un moment l’idée même de facilité vous échappera tant Les nouvelles aventures d’Aladin avec Kev Adams n’a pas d’ambitions. Ou alors pour être plus honnête, c’est comme si Tom Cruise réalisait un Mission Impossible avec Uwe Boll a la caméra. Perdu dans les méandres de son égo, il ne s’en rendrait pas compte et laisserait le film arriver tel quel en salles.

Car le plus gros problème des nouvelles aventures d’Aladin est que le film est tout simplement hideux, mise en scène comme une comédie franchouillarde de triste mémoire et n’affichant pas la moindre idée de cinéma. Il n’y a rien et quand je dis rien, je le dis a deux doigts du facepalm. Que penser d’un film qui sous prétexte que le narrateur est dans une autre timeline, mime a des enfants la poursuite finale en tapis volant ( pour économiser le budget) et justifie la pirouette par un parent disant à l’écran « De toute façon, je n’aime pas quand il y a trop d’effets spéciaux à la fin », le tout avant de reprendre juste à la fin de cette poursuite pour un dernier affrontement entre Aladin et le vizir et c’est ici que le film se transforme en la plus grande et monstrueuse insulte qui soit au cinéphile. Le scénariste pensant que personne n’a jamais vu Star Wars. Pendant les dix dernières minutes du film, l’ombre de Star Wars pèse lourdement sur Les nouvelles aventures d’Aladin avec Kev Adams. Le tout au travers du running gag ( je suis ton père…ou encore vient du côte obscure…t’as vu…tactac clin d’œil…)Que ce soit sur le combat entre Luke et Darth Vader que Jean Paul Rouve mime en ombre chinoise, la blague je suis ton père…que l’on entendra presque 15 fois pendant la fin du film ou le manque absolu d’ambition de l’ensemble, il n’y a rien a retenir. Et d’un coup le film se souvient que depuis le début la vrai timeline ( dans notre monde) n’avance pas et ne sert à rien. Et l’on découvre au travers d’une fin expéditive que tout les personnages qui peuplaient la ville de Bagdad sont des déclinaisons de ceux peuplant la vraie vie du personnage de Kev Adams. Classique tour de passe-passe. Mais vu que l’on n’a jamais vu ces personnages dans cette timeline avant, cela tombe complètement à l’eau et le happy ending de la fin apparaît comme une simple excuse pour clôturer un film qui n’en finissait plus de tourner en rond. Passons sous silence Jean Paul Rouve qui fait une copie paresseuse d’un méchant a la Gerard Darmon dans le Asterix de Chabat et Michel Blanc qui cachetonne comme un De Niro de triste mémoire.Et pour Eric et Ramzy ils font du Eric et Ramzy…

les-nouvelles-aventures-aladin-kev-adams05

Bêtement homophobe, maladroitement mercantile, réalisé sans la moindre ambition d’offrir quoi que ce soit de cinématographique. Possédant un scénario bâclé qui prend le spectateur pour un demeuré, Les nouvelles aventures d’Aladin avec Kev Adams est une véritable énigme. Beaucoup de gens rigolaient aux éclats face à ce film, visiblement sans remarquer le pillage systématique d’idées, d’influences et autres choses, le tout livré dans une bouille assez infâme. Et le pire dans l’histoire est que malgré ses défauts et ses passages plus que douteux, le film sera un carton. 15 millions pour une chose pareille, c’est assez triste. Le nouveau public a les héros qu’ils méritent après tout. Les nouvelles aventures d’Aladin avec Kev Adams est au final quelque chose de consternant, raté et assez malsain dans sa façon de jouer avec un humour trash pas du tout maitrisé. N’est pas les Farrelly qui veut…

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply
    alex
    août 30, 2015 at 3:39

    Je te trouve vraiment trop dur ! Ne pas aimer ok mais au point de dire qu’il y a 0 pointe d’humour etc c’est poussé, ou alors on a affaire à une jeune femme gavée et soulée par la vie qui n’a point d’humour, c’est un film francais, comique, alors oui normal que tes attentes ne soient pas à la hauteur si tu t’attendais à autre chose !
    A en voir tes autres critiques tu n’aimes aucun (ou très peu) de film
    Arrete tes critiques plutot que de perdre ton temps à écrire. Va rire un coup, ou pète, ca te fera du bien.
    (ne prends pas la peine de répondre j’ai utilisé une adresse mail imaginaire, va plutot écrire des critiques flingueuses) 😉 😉

  • Reply
    Saxx
    avril 6, 2016 at 11:33

    Pète un bon coup! trop de frustration en toi

  • Leave a Reply