Les news

Le meilleur des Tops cinéma de 2017. Modestie…

[podcast_subscribe id="31141"]

Les Tops 10, ce moment pour le moins particulier et totalement subjectif qui va soit être en adéquation avec la pensée collective ou faire de vous encore un peu plus un paria. Bon alors inutile de tourner autour du pot pendant 100 ans, voici les heureux vainqueurs de l’année. 10 films dans un ordre non chronologique. 10 visions de cinéma par des réalisateurs aussi divers que bourrés de talents.

TOPS 10- 1/ Traque à Boston [Critique du film]

tops 10 cinema 2017

Il y a certes quelques details historiques qui m’agaçent un peu, mais avec le recul on ne peut que mettre en avant l’intelligence de la mise enscène de Peter Berg face au sujet ultra casse-gueule de ce film. Pas d’excès, pas de sorties de routes. Juste un numéro d’équilibriste assez impressionnant pour transformer le réel en une fiction sans jamais pour autant manquer de respect aux victimes et survivants. C’est passionnant d’un bout à l’autre.

TOPS 10- 2/ a cure for life [Critique du film]

tops 10 cinema 2017

Gore Verbinski signe ici une œuvre très particulière, un délire horrifique à l’ancienne, comme si un film de la Hammer s’était vu offert un budget illimité et l’accès aux technologies d’aujourd’hui. Chaque plan est une œuvre d’art, c’est beau à en crever, passionnant aussi. Une œuvre à part du système Hollywoodien. Ce qui explique peut-être son échec cuisant.

TOPS 10-3/ The Lost city of Z

tops 10 cinema 2017

La beauté dans sa forme la plus pure. Du vrai grand cinéma à l’ancienne. On en prend plein la gueule du début à la fin, on est sur le cul par les performances du casting. On se prend la réalisation en frontale et l’on est KO debout. Rien à jeter, rien à dire. Magnifique.

TOPS 10-4/ Get Out [Critique du film]

tops 10 cinema 2017

Vrai petit Ovni qui sous couvert d’un délire à la 4e dimension from the Hood offre un regard sur des problèmes sociétaux et du rapport de l’amérique avec le racisme. Les évenements de 2017 auront montrer que sous la couverture du rire et de l’aspect jovial de Jordan Peele son film était bien plus malin qu’on ne le pensait.

TOPS 10-5/ Wind River [Critique du film]

tops 10 cinema 2017

Qui aurait cru que Jeremy Renner allait en 2017 se voir offrir avec Wind River son meilleur rôle tout court. Immense film sur le deuil, la famille et le parcours de deux pères perdu dans la violence et l’envie de vengeance, Wind River surprend. La réalisation et le scénario survole la compétition et finissent de cimenter la réputation de ce petit film sortant de nulle part mais possédant définitivement le charisme des très grand.

TOPS 10-6/ War of the Planet of the Apes [Critique du film]

tops 10 cinema 2017

Un peu comme la trilogie du seigneur des anneaux de Jackson, celle de Planet of The Apes se voit dans la longueur. D’une traite, mais tout comme le retour du roi, on ne peut nier que ce War of the Planet of The Apes est le plus fort du lot. Que ce soit dans le casting, la mise en scène, la réalisation ou l’incroyable travail d’Andy Serkis pour crédibiliser Cesar en tant qu’être humain et non plus simple performance de motion capture, on touche la perfection. Une très grande saga et un immense film.

TOPS 10-7/ Au revoir là haut [Critique du film]

tops 10 cinema 2017

Que dire, Albert Dupontel est un magicien et il signe ici avec ce film l’un des plus beaux films FR de 2017. Il y a tout dans ce film. On voudrait pouvoir le revoir encore et encore, c’est parfait. Dupontel est grand, comme son film et son casting. Je suis raide dingue de ce film.

TOPS 10-8/ Brawl in cell block 99 [Critique du film]

tops 10 cinema 2017

Si pour vous Vince Vaughn n’est que le rigolo faisant des comédies avec Owen Wilson, vous avez tort. Oui, vraiment tort et je vous invite dès que possible à voir Brawl in cell block 99. Ce film est sans doute ce qu’il a fait de plus noir et hardcore dans sa carrière. Ce n’est pas pour les âmes sensibles, c’est une sorte de revival de l’esprit Grindhouse perdu dans un thriller sur fond de trafic de drogue et c’est tout simplement immense.

TOPS 10-9/ La forme de l’eau

tops 10 cinema 2017

J’ai toujours dit et penser que Guillermo Del Toro était un poète et alors que les studios lui refusent des énormes budgets pour un Hellboy 3 ou les montagnes hallucinées, voici que pour une misère il fait ce film. Et que le résultat laisse à la rue pas mal de gens. Poétique, beau, fidèle à ses thématiques autour de l’humanité caché chez ceux que la société labelise comme des monstres, Guillermo Del Toro signe un vrai petit chef d’œuvre.

TOPS 10-10/ quelques minutes après minuit [Critique du film]

tops 10 cinema 2017

Il y a des films qui vous marque et il y a ceux qui vous dévaste, sans que vous ne niez un instant le statut qui est le leur, celui d’immense film. C’est le cas ici avec ce film. Il serait possible d’en parler des heures, le plus simple est pour vous de le voir, vous faire votre avis et digérer ce qu’il réveillera en vous.

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.