Critiques de films Films américains

Killing Gunther, Arnold Schwarzenegger se perd dans la VOD

Killing Gunther de Taran Killam avec Arnold Schwarzenegger est le triste constat qu’une fois que tu rentres dans le domaine de la VOD comme Bruce Willis ou Nicolas Cage, cela devient difficile de garder une certaine crédibilité ensuite…

Killing Gunther de Taran Killam est l’un de ces films qui au travers d’une simple bande-annonce pouvait paraître drôle. La présence d’Arnold Schwarzenegger en assassin mythique en prise avec une horde de bras cassé tentant de le tuer avait l’air amusante. En gros, on y croyait un court instant. Et c’est alors que la réalité nous rattrape et que très vite on se rend compte du traquenard. En effet, Killing Gunther de Taran Killam est une arnaque. Tout comme beaucoup d’autres acteurs tel que Bruce Willis pour ne pas le citer, Arnold Schwarzenegger s’engouffre dans le domaine de la VOD pour prendre ce que l’on peut nommer comme de l’argent facile. Comment lui en vouloir, il ne sera pas le premier, ni le dernier. Et parfois, malgré le sigle VOD, ce domaine réserve de bonnes surprises. Killing Gunther de Taran Killam n’en fait malheureusement pas partie. Remettons les choses dans le contexte immédiatement, Arnold Schwarzenegger n’est dans le film qu’à peine 20 minutes et la majeure partie de ces séquences sont dans la bande-annonce du film. Et encore, son arrivée ne se fait qu’après 1h10 de film qui semble pour le moins interminable. La faute à qui ? Pfiou la liste est longue : le scénario, la réalisation, les acteurs, les blagues, le tempo… Killing Gunther de Taran Killam se la joue film dans le film en prenant l’angle du faux documentaire. Une équipe de cameraman suivant les assassins aux trousses d’Arnold Schwarzenegger. Un procédé qui d’habitude est plus présent dans les films d’horreurs, mais pourquoi pas. Malheureusement, Taran Killam tourne très vite en rond.

Le vrai gros souci de Killing Gunther de Taran Killam est que le film est réalisé en dépit du bon sens du début à la fin. Cheap au possible, on se demande ce qu’Arnold Schwarzenegger est venu faire dans ce bordel. Les acteurs dans l’ensemble sont assez mauvais et pas aider une seule seconde par la platitude du script, ils ne font que s’enfoncer. L’humour que tente de mettre en place le scénario est au-delà du laborieux et prévisible à en crever. Rien ne fonctionne et jusqu’à ce qu’Arnold Schwarzenegger rentre dans la partie en live, je mets les gens au défi de rire pleinement une seule fois. C’est un peu comme si l’on assistait à un film de fin d’étude fait entre amis avec trop d’argent et de temps sur les bras. Et pourtant, c’est là sûrement le plus triste de la chose, Arnold Schwarzenegger s’amuse dans le peu de temps où il est à l’écran. On en vient à regretter que le film tout comme un « C’est arrivé près de chez vous » ne soit pas décidé à le suivre uniquement lui et ce du début à la fin du récit. Cela aurait été la vraie bonne idée du film. Je ne dis pas que sa courte apparition sur la fin est un grand moment de cinéma, mais voir Arnold Schwarzenegger relâcher la pression et faire vraiment n’importe quoi est plus que sympathique. Mais malheureusement, Killing Gunther de Taran Killam pris au piège de choix narratifs qui nous dépasse, s’enfonce dans une succession de tunnels dont on ressort en hurlant tellement la traversée fut pénible.

Killing Gunther de Taran Killam avait grâce à un Arnold Schwarzenegger bien désireux de s’amuser et casser un peu son image en revenant sur de la comédie potache toutes les cartes en mains. Le résultat au final confine à la catastrophe. Le genre de celle qui donne envie de hurler contre le réalisateur et sa nonchalance à l’écriture tout comme derrière la caméra. À peine digne du standard DTV, le film se complaît dans une fainéantise toxique espérant la cacher sous le prétexte de plus en plus pénible du film dans le film. Chose qui si elle n’est pas un minimum bien pensé en amont s’effondre très vite sur elle-même. C’est le cas ici. Alors que reste-t-il de Killing Gunther de Taran Killam ? Au-delà des quelques minutes de présence d’Arnold Schwarzenegger à la fin… Sincèrement rien du tout. Le film est hautement dispensable. Même pas un plaisir coupable en fait… C’est dire.

No Comments

Leave a Reply