Critiques de films Films américains Les news

Hollow Point, Patrick Wilson aux portes de l’enfer du Western Old School.

Hollow Point, c’est la petite série B que l’on va laisser passer. Le genre d’erreur vraiment dommage vu la qualité du film. Excellente surprise.

Hollow Point avec Patrick Wilson rentre directement dans cette catégorie des petits films passant injustement entre les mailles du filet. Le genre de ceux qui se retrouvent frapper du signe de l’infamie d’une sortie illico en VOD. Alors que dans le fond, il ne méritait pas ce traitement. Est-ce que Hollow Point révolutionne le genre ? Non, mais ce qu’il fait, il le fait plus que bien avec l’amour du genre en bandoulière. Et surtout, il offre à Patrick Wilson, un acteur qui n’a pas forcément la carrière qu’il mérite un vrai rôle de héros old school assez badass. Le tout en compagnie d’un Ian McShane égal à lui-même, c’est-à-dire tout simplement jouissif dans son art si délicat de maîtriser aussi bien la roue libre et le je m’en foutisme. Hollow Point ne serait-ce que par son titre annonce la couleur, l’odeur du Western à l’ancienne se fait sentir sans attendre. Deux shérifs prêts à tout pour défendre la ville où ils se trouvent, un tueur du cartel qui ne fait pas dans le détail… et beaucoup d’argent à récupérer au milieu de tout cela. Le pitch du film résume bien la chose : Une petite ville à la frontière du Mexique et des USA s’est transformée en plaque tournante du trafic d’armes avec les cartels. Dépendant à l’alcool et adepte des méthodes expéditives, le vieux shérif local est devenu un embarras pour le département de la Justice américaine qui dépêche un brillant remplaçant pour reprendre le contrôle de la situation. Mais sur place, il est confronté à une vague de violence sans précédent.

hollow point patrick wilson
Et une fois que l’on se lance dans l’aventure autant être honnête, cela fonctionne. Oui, il y a des faux airs de No Country For Old Men en version VOD. Mais assez vite, le film se crée sa propre identité. La force de ce Hollow Point réside en effet pleinement sur ce duo pour le moins improbable que forme Patrick Wilson et Ian McShane. En action héro tendance old school, le premier trouve ici le moyen de se créer une facette de plus dans son bestiaire de personnages et le résultat est pour le moins surprenant. D’un rôle que l’on pensait au demeurant anecdotique, il réussit à créer quelque chose de badass avec des faux airs de ne pas y toucher. Et la beauté de la chose est que malgré son aspect pour le moins classique dans la narration, Hollow Point avec Patrick Wilson s’amuse à pervertir gentiment la donne. Western moderne en plein milieu du trou du cul du monde, le film prend le parti de faire du neuf avec du vieux. Et même si l’on trouvera sûrement à redire sur divers aspects du scénario qui ne tiennent pas toujours la route, l’ambiance est là. La violence sèche aussi. Mais ce qui est vraiment prenant dans ce film tient tout simplement au portrait de héros pas comme les autres que produit Patrick Wilson. Sa carrière n’est pas mince en rôle et dernièrement il a rencontré de beaux succès (Aquaman prochainement devrait encore aider), mais ce rôle de shérif au pied du mur lui va comme un gant.

La comparaison avec Rick Grimes de Walking Dead est juste à plus d’un titre, mais l’on retient surtout la transformation qui survient par la force des choses. Lui et Ian McShane sont les deux pièces d’un même puzzle. Le shérif en fin de carrière rongé et détruit par la voyance et qui se noie dans la bouteille pour oublier et le remplaçant. Celui qui a encore un espoir d’avoir un autre avenir. Hollow Point avec Patrick Wilson se construit entièrement sur ce point précis, l’avenir des personnages étant celle lueur au bout du tunnel. Mais pour y arriver, il faudra juste survivre et le scénario ne fait rien pour leur faciliter la tâche. Violent comme un récit écrit par Taylor Sheridan et construit sur un cimetière de vieux films de genre, Hollow Point est dans l’ensemble sans pitié. John Leguizamo que l’on a l’habitude de voir dans des trucs parfois plus légers incarne un « sicario » bien plus retors que prévu et la beauté de l’ensemble est que rien ne s’écroule en vol. Alors oui, Hollow Point avec Patrick Wilson n’est qu’un simple film en VOD. Le genre de petits trucs que l’on balaye d’un revers de main en les jugeant indigne de sa consommation et pourtant. Même avec son titre français complètement con de « Desert Gun », ce film reste une petite surprise bien plus sympathique que prévu. Le genre de celle qui confirme sans le moindre mal tout le bien que l’on pense de ce cabot de Ian McShane et permet d’appuyer un peu plus sur le fait que Patrick Wilson est un immense acteur. Un de ceux n’ayant définitivement pas les honneurs qu’il mérite.

Pour me suivre ou me contacter...

No Comments

Leave a Reply