Gaming Les news

Far Cry 5 est-il un jeu de fachos ? ou juste un jeu de merde?

Follow me

Far Cry 5, c’est un peu comme un truc qui se voulait subversif mais se prend les pieds dans le tapis d’un 1er degré puant rendant l’ensemble malsain sur le fond.

Far Cry 5 est-il un jeu de fachos ? Je me posais la question l’autre jour en parcourant les plaines du montana avec mes potes de la milice et tombant sur ce vieux fermier me demandant si je n’avais pas vu des « bad hombre ». Le tout ensuite en me faisant un long laius a la sauce Trump et anti obama avant de finir sur ses intentions de devenir sénateur. Une ambiance assez décontracté du gland comme dirait l’autre. Le pire dans tout cela est que je ne suis même pas en train d’exagérer vu qu’il s’agit vraiment d’une interaction avec un NPC débouchant sur une mission. C’est une touche de malaise à déguster en VO quand on plonge dans l’univers de Far Cry5. Le problème de ce jeu est que plus on progresse dans l’histoire (enfin l’ersatz…) et plus la sensation d’une roue libre narrative faussement provoc par endroits et baignant pleinement dans le malaise par d’autres est prenante. Le jeu n’a pas une once de second degré acceptable. Les gens qui nous entourent ne sont pas des héros potables comme on pourrait voir dans The Walking Dead, on est 95 % du temps sur du rednecks ou du fan d’armes ou des miliciens vivant coupés du monde et combattant d’autres miliciens extrémistes. Cela fait beaucoup vous allez me dire et je réponds à cela par un gentil mais profond « c’est pas faux. »


L’idée de base de Far Cry 5 était de surfer sur l’ambiance délétère américaine, sa politique ouvertement border line, son rapport malsain avec les armes et d’y ajouter une surcouche d’aventure pour diluer le tout. La vérité est que le jeu se plante d’un point de vue narratif à tous les niveaux rendant la chose assez malsaine en bout de course. Et même si l’on décide de fermer son cerveau un instant et de prendre la chose uniquement par le bout du gameplay basique qui nous est offert, le spectre du scénario raté revient encore en force. La faute au fait que l’on baigne jusqu’au coup dans un récit glorifiant des miliciens et des pros armes assez bas de plafond. Postal avait évité le problème en apportant un second degré digne des 1ers GTA et un rapport quasi cartoonesque à son ultra-violence. Far Cry 5 est terriblement premier degré, ce qui finit par rendre dans le fond l’ensemble même de ce jeu aussi puant que littéralement inconséquent. L’erreur narrative aussi grossière soit-elle est une chose, mais difficile de passer en plus à côté de la médiocrité du reste. Far Cry 5 n’étant au final encore une fois que le même jeu qu’Ubi Soft nous refile depuis le 3e volet. Il n’y a que l’habillage et l’époque qui changent. Le reste est toujours pareil. Et quand on ajoute à la fainéantise d’écriture, le côté recycleur sans talents, cela ne pouvait rien donner de bon. Et c’est sans nul doute ce statu quo dans le néant qui qualifie le mieux Far Cry 5 au final.

Pour me suivre ou me contacter...
Follow me

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.