Les news

Le critique cinéma sur le net, le Yoda du pauvre ?

kevin hart
[podcast_subscribe id="31141"]

Le critique cinéma dans ma tête devrait ressembler a un prophète cool qui ne t’hérisse pas le poil en prenant tes goûts de haut. La réalité est parfois différente. Pas toujours mais bon…

Le critique et sa place dans l’écosystème du cinéma a toujours été quelque chose qui me fascine. Pas au point de m’en relever la nuit, mais plonger dans les entrailles d’un film, d’une filmographie pour en extraire ce qui fait son ADN et l’offrir aux spectateurs est intéressant. C’est un art profondément casse-gueule qui demande autant de bon-sens que de culture et d’empathie, mais quand c’est bien fait ce qui en ressort est du nectar. Le genre de celui qui donne envie de devenir accro aux écrits ou a la parole de cette personne. Attendre le moment où elle verra un truc que l’on aura laissé passer dans un film, nous poussera a sortir de notre zone de confort pour aller vers un autre monde, un autre genre. Un bon critique a ce petit côté prophète, il t’ouvre les yeux et l’esprit sur ce que tu ne sais pas encore qui est bon pour toi. Mais, il faut bien parfois se rendre à l’évidence, le nombre de personnes capable d’atteindre ce statut de nos jours est de plus en plus faible. Je ne dis pas inexistant, je dis juste faible. Pourquoi ? La liste des griefs pourrait être longue, la presse est un petit milieu ou la nécessité de vendre passe souvent avant le sens. Il faut cibler ce qui intéresse le plus grand nombre et trouver l’angle d’approche qui rendra la chose nouvelle. Tout le monde se casse un peu les dents la dessus. Pour la simple et bonne raison que désormais, le public ne lit plus vraiment autant, il faut que cela aille vite, que l’on taille dans le gras jusqu’à ce que l’ensemble ressemble à un chipster. Les podcasts ou Youtube sont un peu l’avènement de l’audio-learning en mode digestif et passif. On se fait un peu nourrir d’informations comme les humains dans Wall-e. On est passif et dans certains cas adepte du moindre effort. Chose qui en redescendant au niveau des blogs peut aussi parfois se ressentir.

critique cinéma

Il suffit de faire un tour d’horizon et de se rendre a une évidence qui dans le fond régit un peu le milieu cinéma par exemple. En faisant en sorte que la plus grosse masse des blogueurs ciné (amateurs ou pros) découvrent les films en même temps et ne publient qu’à certaines dates, on canalise et formate le terrain. Tout le monde parlera à peu près de la même chose dans un brouhaha inaudible dont au final très peu de choses ressortent. L’écrit à t-il encore une valeur et le partage d’informations qui en découle un point de chute ? C’est une question que je me pose. La nécessité logique de devoir s’adapter à chaque nouvelle générations du public est aussi intéressante qu’épuisante en bout de course. Continuer sur l’écrit et accepter de toucher moins de monde ? Faire dans le généraliste et ne plus être qu’un site de news, un dealeur de junk comme un autre ? Les options sont nombreuses, mais dans cet écosystème l’envie de partager fond comme neige au soleil. La critique analytique demande du temps, de la passion et une attention que le public n’est plus forcément aussi enclin à offrir. Le Podcast est une alternative, mais là encore et c’est très personnel comme avis, le côté discussion de potes comme au comptoir d’un bistrot finit par m’ennuyer. J’aime le côté parfois professoral de la chose et l’impression d’être face à quelqu’un qui ne parle qu’a moi. C’est l’idée que je me fais de la critique, quel que soit la forme qu’elle prenne ou la profondeur où elle se met à creuser.

critique cinéma

Et avec le temps où le fait de vieillir je me demande encore plus chaque jour ce que j’apporte sur l’échiquier. J’ai du mal à trouver une voix qui me passionne et du coup cela rebondit sur mes écrits. On se demande si son point de vue a un intérêt on réfléchit trop et l’on se met à voir son planning de mise en ligne comme le reflet d’un formatage mental assez inquiétant. Je ne dis pas que l’on est tous du côté obscur. Loin de là. Mais par la force des choses, il devient difficile de trouver une voix qui sorte du lot et qui avance loin des relations tacites ou non entre RP et blogueurs ou journalistes. Peut-être que je me fais juste vieux ou que je ne regarde plus au bon endroit. Ou alors effectivement, je cherche ailleurs des choses qui sous mon nez depuis le début. Question sans fin dans ce joyeux bordel qu’est le net.

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.