Critiques de films Films français

Le Voyage de Fanny, la seconde guerre mondiale par les yeux d’une enfant..

le-voyage-de-fanny-lola-doillon

La voyage de Fanny. Du haut de ses 12 ans, Fanny a la tête dure ! Mais c’est surtout une jeune fille courageuse qui, cachée dans un foyer loin de ses parents, s’occupe de ses deux petites sœurs. 

Devant fuir précipitamment, Fanny prend alors la tête d’un groupe de huit enfants, et s’engage dans un dangereux périple à travers la France occupée pour rejoindre la frontière Suisse.

 Entre les peurs, les fous rires partagés et les rencontres inattendues, le petit groupe fait l’apprentissage de l’indépendance et découvre la solidarité et l’amitié

Je ne savais rien du film « Le voyage de Fanny » avant que l’on me propose de le voir. Ce qui est parfois la meilleure des configurations possibles. Le cinéma français a toujours eu une relation particulière avec son histoire et les récits autour de la seconde guerre mondiale. Cela à donner naissance parfois a des grands films et d’autres beaucoup plus particuliers… et ce quel que soit l’époque. Du coup en voyant arriver vers moi le film de Lola Doillon, j’avais dans un coin de ma tête un a priori négatif. Pensant que vu le sujet, la possibilité de voir l’ensemble s’écrouler en route était grande. Avec un sujet pareil, la fuite d’un groupe d’enfants juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, on pouvait s’attendre a du pathos par kilos. La bonne surprise est que dans l’ensemble, le voyage de Fanny réussit à éviter ses pièges. La première bonne idée du film est de se focaliser quasi uniquement sur un casting de jeunes ados et enfants sans têtes connus. Cela aide le spectateur a ne pas se perdre en route. On assiste pas à une course à la performance d’acteurs comme dans la Rafle ou d’autres, ici c’est un groupe avançant à l’unisson avec un seul but : donner vie de la meilleure façon à cette histoire.

le-voyage-de-fanny-lola-doillon01

Lola Doillon n’a recours dans tout le film qu’a deux visages vraiment connus : Cecile de France et Stephane de Groot. Deux rôles importants et court à la fois, montrant un certain visage de la France, celle qui devant le nez même des Allemands a pris des risques fous pour tenter de sauver des enfants. Parfois simplement, parfois dans des opérations particulières, mais toujours avec simplicité et courage. Les deux acteurs se glissent dans la peau de leur personnage sans faire de vagues inutiles. Comme s’ils avaient conscience que la lumière ne doit jamais trop s’éloigner de ce groupe d’enfants. La jeune Léonie Souchaud dans son premier rôle réussit à donner vie avec une force tranquille au personnage de Fanny, l’héroine en titre. Traversant toutes les épreuves, elle devient femme par la force des choses en devant s’improviser chef de troupes pour sauver cette famille qui est désormais la sienne. Un parcours évitant de tirer trop de cordes faciles du pathos cinématographique. Le fait que le Voyage de Fanny soit l’adaptation de la biographie de l’héroine amène une petite surcouche de questionnement interne en fin de parcours. Difficile de s’imaginer dans les chaussures de ces enfants à l’époque. Comment aurions-nous réagi dans une situation pareille ? On s’émerveille devant la force de caractère déployé si jeune par ses enfants dans le simple but de survivre. À une époque où nous nous noyons dans un confort improbable, il semble impossible de trouver un quelconque raccord entre les enfants de cette période et la nôtre.

C’est en amenant ces questions sans lourdeur que Lola Doillon réussit plutôt bien son coup avec ce film. Le voyage de Fanny sur le fond comme la forme est assez fin. Ce qui est une denrée de plus en plus rare de nos jours. Est-ce que tout est parfait ? Non pas forcément et tant mieux d’une certaine façon, c’est le fait de montrer qu’il possède malgré tout quelques failles qui renforce encore un peu plus l’humanité de cette production. Le Voyage de Fanny a cette qualité d’être au final sincère dans son approche et de toujours vouloir porter vers le spectateur un récit à l’émotion pure, lui enlevant toutes interférences possibles d’ego. On se laisse emporter par ce récit humain et dur par moments. Un récit de vie passionnant et un petit film à la finesse rafraîchissante tant elle sert son propos menant ainsi vers une bonne surprise.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply