Critiques de films Films français Les news

Le sens de la fête , le petit bonheur de Toledano et Nakache

Le sens de la fête d’Eric Toledano et Olivier Nakache est un de ces films dont la simplicité et l’efficacité font un bien fou au final. Est-ce que l’on est devant le film de l’année ? Peut-être pas et encore tout cela n’est toujours qu’une question d’interprétation qui fluctue face à chacun. Mais s’il y a bien un point qui est indéniable avec ce nouveau film du duo c’est le bien fou qu’il procure surtout dans cette période où l’on bouffe de la news déprimante H24 dès que l’on ouvre la radio ou la tv. Les âmes chagrines trouveront toujours à redire, mais pour une fois, j’ai envie de dire laissons les hurler et prenons le temps de profiter de ce film. Réaliser un film choral n’est jamais évident, le cinéma français a eu son lot d’échecs, semi-réussites et autres moment de grâce et dans son genre, Le sens de la fête d’Eric Toledano et Olivier Nakache tend plutôt vers la dernière position. Le petit moment où tout s’aligne, l’écriture, le casting, la réalisation. Construit quasiment comme du théâtre, le film déroule sa mélodie sans le moindre accroc, porté par un casting possédant chacun une importance aussi décisive que son voisin dans le grand échiquier des sentiments qui se dévoile. Ou du moins devrais-je dire pour être plus précis, l’échiquier du chaos. Car en l’espace d’une journée et la préparation d’un mariage pour le pire client de la Terre, d’Eric Toledano et Olivier Nakache prennent un plaisir quasi sadique à pousser Jean Pierre Bacri dans ses derniers retranchements et c’est de ce petit jeu pervers que ressort toute la force du film.

Le Sens de la fête ou la délicate mélodie du chaos si l’on suit le déroulé de l’histoire, continue une fois de plus de montrer le talent innée du duo pour jouer avec une multitude de personnages. Les faire passer d’une émotion à l’autre sans que l’on tombe dans le pénible n’est pas évident, mais quand on a Jean Pierre Bacri en lead, j’ai envie de dire comment s’écrouler. Il y a dans cet acteur dix fois plus d’humanité et sens de l’humour qui fait mouche que beaucoup de ses congénères. Le casting dans Le sens de la fête d’Eric Toledano et Olivier Nakache ne fait pourtant pas de détails dans le domaine. Du premier rôle en passant par le second et voir même ceux dans le fond de la salle, on touche au parfait. Et quand je dis cela, la chose peut paraître quelque peu abusive, mais la vérité est aussi évidente que le nez au milieu du visage. Le sens de la fête rentre dans cette petite famille des films qui ne sont pas faits que pour flatter l’égo d’un seul acteur. Film de choral respectant jusqu’au bout des ongles ce que cela implique dans la gestion du temps d’écran, dans la finesse d’écriture et la cadence d’impact des vannes. Tout est pensé comme si ce qu’Eric Toledano et Olivier Nakache nous mettaient sous le nez avait des faux airs de partitions absolument parfaites et d’une certaine manière c’est un peu le cas. Revenons sur l’ensemble des productions du même genre dans le cinéma français et prenons une main (cela suffira) pour voir le nombre de réussites. Je ne vais pas mentir en disant qu’une grande partie de cette main sera occupée par les films d’Eric Toledano et Olivier Nakache. Certes on peut leur reprocher avec Le sens de la fête, de jouer la sécurité. Ils sont avec leur famille d’acteurs, dans une zone où ils sont à l’aise et le résultat s’en ressent. Mais ce à quoi au final j’ai envie de dire et alors ?

Combien de fois, les dernières productions françaises ont commis l’erreur de tomber dans une vulgarité crasse pour parler à un public jeune, de s’enfoncer jusqu’à couler dans des chausse-trappes médiatiques ? Rendant du coup l’intégrité même de leur film complètement caduque, la liste est longue. Trop longue même. Eric Toledano et Olivier Nakache avec Le Sens de la fête prennent juste le parti de faire du bien, de respecter d’une certaine manière l’intelligence du spectateur et de se faire eux aussi plaisir en respectant leurs acteurs. L’émulsion entre ces deux extrêmes est la base du succès du film. Sincère d’un bout à l’autre et nettement au-dessus de la meute de ses autres concurrents sur tous les niveaux, Le Sens de la fête est un vrai plaisir. Le genre de petite recette parfaite où tous les ingrédients fonctionnent à merveille les uns avec les autres sans jamais que le spectateur finisse avec une indigestion. C’est aussi festif qu’humain et l’on en sort le sourire aux lèvres. Que demander de plus ?

No Comments

Leave a Reply