Les news

Krypton, le pari fou de David S Goyer sur Syfy.

Krypton, la dernière production de Syfy autour des origines de la saga de Superman est assez déroutante mais pas sans un nuage de charme.

Krypton la série SYFY autour des origines de la planète de Superman et sa famille, 200 ans avant qu’il soit le héros que l’on connaît avait tout pour être une mauvaise idée. Et le résultat risque d’en diviser plus d’un. Le pilote est dans l’ensemble assez solide lorgnant à plus d’une reprise vers une ambiance à la Game of Thrones avec les trahisons, meurtres et jeux de pouvoirs. Et autant être honnête, même si la chose fonctionne plutôt bien dans l’ensemble, c’est l’arrivée d’un twist pour le moins surprenant qui va hérisser le poil des puristes. On peut reconnaître à David S Goyer un côté couillu de tenter ce qui a des faux airs de Kamoulox géant. Pourquoi ? Car s’il retombe sur ses pattes après un tel démarrage, on pourra saluer le coup de poker, mais si la chose ne marche pas, c’est l’intégralité de la série qui explosera en plein vol la rendant dans le fond aussi stupide que Gotham.

Krypton syfy

Je fais un parallèle hasardeux entre les deux juste pour la forme car la différence entre ces deux séries et surtout les showrunners aux commandes est que David S Goyer maîtrise son sujet. Il sait de quoi il parle et même s’il prend des libertés de remanier la mythologie à sa sauce, l’ensemble tient la route laissant à plusieurs moments voir des clins d’oeils à des détails de la saga. On est en terrain connu et c’est ce qui permet à la série de voler sans trop d’encombres. Mais une fois de plus le twist de la série et les ramifications qu’il aura pour la suite de la saison plane au-dessus de cette création comme une véritable épée de Damoclès. Pour un pilote, on ne peut que reconnaître à Krypton des qualités. La mythologie est présente (certes sous une autre forme), le rythme aussi et le cast s’avère malgré en départ en demi-teinte bien plus solide que l’on ne pouvait le penser. Oui, il est évident que dans le fond, les grandes lignes directrices paraîtront sur certains points cousues de fil blanc. C’est un fait que je ne nie pas. Mais ce qui frappe agréablement dans le pilote est l’aspect pour le moins radical que la série prend dans sa manière de traiter les personnages. David S Goyer semble ne pas vraiment connaître le sens du mot pitié. On n’est pas dans Smalville ni dans une production CW.

Krypton syfy

J’entends par là que les cadavres tombent bien plus vite qu’on ne le pensait et dans le cas présent, il n’existe pas vraiment d’espoirs de retours. En mettant volontairement de côté l’aspect surhumain des Kryptoniens, David S Goyer prend le parti de se focaliser sur l’humain. Les émotions bonnes ou mauvaises qui les habitent mettent en place une série beaucoup plus réaliste sur son fondement que je ne le pensais. Très proche de Game of Thrones dans son esprit, on est sur une quête de pouvoir, de rang, de retrouver l’éclat de son titre. Le tout mélangé avec l’ombre de Brainiac et de ce foutu twist ultra-casse-gueule qui semblera suicidaire a plus d’un spectateur. J’avoue qu’en ce qui me concerne, je suis toujours ultra-partagé. Le pilote de Krypton est un mélange pour le moins détonnant et dans l’ensemble, il réussit à remplir son cahier des charges… donner envie de revenir pour voir la suite. Cela ne se fera pas sans vagues, c’est une évidence, mais les fondations sont là. C’est déjà beaucoup plus que pour d’autres séries. Du coup, c’est oui pour Krypton.

No Comments

Leave a Reply