Critiques de films Films américains

Lauren Cohan adopte The Boy pour le meilleur et surtout le pire…

lauren-cohan-the-boy02

Pourquoi vouloir voir The Boy ? Une partie de moi va dire Lauren Cohan pendant que l’autre dira : je ne sais pas. Annabelle ayant réussi son coup au box-office d’autres studios se sont dit que faire un revival des poupées maléfiques serait une bonne idée. Je ne vais pas forcément aller dans leur sens sur ce coup-là pour être honnête. Et en bout de course, The Boy ne va pas véritablement vous faire changer d’avis sur le genre, surtout si vous allez voir le film avec un a priori négatif. Est-ce qu’il y a quelque chose à sauver dans The boy ? Prenons les choses de manières calmes… pendant une petite partie du film, l’illusion est là. On se met à croire que quelque chose de potable va sortir de l’ensemble. On retombe dans les baskets du jeune cinéphile naïf et comme des vieux chaussons on s’y sent bien. Du coup on baisse la garde et l’on se laisse avoir par The Boy qui prend du coup un malin plaisir a nous enfumer, nous dirigeant comme du bétail vers l’abattoir en direction d’un final complètement con faisant très vite oublier que l’on a pu avoir le moindre espoir dans la chose. Oui, je sais, je suis naïf et je fais trop confiance. Mais bizarrement en bout de course même le charmant visage de Lauren Cohan n’y suffit plus.

lauren-cohan-the-boy01

The Boy a quelque chose de frustrant au final. Cela tient surtout par le fait qu’au milieu des erreurs de parcours, le film n’est pas une monstrueuse catastrophe comme celle qui jalonne le domaine des films d’horreurs récents. Il y a quelques touches d’ambitions et de bonnes idées qui ici et là pointe le bout de leur nez. Le genre d’écran de fumée permettant au spectateur de se laisser prendre dans les mailles du filet que représente le scénario de The Boy, le film ne cherche pas forcément à s’adresser à base de clins d’œil lourd à un public jeune. D’une certaine façon The boy, se veut tout terrain espérant parler aussi bien aux vieux fans d’horreur qu’au nouveau. Il y a boire et a mangé du coup. Ce qui malheureusement si cela est mal géré provoque des effets secondaires bizarre. Dans le cas présent et même si la volonté de retrouver une atmosphère à l’ancienne est louable le chemin pris pour cela est jalonné d’embûches. La peur que crée le réalisateur au travers de différentes séquences où il espère tirer le spectateur de sa torpeur ne fonctionne jamais vraiment. La faute à l’utilisation pour cela d’artifices de mises en scène qui désormais dans le domaine sont des clichés ayant la vie dure. On ne peut alors s’empêcher du coup de bailler gentiment en regardant sa montre et en attendant la fin. Dommage vu que dans l’ensemble et même si la réalisation pêche un peu, le casting (lauren Cohan en tête) n’est pas mauvais.

Mais cela n’y fera rien vu que comme bon nombre de ces prédécesseurs dans le domaine The boy se rate complètement sur le final et laisse le spectateur en plan juste avant le finish. C’est une habitude dans le domaine des films d’horreurs ces dernières années, le genre de choses qui est encore plus increvable qu’un monstre de cinéma. Si vous n’avez pas aimer Annabelle, si vous n’êtes pas fan des films d’horreur de la nouvelle génération qui essaye malgré tout de se donner le look de ceux de l’ancienne… Alors autant le dire The boy ne va rien faire pour arranger les choses. C’est une brique de plus qui se rajoute au pied des cinéphiles désirant plonger dans le petit bain des films d’horreur récent. Et un risque de plus de vous voir couler avec le reste des cadavres habitants ces films. À vous de voir si la baignade en vaut la chandelle, mais sur ce coup précis, j’ai envie de vous déconseiller de plonger. À vous de voir…

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply