Les news

Le bonhomme de neige, le dernier fiasco de Michael Fassbender

Follow me

Le bonhomme de neige (The Snowman en Vo), c’est un film dont même le réalisateur commence à se désolidariser. Ce qui n’est jamais bon signe. Une bien triste fin pour le dernier film de Michael Fassbender. Qui ressemble de plus en plus à un incident industriel.

Le bonhomme de neige est un film dont les retours sont tous aussi catastrophiques les uns que les autres. Et c’est d’autant plus triste que la première bande-annonce donnait plutôt envie. Un polar sec, un casting 4 étoiles, on se disait que rien ne pouvait aller de travers. Et bien visiblement on avait vraiment tort. Et le pire dans tout cela est que lorsque même le réalisateur d’un film se met à descendre ce dernier, on peut se dire sans le moindre doute que quelque chose cloche. Et c’est le cas ici. Tomas Alfredson qui visiblement souhaite prendre le plus de distance possible avec Le bonhomme de neige en dit plus sur les coulisses du tournage et à vrai dire, ce n’est pas glorieux.

le bonhomme de neige michael fassbender

A la recherche du scénario perdu…

Mais avant, il est de bon ton de faire un retour rapide sur l’histoire du film histoire de vous faire baigner dans l’ADN de ce fiasco : Lorsque le détective d’une section d’élite enquête sur la disparition d’une victime lors des premières neiges de l’hiver, il craint qu’un serial killer recherché n’ait encore frappé. Avec l’aide d’une brillante recrue, il va tenter d’établir un lien entre des dizaines de cas non élucidés et la brutalité de ce dernier crime afin de mettre un terme à ce fléau, avant la tombée des prochaines neiges. Et visiblement même Michael Fassbender ne réussit pas à sauver le naufrage. Tomas Alfredson avouant sans état d’ame que la production du film à été complètement rushé, l’obligeant du coup à sacrifier 10 a 15 % du script d’origine. Ce qui au final contribua à donner le résultat que l’on connaît aujourd’hui et qui porte le nom de Le bonhomme de neige.

« Our shoot time in Norway was way too short, » « We didn’t get the whole story with us and when we started cutting we discovered that a lot was missing. » »It’s like when you’re making a big jigsaw puzzle and a few pieces are missing so you don’t see the whole picture, »

Les propos de Tomas Alfredson sont assez inquiétants tant ils démontrent à quel point la pré-production du film a été faite en dépit du bon sens. Le genre de déclarations qui poussent à vouloir remonter le temps dans l’espoir d’assister en secret dans un coin à ce qui s’annonçait d’emblée comme un fiasco artistique. Le point précis que je ne comprends d’ailleurs toujours pas tient sur la raison d’avoir voulu adapter le 7e livre de la saga écrite par Jo Nesbo et tenter de le faire passer pour le 1er. Est-ce que ne serait-ce qu’avec ce simple fait, l’équipe de production ne montrait-elle pas son inconsistance face au projet. Prenant tout complètement à la légère ? Un choix d’une tristesse assez massive à vrai dire. Encore une fois et surtout quand on regarde le casting en place pour ce film Le bonhomme de neige, il y avait de quoi y croire. Devant la caméra on peut en effet voir Michael Fassbender, Rebecca Ferguson, JK Simmons et Charlotte Gainsbourg… Tomas Alfredson devant la caméra était aussi un gage de qualité. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder sa filmo avec des réalisations comme Let the Right One In ou encore Tinker Tailor Soldier Spy. On ne pouvait pas vraiment présager de cette explosion en plein vol du projet. Triste…

Source The Independent

Pour me suivre ou me contacter...
Follow me

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.