Les news

Le cinéma de genre en France est-il vraiment mort?

Follow me

Le cinéma de genre made in France, se meurt doucement. La question est de savoir combien de temps reste-t-il avant l’extinction complète?

Le cinéma de genre, quand on dit ce mot et qu’on le colle à cinéma français cela semble de nos jours comme une anomalie. Fut une époque lointaine que les moins de 20 ans ne doivent pas connaître où l’on était bon dans le domaine. Puis avec le temps, les choses ont pris du plomb dans l’aile. Le cinéma français est de plus en plus formaté. Les comédies faites pour la Tv d’un côté et les drames chiants pour les festivals. De la nourriture pour les cochons et de la vaseline pour la branlette des autres. Oui, je caricature à l’extrême, mais dans l’esprit vous savez que j’ai quand même un peu raison. Et au milieu coule un petit ruisseau avec des exceptions. Je ne dis pas que le cinéma de genre français est complètement mort, juste qu’il se meurt en silence loin des regards. Il y a par instants des sursauts et des réalisateurs tentant de changer la donne. Parfois cela passe, parfois cela casse. Et cela se finit souvent par une réalisation d’un film préformaté à Hollywood. Expérience intéressante pour le cv, mais dont peu de mondes revient forcément joyeux. Les témoignages finissant toujours à un moment ou un autre par remonter à la surface. Le tout sous forme d’aveux d’inutilité ou de sentiments de s’être fait broyer par un système qui consomme du réalisateur comme l’on consomme du McDo. Et la France dans tout cela ? Il existe une nouvelle génération qui sommeille, des gens talentueux qui aborde le cinéma de genre avec des visions toutes aussi différentes que complémentaires en bout de course. Et pourtant, ils ne percent pas. Finissent par tourner des comédies loin de leurs univers pour devoir continuer dans le milieu et s’exportent à l’étranger pour faire les projets leur tenant vraiment à cœur. Triste constat dans le fond.

cinéma de genre en france
Le cinéma français fait-il tout pour décourager ses futures ressources de s’engager dans ce domaine ? Parfois je me pose la question. On n’est pas encore pris dans un cas de figure où le cinéma de genre devient le cousin honteux de la famille du 7e art, mais son absence dans les dîners de famille au fur et à mesure que le temps passe devient de plus en plus marquante. Il manque à l’écosystème. Sa différence finissant par ne plus faire que mettre en valeur de façon flagrante l’uniformisation de genre qui se déroule. Le cinéma de genre c’est le seul d’une balance à peu près équilibré dans la création. Ce petit lieu où l’on peut parler du social, du fantastique et de je ne sais combien d’autres sujets récents sous un prisme différents. L’endroit où l’on peut expérimenter loin des codes trop envahissants nécessitant d’être toujours dans les clous d’une possible diffusion tv a 20h50. Je ne sais pas ce que l’avenir donnera, mais le passé renvoie juste une image de lente agonie d’un genre. Le public finissant presque par se faire à l’idée que rien ne viendra plus côté cinéma de genre via le cinéma Français. C’est assez triste vu que dans le fond ce ne sont pas les artistes qui manquent dans le genre. Mais le 7e art français a fini par tellement se formater au fil des années que l’on assiste à la fin d’une époque. Dommage.

Pour me suivre ou me contacter...
Follow me

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.