Critiques de films Films américains Les news

L’Expérience interdite – Flatliners, le remake de trop…

experience interdite flatliners

L’Expérience interdite – Flatliners, c’est comme un mauvais épisode d’Urgences mixé avec un film d’horreur Lambda, le tout réalisé en pilote automatique. Pénible comme jamais…

L’Expérience interdite – Flatliners version 2017 marche vaguement dans les pas du film d’origine de Joel Schumacher. Et quand je dis vaguement, j’entends par là qu’il me semble difficile de croire que cette nouvelle version puisse un jour prétendre au statut de classique du genre. Pas que l’original l’était, mais ici tout semble aller dans le sens contraire de cette volonté. Aboutissant au final à la livraison d’un produit aussi fade qu’indigeste. Et pourtant, le pitch de départ de L’Expérience interdite – Flatliners laissait l’envie d’y croire un instant : Pour découvrir ce qui se passe après la mort, cinq étudiants en médecine se lancent dans une expérience aussi audacieuse que dangereuse. Sur eux-mêmes, volontairement, ils provoquent des arrêts cardiaques pendant de courtes périodes afin de vivre des expériences de mort imminente. En poussant le processus de plus en plus loin, ils vont devoir affronter non seulement leur part d’ombre et leur passé, mais plus effrayant encore, les phénomènes paranormaux liés au fait qu’ils sont revenus de l’au-delà… Et une fois que l’on à lu ce pitch et que l’on voit le film commence à se dessiner devant nous les contours de la frustration qui va très vite nous prendre à la gorge. L’idée de départ du film n’est pas plus mauvaise qu’une autre. Explorer le concept de la vie après la mort est quelque chose qui passionne plus ou moins tout le monde. Le défaut de L’Expérience interdite – Flatliners est que le film ne sait malheureusement jamais vraiment quoi faire de son récit.

experience interdite flatliners
Passons sur la réalisation inodore et plate pour s’arrêter sur les gros points problématiques du récit. Le film ne sait jamais ce qu’il veut être : un film d’horreur ou un drama médical sur des gosses de riches étudiants en fac de médecine affrontant vaguement leurs démons. Une balance très artificielle dans la structure du récit fait que l’on saute d’un genre à l’autre sans cesse et souvent sans la moindre cohérence. L’aspect film d’horreur se heurte au traitement plutôt rationnel du drama et des psychoses remontant à la surface chez les protagonistes. Et très vite ce qui devait arriver se passe… le choc est violent et les morceaux du récit vole en éclats dans tous les sens. L’absence de cohérence d’un bout à l’autre du film nuit à l’adhésion du spectateur. Le réalisateur conscient des limites de son scénario meuble en cochant les cases du film d’horreur lambda. Toute les cheap scare et trucs et astuces de réalisation que l’on a vus et revu nous tombent dessus. La seule constante du début à la fin de L’Expérience interdite – Flatliners tient dans ce long et tenace sentiment de monotonie. Chose qui de par la faiblesse du scénario, la transparence de la réalisation et les incohérences de l’ensemble donne naissance à une patée indigeste. Une au milieu de laquelle le casting tente de faire ce qu’il peut pour nager, mais là aussi cela ne fonctionne pas. La faute au scénario qui dépeint tous ces personnages comme au final assez antipathiques. Chacune des hallucinations résultant de leurs expériences aux portes de la mort faisant remonter les souvenirs enfouis. Et quand enfin L’Expérience interdite – Flatliners se décide à cloturer le film, il le fait en amenant sur la table une résolution globale qui touche de bien trop près le foutage de gueule. C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase comme on dit…

experience interdite flatliners
L’Expérience interdite – Flatliners à force de danser d’un pied sur l’autre sans jamais se décider à devenir un film unifié fini par perdre le spectateur en route assez vite. La cerise sur le gateau tenant dans le caméo de luxe de Kiefer Sutherland, clin d’œil au film d’origine… mais qui dans le fond ne sert strictement à rien. Et encore je suis poli en disant cela. Est-ce que L’Expérience interdite – Flatliners est le plus mauvais film de l’année ? C’est une question de point de vue et celui-ci sera encore et toujours fluctuant d’un spectateur à l’autre. Mais il faut bien admettre que la recette de l’incident industrielle n’a jamais été autant mise en valeur qu’avec ce film. Et le résultat est une symphonie de lourdeurs et de faux pas en cascades sur un nuage de foutage de gueule. Une recette malheureusement beaucoup trop en vogue dans les arrières cuisines de certains studios hollywoodiens. A éviter…

No Comments

Leave a Reply