Critiques de films Films français Les news

Les dissociés, Suricate montre que le collectif cela paye toujours.

Les dissociés est une production Suricate/Golden Moustache. Vous savez des stars du web de l’humour frenchy. De facto on est en droit de se dire que la chose va être poussive et voire même ennuyeuse, ignorant toutes notions d’originalités. Autant être honnête on a tort. Réalisé par le trio Rapahel Descraques / Julien Josselin / Vincent Tirel, les dissociés montre que l’on produire quelque chose de qualité tout en agissant complètement en dehors du cercle de production traditionnelle. Et c’est peut-être d’ailleurs via ce point précis que le film ouvre une porte intéressante pour les jeunes réalisateurs. Cela est déjà en action chez l’oncle Sam depuis quelque temps déjà, mais bizarrement chez nous, la chose peine à prendre forme. Pourquoi ? Bonne question. De quoi parle « les dissociés » ? Voyons cela : Un matin, Lily et ben se réveillent côte à côte dans des corps qui ne sont pas les leurs. Et Magalie, une petite fille dans le corps d’un grand barbu, les attend dans la chambre d’ami. C’est le début d’une aventure rocambolesque, parfois parcours initiatique, où les corps et les identités s’inverseront au gré d’une simple accolade.

les dissociés suricate

Ce qui fait que le collectif Suricate se dénote du reste des Youtubers comiques actuelles tient une simple notion d’ambition bien mieux maitrisé. Que ce soit dans l’écriture, la maitrise des références ou l’art du second degré au passage, Suricate continue de tenir la dragée haute à ses concurrents. Et Rapahel Descraques / Julien Josselin / Vincent Tirel avec les dissociés continuent de prouver que même avec des petits budgets en comparaison des gachis monstrueux de certains budgets, ils font de la qualité. Regroupant une énorme partie du Youtube Game français, le film du trio évite pourtant de tomber dans trop de poncifs attendus. Et se contente en 1er lieu d’être un film. Cela paraît con à dire ainsi, mais combien de comédies coûtant des millions oublient ce simple postulat de base et se contente d’enchaîner des scénarios faits à la va-vite, réalisé en dépit du bon sens et exempts de la moindre dose d’ambition. Car autant le dire sans attendre, Rapahel Descraques / Julien Josselin / Vincent Tirel réussissent bel et bien un petit tour de force avec « les dissociés ». On reproche souvent aux youtubers de jouer sur des codes basiques et de ne jamais se challenger ou faire de même avec leur public. Mélant comédie et SF, le tout via un récit que l’on aimerait voir continuer au-delà de ce simple film, les dissociés s’avère bien plus solide qu’on ne pouvait le penser en rattrapant le projet dans sa pile de films en retard. Oui, sur le coup je parle de moi là…

les dissociés suricate

Les dissociés montre bien qu’avec même un budget réduit, il est pourtant possible de faire de belles choses en dehors des sentiers de la production classique. Est-ce que l’avenir continuera de sourire pour le trio de créateurs derrière ce film ? Bonne question, mais s’il ne devait en rester qu’un prions pour que Rapahel Descraques finissent un jour par rencontrer le succès qu’il mérite à plus grande échelle. Autant de par sa plume que comme comédien. Les dissociés peut à tort souffrir de cette labélisation Youtube. Un nom qui fait malheureusement grincer des dents parfois sans raison. À l’image de cette communauté ce film est un melting-pot d’inspirations et de genres, tout comme de références plutôt lol qui dans les mains d’un réalisateur plus tradi aurait connu une fin atroce. Ce n’est pas le cas ici. Le tempo est là, l’envie aussi mais surtout un vrai tour de force pour faire en sorte de ne jamais se perdre en route. Même à sa petite échelle, le film n’est jamais imbuvable. Et surtout, cela se tient comme film tout court. Chose que beaucoup auraient penser impossible pour une réalisation émanant de petits génies en provenance de Youtube. La beauté de la chose est de voir qu’en fin de parcours, tout le monde avait torts. Solide sur ses deux jambes Les dissociés tient chacune des promesses qu’il avait pu mettre sur la table durant la production. Et de nos jours, cela vaut de l’or.

Et en bonus–> Le film

Pour me suivre ou me contacter...

No Comments

Leave a Reply