Critiques de films Films américains

Insidious 3- Critique du film

insidiou-chapter-3

Insidious tout comme The Conjuring reste l’une des rares bonnes surprises dans le domaine du cinéma d’horreur light. Je ne vais pas dire que le fond était incroyable, mais la forme aidait à faire passer l’addition. Malheureusement, le 3e volet peine a trouvé le souffle nécessaire pour exister sur la longueur. Le film manque en effet assez rapidement de substances et pédale lentement dans la semoule. Certes, il existe nettement plus honteux avec bon nombre de films en VOD ou en salles comme des Paranormal Activity ou Poltergeist, mais cela ne fait pas pour autant d’Insidious 3 un grand film. Loin de la même.

James Wan n’est plus derrière la caméra et cède sa place à Leigh Whannell qui écrit et réalise ce nouveau volet de la saga Insidious. Abandonnant en partie la saga d’origine, le film est une préquelle et se déroule très longtemps avant le 1er et 2 Insidious. Se recentrant sur une gamine essayant de se reconstruire après la mort de sa mère, Insidious 3 emprunte très vite une voie relativement classique. Le tout en mettant en scène l’arrivée d’ Elise Rainier (Lin Shaye), le film est en quelque sorte une origin story sur le personnage, mais en faisant ce choix, il signe aussi en quelque sorte sa perte. Dès ce moment, la route qu’emprunte Insidious 3 possède un énorme souci…celui d’être parfois affreusement prévisible. Les codes sont toujours les mêmes, une famille subissant les assauts d’une entité maléfique…oui, on a déjà vu cela 100 fois et comme d’habitude, voici qu’arrive l’exorciste de service. La formule ne fonctionne plus, James Wan avait réussi à lui insuffler un deuxième souffle via The Conjuring, malheureusement Leigh Whannell n’a pas ce talent.

Insidious+3+new+poster+horror+movie+2015+(1)

Insidious 3 passe beaucoup trop de temps à s’intéresser à un axe beaucoup trop commun empilant les clichés, sans jamais développer pleinement la véritable trame à savoir, celle sur le personnage qu’incarne Lin Shaye. C’est ici qu’insidious 3 passe totalement à côté de ce qui aurait pu lui donner une véritable identité. Du coup du début à la fin, le film de Leigh Whannell ne surprend jamais véritablement. Chose dommage dans l’ensemble vu que malgré tout les efforts du réalisateur se ressentent le long du film…sans pour autant jamais réussir a les faire exister. Rendant du coup Insidious 3 assez caduc. Même si par instant, l’arc concernant Lin Shaye aide à donner une autre perspective sur ces agissements dans les deux films. Au-delà du fond le réalisateur essaye aussi de copier la forme qu’emprunta James Wan pour donner vie aux premiers volets. Le travail de mimétisme fonctionne par instant, mais ne dépasse jamais véritablement le stade de la fameuse copie et c’est là que le bât blesse. Comme un élève connaissant parfaitement les bases de son histoire de l’art… Leigh Whannell a du mal à imprimer une identité propre à son film. Insidious 3 en devient du coup bâtard sur le fond comme sur la forme.

Au-delà de quelques séquences pas forcément intolérables, Insidious 3 peine à véritablement offrir quoi que ce soit de nouveau. Leigh Whannell est-il le seul à blâmer pour cela? A la vue de la structure immuable des films d’horreurs à Hollywood, je doute que derrière le rideau de la production sa marge de manœuvre fût si large du coup, Insidious 3 est une production d’horreur de plus dans l’immensité d’Hollywood quitte a du coup passer complètement de son potentiel et de la mythologie qu’il essaye tant bien que mal de développer. Mais n’est pas James Wan qui veut…

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply