Critiques de films Films américains

Jamais entre amis- Leslye Headland- Critique du film

jamais-entre-amis-alison-brie

Jake et Lainey ont perdu ensemble leur virginité sur un coup de tête à l’université. Quand ils se recroisent 12 ans plus tard à New York, ils réalisent tous les deux qu’ils sont devenus des champions de l’infidélité. Prêts à tout pour trouver des solutions à leur problème, ils s’engagent dans une relation platonique sans tabous afin de s’entraider dans leur quête du véritable amour.

Il devient de plus en plus difficile de nos jours d’exister dans le domaine de la comédie romantique. D’un côté comme de l’autre, tout a déjà été fait. Ce qui donne cette impression bizarre de sur place que peut faire le genre. On a tendance à tellement aimer le genre que pourtant on finit par lui pardonner en se disant tant pis et en attendant que le prochain soit mieux. Et bien vous savez quoi ? Le prochain se nomme Jamais entre amis et effectivement, il est bien mieux que prévu. Alors qu’Hollywood dans le domaine des comédies romantiques avait tendance ces dernières années à faire que la comédie garde toujours la tête haute face au reste on assiste lentement mais surement a des romances toujours aussi drôles certes, mais beaucoup plus réalistes et crues dans l’approche du sexe au milieu de ces fameuses romances. Jamais entre amis joue sur cette dualité si fragile, la délicate frontière séparant la relation type friendzone et celle classé X. Beaucoup d’autres films ont tenté le coup avant Jamais entre amis. La chose se couronnant parfois par un succès, parfois par un fiasco. Le duo Jason Sudeikis et Alison Brie réussit à faire en sorte que le film garde quoi qu’il arrive cette fragile balance entre les deux extrêmes, cru sans pour autant être bêtement vulgaire, Jamais entre amis a des faux airs de Quand Harry Rencontre Sally version 2015. C’est malin, drôle et avec du cœur et surtout cela fonctionne !

jamais-entre-amis-alison-brie01

Tout simplement pour la raison que le duo qui arrive sur l’écran est solide. Jason Sudeikis et Alison Brie sont aussi drôles que touchant dans le rôle de ces deux pervers sexuels qui sont incapables de se dire tout simplement la chose la plus simple du monde. Et surtout d’accepter qu’ils sont faits l’un pour l’autre. Jamais entre amis produit entre autre par Will Ferrell porte d’une certaine façon l’ombre humoristique de ce dernier, cela va a 200 a l’heure, les vannes fusent et touchent quasi toujours au but, mais derrière ce cynisme de façade, la fragilité des personnages ressort assez vite. Que ce soit pour Jason Sudeikis ou Alison Brie l’alchimie entre les deux a l’écran est palpable et aide a crédibiliser cette romance. Sans ce lien qui se crée assez vite le film aurait rejoint l’inombrable cohorte des comédies romantiques lambdas sortant chaque année. Mais heureusement ce n’est pas le cas. Porté par une écriture au couteau et un sen comique qui trouve en Jason Sudeikis un ambassadeur parfait, Jamais entre amis réussit à prendre son envol. L’humour de l’un est complémenté par le sex-appeal et la fragilité de l’autre. Alison Brie est à l’image du personnage type féminin que l’on aime trouver dans ce genre de film : forte, drôle et fragile à la fois. Le mix de toutes ces qualités est renforcé par ce petit détail incendiaire qu’elle a dans le regard. Comment résister ? Je ne sais pas et cela fait longtemps que je n’en ai plus la moindre intention pour être honnête.

Au final Jamais entre amis développe de par son scénario et son duo d’acteur parfait un tel amas de qualités qu’il est difficile de résister à ces dernières. Le feu nourri des vannes assaillant le spectateur n’est qu’un artifice pour faire fondre la glace. Car derrière tout cela, Jamais entre amis se révèle offrir une vision assez fine de ce qu’est le grand jeu de la relation amoureuse de nos jours. C’est frais, agréable, Alison brie y redéfinie le sens du mot sexy et cela a un cœur gros comme cela. Sincèrement, cela remplit toutes les cases de la check-list que l’on attend d’une comédie romantique et même quelque une en plus au passage. Elle n’est pas belle la vie ? Une très sympathique surprise.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply